L'aide humanitaire en attente d'acheminement vers la bande de Gaza devrait commencer à être distribuée ce vendredi.
Les organisateurs redoutent qu'elle soit détournée par le Hamas.
Voici les questions qui se posent à propos de cette aide, difficile à mettre en place mais vitale pour les Gazaouis, selon l'ONU.

L'Égypte et Israël se sont mis d'accord pour laisser entrer l'aide humanitaire dans la bande de Gaza. Depuis le début du conflit, la situation dans cette enclave palestinienne est critique en raison des bombardements et du blocus israéliens ; le patron de l'Organisation des nations unies (ONU) l'a même qualifiée d'"incontrôlable" ce mercredi 18 octobre, faute d'aide humanitaire. Alors que ces derniers jours, celle-ci était bloquée dans le désert du Sinaï égyptien à cause de la fermeture du poste frontière de Rafah, ce dernier va finalement être ouvert, de façon "durable"

L'Égypte, elle, assurait n'avoir "pas fermé le terminal de Rafah" vers Gaza et expliquait que l'aide humanitaire n'entrait pas dans le territoire palestinien du fait "des bombardements israéliens", tandis que le bureau du Premier ministre de l'État hébreu, Benjamin Netanyahu, a annoncé mercredi qu'"Israël n'empêchera pas l'aide humanitaire depuis l'Égypte tant qu'il s'agit de nourriture, d'eau et de médicaments pour la population civile dans le sud de la bande de Gaza"

Quels sont les besoins ?

Selon le chef des situations humanitaires d'urgence aux Nations unies, l'aide humanitaire à Gaza devra être "conséquente", de l'ordre de 100 camions par jour, et devra être sécurisée. "Nous devons commencer avec un nombre important de camions et nous devons atteindre 100 camions par jour, c’était autrefois le cas du programme d’aide à Gaza", a expliqué Martin Griffiths. Actuellement, il y en aurait 150 en stationnement à la frontière égyptienne, mais dans un premier temps 20 seulement seront autorisés à traverser la frontière. Ils ne devraient pas arriver à destination avant vendredi.

Comment acheminer l'aide ?

Pour débuter l'acheminement, il faut d'abord faire des travaux sur la route. Le chef de la diplomatie égyptienne, Sameh Choukri, a reconnu mercredi que le passage de l'aide "requiert de l'organisation", notamment parce que "la route permettant l'acheminement de l'aide entre Gaza et le point de passage de Rafah a été détruite" après plusieurs bombardements israéliens du côté palestinien de la frontière. "Ils doivent combler les nids-de-poule pour faire passer ces camions", a précisé le président des États-Unis, Joe Biden, mercredi, précisant que cela devrait prendre "à peu près huit heures" ce jeudi.

Aussi, l'aide doit se faire en toute sécurité, ont prévenu les organisateurs. "Nous devons être en mesure d'atteindre les gens en toute sécurité", a insisté le chef des situations humanitaires d'urgence de l'ONU, rappelant que le droit humanitaire international impose l'obligation aux organisations humanitaires de fournir de l'aide là où les gens s'estiment être en sécurité. Cela suppose donc des trêves ou des arrêts dans les bombardements.

La peur d'une interception par le Hamas

La condition sine qua non pour acheminer l'aide humanitaire aux civils est également qu'elle ne soit pas détournée par le Hamas. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle seuls 20 camions passeront la frontière dans un premier temps. Joe Biden a précisé lors de sa visite au Proche-Orient que l'entrée d'un second convoi dépendrait de "comment se passe" la distribution du premier. En clair, "si le Hamas (s'en) saisit ou ne les laisse pas passer (...) alors ce sera fini", a-t-il déclaré. Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a également prévenu : "Tout approvisionnement qui arrivera au Hamas sera neutralisé". L'ONU, de son côté, a dit que ses équipes s'assureraient que l'aide ira uniquement aux civils et non au mouvement islamiste qui contrôle Gaza. 

Quels pays ont déjà annoncé la livraison d'aide humanitaire ?

Pour l'instant, puisque la situation était encore floue, peu de pays ont annoncé une aide concrète et l'envoi de denrées ou de médicaments pour Gaza. Toutefois, le gouvernement irlandais a annoncé mercredi avoir débloqué 13 millions d'euros d'aide humanitaire supplémentaire immédiate à destination des Palestiniens, qui s'ajoutent au programme irlandais de 16 millions d'euros à destination des Palestiniens. Et la Russie va livrer prochainement 27 tonnes d'aide humanitaire aux civils de la bande de Gaza à partir de l'Égypte, a annoncé ce jeudi le ministère russe des Situations d'urgence. "La population recevra de la farine, du sucre, du riz (et) des pâtes", a-t-il précisé.


J.F.

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info