En pleine guerre contre le Hamas, le procès pour corruption de Benyamin Nétanyahou a repris

par F.Se avec AFP
Publié le 4 décembre 2023 à 18h29

Source : TF1 Info

Le déclenchement du conflit entre le Hamas et Israël le 7 octobre dernier avait suspendu la procédure.
Deux mois après le raid meurtrier de l'organisation islamiste, le procès de Benyamin Nétanyahou reprend.
Poursuivi pour fraude, corruption, et abus de confiance, il est le premier chef de gouvernement en exercice poursuivi en justice depuis la création d'Israël.

En pleine guerre contre le Hamas, le procès pour corruption du Premier ministre israélien a repris ce lundi à Jérusalem, environ deux mois après sa suspension à cause du raid meurtrier du mouvement islamiste palestinien le 7 octobre. 

Benyamin Nétanyahou, 74 ans, répond d'accusations de corruption, fraude et abus de confiance, dans trois affaires, des accusations qu'il récuse. Dans le dossier examiné ce lundi devant le tribunal de Jérusalem, il est soupçonné d'avoir tenté de s'assurer une couverture favorable de la part du site d'informations Walla en contrepartie de faveurs gouvernementales qui pourraient avoir rapporté des centaines de millions de dollars à Shaul Elovitch, qui était patron à la fois du principal groupe de télécommunications israélien Bezek et de Walla. 

Cigares, champagne et bijoux

Dans une autre affaire, il est soupçonné d'avoir reçu de la part de richissimes personnalités de grandes quantités de cadeaux, pour une valeur totale d'environ 700.000 shekels (176.000 euros). Ces pots-de-vin auraient pris la forme de cigares, de bouteilles de champagne et de bijoux distribués entre 2007 et 2016. Parmi ses bienfaiteurs présumés, le nabab israélien de Hollywood, Arnon Milchan. Le Premier ministre israélien est soupçonné d'avoir en retour promu une disposition fiscale qui aurait pu rapporter des millions de dollars au producteur de Brazil, JFK, ou encore Pretty woman. Le ministère des Finances y avait toutefois mis son veto. Benyamin Nétanyahu, qui fut à la tête de l'État durant plus de 16 ans au total, entre 1996 et aujourd'hui, assure n'avoir fait qu'accepter des cadeaux d'amis, et s'estime victime d'une chasse aux sorcières. Il ne sera pas appelé à la barre dans l'immédiat, mais pourrait comparaître pour déposer dans quelques mois, selon la presse israélienne. 

Son procès, qui s'est ouvert en 2020, est une première en Israël pour un Premier ministre en exercice. Chef du gouvernement israélien de 1996 à 1999 puis de 2009 à 2021, Benyamin Nétanyahou occupe de nouveau le poste depuis les élections de 2022 après avoir constitué une coalition avec des partis ultra-orthodoxes et d'extrême droite. Mais le raid meurtrier du Hamas sur le territoire israélien le 7 octobre, puis l'entrée en guerre contre l'organisation islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, a rebattu les cartes politiques. 

Critiqué par son opposition pour n'être pas parvenu à empêcher l'attaque, la plus meurtrière depuis la création d'Israël il y a 75 ans, Nétanyahou s'est vu contraint de former un gouvernement d'urgence et un cabinet de guerre avec son rival, Benny Gantz, ex-ministre de la Défense. Des responsables politiques proches du Premier ministre ont critiqué la reprise, en pleine guerre, des audiences. Lesquelles seront de toute façon réduites, du fait de la mobilisation de réservistes parmi les témoins et les avocats.


F.Se avec AFP

Tout
TF1 Info