Trêve prolongée, discussions autour d'un cessez-le-feu et crise sanitaire dans la bande de Gaza... Le point sur la situation au Proche-Orient

par F.S. avec AFP
Publié le 29 novembre 2023 à 8h12

Source : TF1 Info

Le Hamas a libéré 12 nouveaux otages qui sont arrivés en Israël dans la nuit de mardi à mercredi.
La trêve entre dans son sixième jour à l'heure où les médiateurs tentent d'obtenir un cessez-le-feu.
Dans la bande de Gaza, les maladies contagieuses augmentent.
Retour sur les faits marquants des 24 dernières heures.

Ces dernières 24 heures ont été une "lueur d'espoir et d'humanité au milieu des ténèbres de la guerre", pour reprendre l'expression utilisée par le secrétaire général de l'ONU. S'exprimant ce mardi 28 novembre, Antonio Guterres a salué la prolongation de la trêve entre Israël et le Hamas qui a permis la libération de 12 otages retenus à Gaza contre 30 prisonniers palestiniens.

Des négociations en coulisses

Libération de douze otages. Le nouveau groupe d'otages relâché ce mardi est composé de dix Israéliennes, dont une mineure, et de deux travailleurs étrangers. Toutes avaient été kidnappées le 7 octobre dernier dans des localités proches de l'enclave palestinienne. La moitié d'entre elles proviennent du même kibboutz de Nir Oz, comme les onze libérés la veille. Quatre des ex-otages possèdent également la citoyenneté argentine. Les otages, accompagnées par des combattants palestiniens masqués du Hamas et du Jihad islamique, ont d'abord été remises au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) à Rafah, point de passage dans le sud du territoire enclavé et l'Égypte voisine. Elles ont ensuite été "emmenées vers des hôpitaux israéliens où ils retrouveront leurs familles", a indiqué l'armée israélienne.

30 jeunes prisonnières relâchées. Le groupe de prisonniers relâché par Israël était quant à lui uniquement composé de femmes et de jeunes de moins de 19 ans. Si elle n'a pas encore retrouvé la liberté, Ahed Tamimi, une militante palestinienne de 22 ans, apparait sur la liste des 50 nouveaux noms de prisonniers palestiniens qui pourraient être libérés dans le cadre de la prolongation de la trêve. Devenue figure de la contestation, la jeune femme de 22 avant avait été arrêtée le 6 novembre.

Négociations pour une trêve durable. Entrée en vigueur le 24 novembre, la trêve dans la guerre entre Israël et le Hamas a été prolongée jusqu'à jeudi matin. Au total, 20 otages israéliens et 60 prisonniers palestiniens doivent être libérés au cours de cette extension, selon le Qatar, principal médiateur dans les négociations. Mais en coulisses, les médiateurs s'activent pour prolonger la trêve au-delà du délai annoncé. "Notre objectif principal à l'heure actuelle, et notre espoir, est de parvenir à une trêve durable qui mènera à de nouvelles négociations et, finalement, à la fin de la guerre", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères du Qatar. Toutefois, Majed Al Ansari a également reconnu qu'à l'heure actuelle, le seul accord "c'est qu'on peut prolonger d'un jour à chaque fois que le Hamas est en mesure de garantir la libération d'au moins dix otages". 

Les chefs des services de renseignement américain et israélien se trouvaient mardi à Doha pour discuter avec le Premier ministre du Qatar de la "prochaine phase" d'un accord potentiel entre le Hamas et Israël, selon une source informée de la visite. "Nous soutenons la prolongation de cette pause et des pauses futures, si nécessaire, afin de permettre l'augmentation de l'aide et de faciliter la libération de tous les otages", ont quant à eux déclaré les chefs de la diplomatie du G7 dans un communiqué.

DOCUMENT TF1/LCI : La vie à Gaza pendant la trêveSource : TF1 Info

Crise sanitaire dans la bande de Gaza. La prolongation de la trêve à Gaza a aussi permis l'entrée de nouveaux camions d'aide humanitaire dans le territoire assiégé et bombardé depuis sept semaines. Malgré l'arrivée de 2000 camions de nourriture, de carburant, de médicaments et de matériel nécessaire au fonctionnement des infrastructures de dessalinisation de l'eau de mer, selon les chiffres de Washington, la situation y reste "catastrophique", a jugé le Programme alimentaire mondial (PAM). Au-delà du "risque de famine" sur lequel a alerté le PAM, une crise sanitaire menace aussi les populations de l'enclave. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a en effet révélé avoir constaté une "augmentation massive" de certaines maladies contagieuses, notamment 45 fois plus de cas de diarrhée chez les jeunes enfants qu'habituellement, alors même que la plupart des hôpitaux de la bande de Gaza sont à l'arrêt. 


F.S. avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info