Annexions, mobilisation... Poutine choisit l'escalade

Guerre en Ukraine : le Javelin, l'arme antichar redoutée par la Russie

T.G.
Publié le 18 mars 2022 à 14h31
JT Perso

Source : JT 20h WE

Le lance-missile Javelin est capable de percer les blindages des chars russes.
D'une portée de 2500 mètres, il est équipé de deux charges explosives.
Washington va en envoyer 2000 aux soldats ukrainiens, qui s'ajoutent aux 2600 déjà fournis depuis un an.

Ne l'appelez plus Marie-Madeleine mais "Sainte-Javeline". Sur les réseaux sociaux, une image de cette figure de la religion orthodoxe circule depuis le début du conflit en Ukraine. Signe particulier : elle tient dans ses bras un Javelin, ce lance-missile américain devenu incontournable face au rival russe. 

Si l'armée de Vladimir Poutine n'a pas atteint tous ses objectifs après trois semaines de guerre, c'est en partie grâce à l'efficacité de ce lance-missile. Plusieurs vidéos diffusées sur Internet montrent sa redoutable efficacité face à l'envahisseur : moins lourd que d'autres systèmes qui nécessitent un trépied, le Javelin est portable sur l'épaule. Il est éjecté à quelques mètres du lanceur avant que le système de propulsion ne s'active, ce qui permet au soldat d'être moins repérable. Et de l'utiliser même depuis l'intérieur d'un bâtiment.

Une double charge explosive

Le Javelin permet également de verrouiller la cible avant la mise à feu, étant entièrement autoguidé. Le tireur peut ainsi se mettre à l'abri avant même que le missile ait touché sa cible. Une cible qui résiste difficilement : équipé de deux charges explosives, le Javelin peut percer les chars les plus sophistiqués du monde, notamment les chars russes T-90, dont le blindage explosif réagit à l'impact d'un projectile afin de réduire ou de stopper sa perforation. La première charge explose au contact du char, et libère la deuxième charge, plus forte, qui perce le blindage.

Autre spécificité de ces appareils : leur polyvalence. D'une portée de 2500 mètres, le Javelin est utilisable en mode d'attaque directe pour détruire un mur ou, s'il est tiré vers le haut, pour abattre un appareil volant à faible altitude comme un hélicoptère. Mais il est aussi utilisable en mode d'attaque en cloche : le missile monte jusqu'à 160 mètres d'altitude et retombe sur la cible à la verticale, comme le javelot des légionnaires romains (javelin en anglais). C'est cette trajectoire par le haut qui en fait une arme redoutable contre les chars car les blindés s'ouvrent par le toit, où le véhicule est le plus vulnérable.

Une arme à 178.000 dollars pièce

En outre, contrairement aux autres armes antimissiles, qui sont jetables après usage, le Javelin est doté d'une unité de commande de tir, équipée d'un GPS, d'une caméra infrarouge et d'un zoom puissant, qui est réutilisable à l'infini. C'est sur cette unité que s'accroche le tube abritant le missile qui, lui, est jetable.

Lire aussi

Devant l'efficacité de ces appareils, les Occidentaux ont multiplié les livraisons. Selon un haut responsable américain, les Ukrainiens ont notamment déjà reçu 17.000 armes antichars de divers pays occidentaux. Par exemple des milliers des NLAW britanniques, des AT4 et des Carl-Gustav de fabrication suédoise ou encore des Panzerfaust allemands et des Instalaza C90 espagnols. Fabriqué par les constructeurs américains Raytheon et Lockheed Martin, le Javelin coûte, lui, 178.000 dollars pièce, système de lancement et missile compris, selon le budget 2021 du Pentagone. Chaque missile de rechange coûte environ 78.000 dollars.


T.G.

Tout
TF1 Info