Le conflit entre Israël et le Hamas entre dans son 100ᵉ jour de guerre, ce dimanche 14 janvier.
Depuis l’attaque terroriste du mouvement islamiste sur le sol hébreu le 7 octobre dernier, Israël bombarde la bande de Gaza et sa population.
Environ 130 otages sont toujours aux mains du Hamas dans le territoire palestinien, selon les autorités israéliennes.

Israël et le Hamas entrent dans leur 100ᵉ jour de guerre, ce dimanche. Cent jours de bombardements sur la bande de Gaza, cent jours de captivité pour les nombreux otages toujours aux mains du mouvement islamiste dans le territoire palestinien. Dans la foulée de l'attaque terroriste du Hamas sur le sol hébreu le 7 octobre dernier, Israël avait promis "d'anéantir" le mouvement islamiste. 1140 personnes sont mortes dans cet attentat, selon les derniers chiffres communiqués par le pouvoir israélien.

Plus de trois mois plus tard, les troupes israéliennes disent avoir déjà considérablement affaibli l'organisation, entre opération terrestre dans la bande de Gaza et frappes aériennes incessantes sur plusieurs des villes du petit territoire. Sur place, la population palestinienne, sous les bombes, souffre de conditions de vie très difficiles. Où en est l'opération militaire menée par Israël ? Comment évolue la situation humanitaire à Gaza ? TF1info fait le point.

Quelles avancées militaires pour Israël ?

Le gouvernement de l'État hébreu, dirigé par Benyamin Nétanyahou, avait promis d'éradiquer toute trace du Hamas après le massacre du 7 octobre. Tsahal a d'abord focalisé son offensive dans le nord de la bande de Gaza, multipliant les bombardements sur Gaza-Ville et la banlieue alentour. Fin octobre, elle est entrée avec des soldats et des chars blindés dans l'enclave palestinienne. L'objectif affiché ? Détruire l'ensemble des centres de commandement du mouvement islamiste. Quelques semaines plus tard, l'armée a notamment mené une importante opération au sein de l'hôpital Al-Shifa, avant de diffuser des images de tunnels qui se trouveraient sous le bâtiment.

Début janvier, le porte-parole des troupes israéliennes, Daniel Hagari, a dressé un nouveau bilan de l'opération militaire menée au sein de la bande de Gaza. Selon lui, Israël "achevé le démantèlement de la structure militaire du Hamas dans le nord de la bande de Gaza", bien que "des terroristes agissant de façon sporadique et sans commandement" puissent encore être présents dans la zone. L'armée concentre désormais ses efforts sur "le démantèlement du Hamas" dans le sud et le centre de la bande de Gaza, particulièrement dans la grande ville de Khan Younès.

Israël mène par ailleurs la guerre sur un autre front, au nord de son territoire. Des échanges de tirs avec le Hezbollah, groupe chiite allié du Hamas, ont lieu tous les jours à la frontière avec le Liban. L'État hébreu a aussi éliminé un cadre du mouvement palestinien, Saleh al-Arouri, réfugié dans un immeuble à Beyrouth, en frappant la capitale libanaise.

Quelle situation humanitaire à Gaza ?

Les bombardements israéliens ont causé de nombreuses victimes dans la bande de Gaza. Le ministère de la Santé du Hamas avance un chiffre de 23.843 personnes décédées et de plus de 60.300 blessés depuis le début de l'offensive. Manque d'eau, de nourriture, de matériel médical... Les civils palestiniens subissent des conditions humanitaires très difficiles. Beaucoup ont évacué le nord de Gaza vers des camps du sud du territoire. Cette semaine, l'opérateur palestinien a aussi annoncé "la coupure totale des communications et des services internet à Gaza après que la partie israélienne a débranché les serveurs", coupant du monde la région.

"Les opérations [humanitaires] dans le nord de Gaza sont de plus en plus compliquées", a déclaré le représentant du bureau des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) pour les territoires palestiniens, Andrea De Domenico, vendredi. Nous nous heurtons à un refus systématique de la partie israélienne." Selon les Nations unies, 2,7 millions de personnes ont besoin d'une assistance en vivres et en soins de santé à Gaza, mais aussi en Cisjordanie, l'autre territoire palestinien.

Que deviennent les otages capturés par le Hamas ?

Environ 250 otages ont été capturés lors de l'attaque terroriste du Hamas en Israël le 7 octobre. Depuis, une centaine d'entre eux, dont la Française Mia Schem, ont pu être libérés, notamment durant la trêve entre les deux parties, fin novembre. Selon Israël, 136 de personnes seraient toujours aux mains du Hamas, dans la bande de Gaza. Le Qatar, qui s'est positionné comme médiateur entre l'État hébreu et le mouvement islamiste, continuer de superviser les négociations pour provoquer de nouvelles libérations. L'émirat vient d'ailleurs d'élaborer un plan pour libérer progressivement les otages restants, en échange d'un cessez-le-feu. 

Vendredi, un accord a d'ailleurs été trouvé pour livrer "dans les prochains jours" des médicaments aux otages toujours détenus par le Hamas. Dans le même temps, le pouvoir de Benyamin Nétanyahou a reproché à l'ONU de ne pas avoir demandé la libération des otages dans une déclaration officielle. "Un appel au cessez-le-feu, sans exiger la libération de nos otages et le désarmement du Hamas, est un appel à la victoire du terrorisme", a estimé la représentation israélienne auprès de l'ONU à Génève vendredi.


Theodore AZOUZE

Tout
TF1 Info