Ukraine : une guerre qui dure

Kiev se retire de Lyssytchansk, conférence de Lugano… Le point sur la situation en Ukraine

Julien Moreau avec AFP
Publié le 4 juillet 2022 à 6h33
JT Perso

Source : JT 20h WE

Au 130e jour de la guerre en Ukraine, l’état-major des forces armées ukrainiennes a annoncé, ce dimanche 3 juillet, son retrait de la ville de Lyssytchansk, ville stratégique du Donbass.
Une conférence va se tenir à Lugano (Suisse) pour dessiner les contours de la future reconstruction de l’Ukraine.
Les faits marquants des 24 dernières heures.

Au 130e jour de la guerre en Ukraine, les forces armées de Kiev ont été dans l’obligation de battre en retrait dans la ville de Lyssytchansk après plusieurs jours de combats dévastateurs. Si Volodymyr Zelensky a démenti durant de longues heures, ce dimanche 3 juillet, la prise de la ville par les forces russes, il a dû admettre la nouvelle défaite de son armée. Toutefois, dans son message quotidien, il a préféré parler plus longuement des bonnes nouvelles sur les lignes de front alorq que, durant les 48 prochaines heures, la conférence de Lugano (Suisse) va tenter de dessiner les contours de la future reconstruction de l'Ukraine en présence de nombreux dirigeants de pays européens.  

Retrait de Lyssytchansk. L'état-major des forces armées ukrainiennes a annoncé, ce dimanche 3 juillet, son retrait de la ville de Lyssytchansk, au cœur de combats acharnés ces dernières semaines, reconnaissant la "supériorité" des troupes russes sur le terrain, dans cette région de Lougansk, dans l'est de l'Ukraine. Pourtant, dans les heures qui ont précédé cette déclaration, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky a démenti formellement la prise de la ville par l’armée russe.

Un peu plus tôt dans la journée, Sergueï Choïgou, le ministre de la Défense russe avait rendu compte à Vladimir Poutine en lui rapportant la "libération de la République populaire de Lougansk", selon l'agence de presse TASS reprise par l'AFP.  Si la victoire n’était pas encore complètement acquise au moment de sa prise de parole dans un communiqué, il avait déclaré que "les troupes russes et les unités de la République populaire de Lougansk se battaient à l'intérieur de Lyssytchansk, battant complètement l'ennemi encerclé".

Reconstruire l'Ukraine

Conférence de Lugano. Durant deux jours, la conférence de Lugano (Suisse) va tenter de dessiner les contours de la future reconstruction de l'Ukraine.  La "tâche est vraiment colossale" ne serait-ce que dans les territoires libérés, a reconnu dimanche le président ukrainien Volodymyr Zelensky, dont les hôtes suisses espéraient la venue en personne, mais qui participera, comme il en a désormais l'habitude, par visioconférence. Initialement, la conférence, planifiée avant le début de la guerre en Ukraine, devait parler de réformes fondamentales dans le pays et de la fin de la corruption, mais les événements ont chamboulé le programme.

Le Premier ministre ukrainien Denys Schmygal et le président du parlement, Rouslan Stefantchouk, sont arrivés à Lugano dès dimanche. Ils doivent y rencontrer la présidente de la commission européenne, Ursula von der Leyen, pour poser les bases du "Plan Marshall" pour la reconstruction de l'Ukraine, qui pourrait s'élever à plusieurs centaines de milliards de dollars, alors que la guerre n'est pas terminée. La ministre des Affaires étrangères britanniques Liz Truss présentera également, ce lundi 4 juillet, un vaste plan de soutien de Londres à la reconstruction. Au total, il y aura huit chefs de gouvernement, 15 ministres et 38 pays représentés.

Ukraine : des bombes au phosphore sur l’île aux Serpents ?Source : Les MATINS LCI
JT Perso

Sloviansk. Après la prise de Lyssytchansk, pièce maîtresse pour la Russie dans la conquête du bassin industriel du Donbass, en partie contrôlé par des séparatistes prorusses depuis 2014, l'armée de Moscou semble désormais concentrer ses efforts sur Sloviansk et Kramatorsk, deux villes majeures plus à l'ouest, pilonnées sans relâche depuis dimanche. "Des tirs au lance-roquettes multiple sur Sloviansk, les plus importants depuis longtemps. Il y a quinze incendies", a déclaré Vadim Liakh, le maire de la ville, dans une vidéo publiée sur ses réseaux sociaux.  À Sloviansk, ville d'environ 100.000 habitants avant la guerre, les frappes russes ont fait dimanche six morts, dont une fillette de neuf ans. "Elle s'appelait Eva. Elle aurait eu dix ans en août", a souligné le président Volodymyr Zelensky.

L'île aux serpents. Au sud du pays, le commandement opérationnel régional ukrainien a indiqué que l’armée russe avait mené neuf frappes aériennes avec des hélicoptères de combat K-52 et deux bombardements sur l’île aux Serpents lors des 24 dernières heures. Pour rappel, ce petit bout de terre en mer noire a été repris par les forces de Kiev.

Visite du Premier ministre australien

Olaf Scholz. Dans un entretien accordé dimanche à la télévision allemande ARD, le chancelier Olaf Scholz a déclaré qu’une capitulation sans condition de l’Ukraine, comme elle a été exigée par le président russe Vladimir Poutine, n’était pas acceptable. "Quand je parle avec Poutine, je lui dis toujours : gardez à l’esprit que les sanctions que nous [l’Union européenne] imposons à la Russie actuellement resteront. Une paix qui serait imposée est absurde, vous devriez plutôt concentrer vos efforts pour parvenir à un règlement juste avec l’Ukraine", a déclaré le chancelier allemand.

Australie. En visite à Kiev, le Premier ministre australien Anthony Albanese promet d'augmenter le soutien militaire à l'Ukraine, avec notamment la livraison de nouveaux véhicules blindés. "L'Australie va annoncer aujourd'hui un soutien militaire supplémentaire de 100 millions de dollars, portant notre soutien global à presque 390 millions de dollars", a-t-il déclaré lors d'un point presse avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Aider financièrement les sportifs russes

Sport. Le Comité international olympique va tripler son aide financière directe aux sportifs ukrainiens pour qu'ils puissent "hisser haut" leur drapeau lors des Jeux de Paris 2024 puis des Jeux d'hiver de 2026, a annoncé dimanche le président du CIO, Thomas Bach. En déplacement à Kiev, Thomas Bach, qui s'exprimait aux côtés du président ukrainien Volodymyr Zelensky, a également indiqué que "le moment n'était pas venu" de modifier la position du CIO, qui a recommandé une exclusion des sportifs russes et biélorusses de toutes les manifestations sportives internationales.

Lire aussi

Fin de la guerre ? En Ukraine, personne ne se risque plus à des pronostics sur la durée de la guerre. "Au début, nos spécialistes assuraient que la guerre allait vite se terminer, puis ils ont dit : 'Ce sera fini pour le Jour de la Constitution' (le 28 juin), puis pour le Jour de l'Indépendance (le 24 août)', maintenant ils ne disent plus rien", confie à l'AFP Lioudmila Iachtchouk, 55 ans, une habitante de Kiev.


Julien Moreau avec AFP

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info