Le ministère américain de la Défense a annoncé mercredi que l'aide humanitaire promise à Gaza n'avait toujours pas été distribuée.
La situation est d'autant plus critique que l'acheminement des vivres est quasiment à l'arrêt depuis la prise de contrôle, par Israël, du poste-frontière de Rafah le 7 mai dernier.

Les denrées essentielles se font cruellement attendre. L'aide humanitaire arrivée au port temporaire flottant construit par les États-Unis à Gaza n'a toujours pas été distribuée à la population, a annoncé mercredi le Pentagone. Chargé récemment à Chypre, ce ravitaillement devait être réparti "rapidement" auprès des locaux, avait promis Washington dans un contexte où l'arrivée de vivres est presque entièrement bloquée depuis la prise de contrôle, par Israël, du poste-frontière de Rafah avec l'Égypte, le 7 mai dernier.

"Je ne crois pas" qu'aucune de ces quelque 569 tonnes d'aide ait été distribuée, déclare le porte-parole du Pentagone Pat Ryder. Une partie de ces denrées a pu être acheminée vers des entrepôts, mais certains camions ont été pris d'assaut par des Palestiniens désespérés après sept mois d'une guerre qui a provoqué un désastre humanitaire, précise-t-il. "Nous savons bien que les voies terrestres sont le meilleur moyen d'acheminer l'aide. Il est également important de rappeler que c'est une zone de combat et qu'il s'agit d'une opération complexe", ajoute encore l'officier. 

Face aux sévères restrictions imposées par leur allié israélien, les États-Unis avaient annoncé en mars la mise en place du port temporaire à Gaza. Une initiative jugée insuffisante par l'ONU et les ONG et qui n'a, jusqu'ici, pas permis d'enrayer la famine dans l'enclave. D'ailleurs, ce dimanche, le chef des Affaires humanitaires de l'ONU, Martin Griffiths, a mis en garde contre les conséquences "apocalyptiques" du blocage de l'aide humanitaire vers la bande de Gaza. 


M.G avec AFP

Tout
TF1 Info