Pourparlers Ukraine-Russie : des négociations pour changer le cours du conflit

Pourparlers Ukraine-Russie : Zelensky évoque des "signaux positifs"

Léa LUCAS
Publié le 30 mars 2022 à 6h26
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Le président ukrainien voit des "signaux positifs" dans les négociations avec la Russie.
Mais, l'Ukraine n'a pas pour autant "l'intention de relâcher" ses efforts militaires.
Selon Volodymyr Zelensky, cela ne fait "pas oublier les obus" de leur envahisseur.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky voit des signaux "positifs" en provenance des négociations russo-ukrainiennes de mardi en Turquie, mais l'Ukraine n'a pas pour autant "l'intention de relâcher" ses efforts militaires, tandis que Moscou a évoqué des discussions "substantielles". "Nous pouvons dire que les signaux que nous entendons dans les négociations sont positifs, mais ils ne font pas oublier les explosions ou les obus russes", a déclaré Volodymyr Zelensky dans un message-vidéo. 

Après trois heures de discussions à Istanbul, le chef de la délégation russe et représentant du Kremlin, Vladimir Medinski, a en effet fait état de "discussions substantielles" et dit que les propositions "claires" de Kiev en vue d'un accord seraient "étudiées très prochainement et soumises au président" russe, Vladimir Poutine. Ce premier a également estimé qu'un sommet entre Vladimir Poutine et Volodymyr Zelensky serait possible en cas d'accord pour mettre fin aux hostilités. 

On verra s'ils tiennent parole.

Joe Biden, président américain

Autre déclaration porteuse d'espoir après cinq semaines de conflit : le vice-ministre de la Défense russe, Alexandre Fomine, a annoncé que Moscou allait "réduire radicalement (son) activité militaire en direction de Kiev et Tcherniguiv", dans le nord du pays. De son côté, le négociateur en chef ukrainien David Arakhamia a aussi estimé que les conditions étaient désormais "suffisantes" pour une première rencontre au sommet, depuis le début du conflit, entre Poutine et Zelensky.

Des annonces toutefois accueillies avec circonspection par les dirigeants occidentaux qui assurent vouloir juger Moscou à travers des actes. Le président américain Joe Biden a notamment déclaré dans la foulée que les Occidentaux attendaient de voir si la Russie "tenait parole" sur la réduction de son activité militaire en direction de Kiev et Tcherniguiv. "On verra s'ils tiennent parole", a-t-il lancé, après s'être entretenu avec les dirigeants français, britannique, allemand et italien. "Il semble y avoir un consensus sur le fait qu'il faut voir ce qu'ils ont à offrir".

Lire aussi

Auparavant, ces chefs d'Etat avaient mis en garde contre tout "relâchement de la détermination occidentale" face à l'invasion russe et exprimé "leur détermination à continuer d'accroître le coût payé par la Russie pour son attaque brutale de l'Ukraine".


Léa LUCAS

Tout
TF1 Info