Bombardements à l'est, avancée dans les discussions sur les céréales... Le point sur la situation en Ukraine

C.G avec AFP
Publié le 14 juillet 2022 à 6h56, mis à jour le 14 juillet 2022 à 7h10

Source : 24H PUJADAS, L'info en questions

48 personnes sont mortes à la suite d'un bombardement qui a touché un immeuble de Tchassiv Iar, dans le Donbass, à l'est de l'Ukraine.
Plusieurs pays demandent à la Russie d'arrêter "immédiatement ses opérations militaires" dans le pays.
Des discussions entre Kiev et Moscou autour des exportations sur les céréales semblent être en bonne voie pour trouver un accord.

Au 140è jour de guerre en Ukraine suite à l'offensive russe le 24 février dernier, les bombardements continuent et le nombre de de victime civiles augmente.

Des bombardements dans l'est et le nord-est. Selon l'état-major de l'armée ukrainienne, Kharkiv, la deuxième ville d'Ukraine située dans le nord-est, a de nouveau été bombardée mercredi 13 juillet. D'après les informations des secours ukrainiens, le bilan de la frappe russe survenue dimanche 10 juillet sur un immeuble d'habitation à Tchassiv Iar, dans le Donbass, s'élève à 48 morts. Par ailleurs, Igor Konachenko, le porte-parole du ministère russe de la Défense, a affirmé lundi 11 juillet, que "plus de 300" combattants ukrainiens avaient été tués dans une frappe sur Tchassiv Iar, sans évoquer l'immeuble d'habitation, mais parlant à la place de "missile de haute précision" ayant détruit un "point de déploiement" de l'armée ukrainienne.

Le sud de l'Ukraine visé par des tirs de roquettes. 28 roquettes russes ont frappé la ville de Mykolaïv, touchant un hôpital ainsi que des zones résidentielles, mercredi 13 juillet. Le bilan fait état de cinq morts. De son côté, le ministère russe de la Défense assure avoir "anéanti" 350 soldats ukrainiens et 20 équipements militaires sur le chantier naval de la ville de Mykolaïv "par des missiles air-sol de haute précision", ainsi que 70 autres soldats dans l’est de la ville.

40 pays demandent à la Russie de stopper la guerre. Dans ce contexte, une quarantaine de pays, dont les États-Unis, les membres de l'Union européenne, le Royaume-Uni et des États asiatiques, ont réclamé à la Russie, dans une déclaration commune rendue publique à New York, d'arrêter "immédiatement ses opérations militaires en Ukraine", mercredi 13 juillet.

Un accord entre Kiev et Moscou sur les exportations de céréales sur le point d'aboutir ?

Des progrès autour des discussions sur les exportations de céréales entre l'Ukraine et la Russie. "Nous sommes à deux doigts d'un accord". C'est qu'a déclaré Dmytro Kouleba, le chef de la diplomatie ukrainienne. Des experts militaires de Kiev, de Russie et de Turquie étaient réunis à Istanbul, mercredi 13 juillet, au sujet des possibilités d'exportations de céréales au départ des ports ukrainiens sous blocus russe.

Selon Antonio Guterres, le secrétaire général de l'ONU, des "progrès réellement substantiels" ont été réalisés au cours des échanges. Il a notamment confié espérer qu'un "accord formel" pourrait être prochainement conclu.  Ces discussions, que le ministère turc de la Défense entend garder "confidentielles", sont tenues à huis-clos entre experts et en présence d'une délégation des Nations unies. C'est la première fois depuis le mardi 29 mars que des représentants de Moscou et Kiev se rencontrent de visu.


C.G avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info