Victimes françaises à Gaza : un hommage envisagé "ultérieurement" par l'Élysée

par A. Lo.
Publié le 5 février 2024 à 14h28, mis à jour le 5 février 2024 à 15h38

Source : TF1 Info

Ce mercredi 7 février, un hommage aux victimes françaises de l'attaque du Hamas en Israël va se tenir aux Invalides.
LFI avait néanmoins demandé que les victimes des bombardements à Gaza soient associées à cette cérémonie.
Finalement, un autre hommage est envisagé "ultérieurement", a annoncé l'Élysée.

Un "temps mémoriel" envisagé dans un second temps. En réponse à la demande de La France insoumise d'associer les victimes françaises des bombardements à Gaza à la cérémonie qui doit commémorer la mémoire des Français tués par le Hamas lors de son attaque, le 7 octobre dernier, l'Élysée a fait savoir qu'un moment leur sera spécifiquement consacré "dans un autre temps".

"La même émotion et la même dignité"

La cérémonie de ce mercredi 7 février aux Invalides "vise à rendre hommage aux victimes d'un attentat terroriste majeur commis par le Hamas", a justifié la présidence française à des journalistes, soucieuse de ne pas "mêler les deux types de victimes". Seront ainsi commémorés les 42 Français ou franco-israéliens décédés lors de cette attaque du mouvement palestinien, et trois Français, toujours "disparus", probablement retenus en otage.

"Néanmoins, il est évident que nous devons la même émotion et la même dignité aux victimes françaises des bombardements à Gaza", a-t-elle ajouté en réponse à un journaliste, expliquant que les modalités de ce "temps mémoriel" seraient fixées ultérieurement. "Une vie palestinienne vaut une vie française qui vaut une vie israélienne", avait énoncé Emmanuel Macron lors de sa première visite au Proche-Orient suite à l'attaque du Hamas. 

LFI a immédiatement "salué" cette décision. "Nous nous associerons pleinement à cet hommage. Nous devons rendre hommage à toutes les victimes des crimes de guerre au Proche-Orient", a déclaré Mathilde Panot. Les autorités françaises n'ont pas donné de bilan sur les Français morts à Gaza. Elles avaient cependant annoncé le 31 octobre que deux enfants français y avaient été tués. 

Des sources proches du dossier avaient alors indiqué que leur mère faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international dans le cadre d'une enquête antiterroriste.


A. Lo.

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info