Aider les Ukrainiens

Ukraine : bombardement à Kiev, aide humanitaire de la France... le point sur la situation

Anastasia Nicolas avec AFP
Publié le 22 mars 2022 à 6h26

Source : JT 20h Semaine

Au moins huit personnes sont mortes dans le bombardement d'un centre-commercial à Kiev.
Une manifestation pacifiste a été dispersée par des tirs à Kherson, ville du sud de l'Ukraine occupée par les forces russes.
Depuis le début de l'offensive, près de 3,5 millions de personnes ont fui l'Ukraine.

Vingt-six jours après l'invasion de l'Ukraine , les bombardements se sont poursuivis sur nombre de villes stratégiques, comme Kiev, Kharkiv, Marioupol, Odessa, Mykolaïv... Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a insisté ce lundi 21 mars sur la nécessité d'une "rencontre", "sous quelque forme que ce soit", avec son homologue russe Vladimir Poutine pour "arrêter la guerre" en Ukraine. À Washington, le président Joe Biden a déclaré craindre d'éventuelles cyberattaques russes en réponse aux sanctions occidentales.

L'Ukraine continue la résistance malgré les tirs et bombardements

Bombardement et nouveau couvre-feu à Kiev. Dans la nuit de dimanche à lundi, un bombardement d'un centre commercial du Nord-Ouest de la capitale a fait au moins huit morts, selon les autorités ukrainiennes. L'armée russe a affirmé que ce centre commercial était vacant et servait de dépôt d'armements et de munitions. Les troupes russes cherchent toujours à encercler Kiev, où un nouveau couvre-feu a été instauré à partir de lundi 19Hh0 jusqu'à mercredi 06h00. 

Manifestation dispersée à Kherson. La population refuse de se soumettre à la présence de soldats russes. À Kherson, ville du sud de l'Ukraine occupée par les forces russes, une manifestation pacifique a été dispersée par des tirs d'armes automatiques et de gaz lacrymogène. Selon des vidéos de deux médias locaux, au moins un blessé est à déplorer. "À Kherson, les occupants ont tiré vers des gens qui étaient sortis pacifiquement, sans armes, pour protester. Pour la liberté, pour notre liberté", a affirmé le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans une vidéo publiée mardi 22 mars à l'aube.

Marioupol refuse de capituler. L'Ukraine ne "déposera pas les armes et ne quittera pas la ville" assiégée de Marioupol, a déclaré sa vice-Première ministre, ignorant un ultimatum russe. Le ministère de la Défense russe avait appelé l'Ukraine à "déposer ses armes" et exigé une "réponse écrite" à son ultimatum avant lundi matin. L'Union européenne a dénoncé les destructions indiscriminées dans la ville martyre comme un "crime de guerre majeur", et décidé de doubler son soutien financier pour les achats d'armements envoyés à Kiev.

Zelensky prêt à un"compromis" sur le Donbass et la Crimée. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est dit prêt à discuter avec son homologue russe Vladimir Poutine d'un "compromis" sur le Donbass et la Crimée pour "arrêter la guerre". Cependant, tout "compromis" dans les négociations avec la Russie en vue de mettre un terme au conflit sera soumis à référendum en Ukraine, a-t-il rajouté. "L'Ukraine ne peut accepter aucun ultimatum de la Russie. Il faut d'abord tous nous détruire, alors seulement leurs ultimatums seront respectés", a précisé Volodymyr Zelensky dans un entretien avec un média public régional. 

Hausse de l'activité aérienne russe. La Russie a amplifié ses opérations aériennes et navales en Ukraine, face à la résistance des forces ukrainiennes qui continuent de freiner l'avancée de l'armée russe dans le pays, a indiqué lundi un haut responsable du Pentagone. "Au cours des dernières 24 à 48 heures, nous avons constaté une hausse de l'activité aérienne des deux parties", a indiqué au cours d'un point presse ce haut responsable ayant requis l'anonymat.

Un rescapé des camps nazis tué dans un bombardement en Ukraine. Boris Romantschenko, 96 ans, ancien prisonnier du camp de concentration nazi de Buchenwald, a été tué dans le bombardement de l'immeuble où il vivait, à Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine. Vladimir Poutine ne cesse de justifier l'invasion de l'Ukraine par la nécessité de "dénazifier" ce pays, un argument de propagande et une référence à la Seconde Guerre mondiale dénoncés notamment par les historiens.

3,5 millions de réfugiés ukrainiens. Près de 3,5 millions de personnes ont fui l'Ukraine depuis le 24 février, selon le décompte de l'ONU publié ce lundi. Quelques 90% d'entre eux sont des femmes et des enfants. Les Ukrainiens âgés de 18 à 60 ans n'ont pas le droit de quitter leur pays. La Pologne accueille à elle seule plus de la moitié des réfugiés. Une conférence de donateurs se tiendra le 5 avril pour aider la Moldavie, pays frontalier de l'Ukraine, à faire face à l'afflux de réfugiés fuyant l'invasion russe.

Communication verrouillée en Russie

Facebook et Instagram interdits en Russie. Un tribunal de Moscou a interdit Facebook et Instagram en Russie estimant qu'ils menaient des activités "extrémistes". Une mesure prise au moment où le Kremlin vise un contrôle total de l'information en ligne, en pleine offensive en Ukraine. L'application WhatsApp, détenue par le même groupe Meta, n'est pas concernée par cette interdiction.

La Russie bloque le site de la chaîne française Euronews. Le régulateur russe des médias a bloqué l'accès au site de la chaîne française Euronews, nouveau média interdit en Russie sur fond de contrôle accru sur les informations liées à l'offensive en Ukraine. Le motif de ce blocage n'a pas été précisé.

Sur le front diplomatique

La France achemine 55 tonnes d'aide humanitaire vers l'Ukraine. La France a envoyé 55 tonnes de matériel médical, informatique, de lait pour enfants ainsi que des groupes électrogènes vers l'Ukraine via la Pologne, a annoncé le ministère français des Affaires étrangères.

Les relations entre les États-Unis et la Russie proches de la "rupture". La Russie a convoqué lundi l'ambassadeur américain à Moscou et accusé le président Joe Biden d'avoir conduit les relations russo-américaines "au bord de la rupture". Le président américain Joe Biden a mis en garde contre de futures attaques informatiques russes.

Fin de négociations entre Russie et Japon. La Russie a annoncé abandonner les négociations avec le Japon. Les deux pays n'ont jamais signé d'accord depuis la Seconde Guerre mondiale en raison d'un différend territorial, arguant de la "position inamicale" de Tokyo face au conflit en Ukraine.

Les organisateurs de Roland-Garros "manquent de courage", juge Dolgopolov. L'ancien joueur de tennis ukrainien Alexandr Dolgopolov a estimé que les organisateurs de Roland-Garros "manquaient de courage" en autorisant les joueurs russes à participer au tournoi. Il a appelé à "bannir la Russie" du monde du tennis.


Anastasia Nicolas avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info