Ukraine : neuf mois de guerre

Reprise de la ville de Lyman, accélération de la contre-offensive... Le point sur la situation en Ukraine

Julien Moreau avec AFP
Publié le 3 octobre 2022 à 6h46
JT Perso

Source : JT 13h WE

Les dirigeants de l’Union européenne ainsi que les dirigeants des autres pays du continent vont se retrouver à Prague pour apporter des réponses aux actions russes en Ukraine.
La reprise de Lyman par les Ukrainiens est un exploit salué en Ukraine et dans le monde.
Les faits marquants des dernières 24 heures.

La reprise de Lyman est une grande victoire pour les Ukrainiens et dans un court clip vidéo diffusé sur sa chaîne Telegram, Volodymyr a remercié les troupes ukrainiennes en service pour avoir libéré Lyman. Mais cette victoire est aussi saluée par d’autres acteurs importants sur la scène internationale. Pour le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, cette victoire est la preuve formelle que les Ukrainiens sont capables de repousser les forces russes. Ce jeudi 6 et vendredi 7 octobre, les dirigeants de l’UE et des autres pays du continent vont prendre le temps de se réunir pour trouver une réponse adaptée aux actions des Russes sur le territoire ukrainien depuis le début de la guerre.

PRAGUE. Les dirigeants de l'Union européenne et leurs homologues du continent vont se réunir, ce jeudi 6 et vendredi 7 octobre, à Prague pour discuter des réponses aux conséquences dramatiques de la guerre russe en Ukraine, selon le président du Conseil européen Charles Michel.

"Dans quelques jours, nous nous réunirons à Prague pour deux événements importants : la première réunion de la Communauté politique européenne le 6 octobre, et une réunion informelle du Conseil européen le lendemain", a-t-il déclaré, ce dimanche 2 octobre, dans la lettre d'invitation aux dirigeants de l'UE. "Nous avons convenu de lancer la Communauté politique européenne dans le but de rassembler les pays du continent", a-t-il souligné. Les dirigeants de 17 pays européens (Royaume-Uni, Turquie, les 6 pays des Balkans occidentaux, la Suisse, la Norvège, l'Islande, le Liechtenstein, l'Ukraine, la Géorgie, la Moldavie, l'Arménie et l'Azerbaïdjan) ont été invités.

La reprise de Lyman, une grande victoire pour l'Ukraine

LYMAN. La capture, ce dimanche 2 octobre, par l'armée ukrainienne de la ville de Lyman, un important nœud ferroviaire dans la région de Donetsk annexée par Moscou, pose un grave problème aux forces russes, sur la défensive, obligées d'établir une nouvelle ligne de front.

Dans l'est de la région de Kharkiv (nord-est), le réseau ferroviaire converge à un endroit vers la gare de Koupiansk Vouzloviï, pour ensuite descendre au sud vers Svatové, dans la région de Lougansk, annexée par la Russie. Pendant les six mois d'occupation russe, les trains ont acheminé par ces rails des approvisionnements aux troupes de Moscou stationnées plus au sud, faisant de cette gare un carrefour logistique vital pour les opérations militaires russes.

L'Ukraine capable de repousser la Russie

OTAN. La reprise de Lyman par l'armée ukrainienne "démontre que les Ukrainiens progressent et sont en mesure de repousser les forces russes", a déclaré, ce dimanche 2 octobre, le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg.

Interrogé sur la chaîne américaine NBC, ce dimanche 2 octobre, Jens Stoltenberg a ajouté que le maintien du soutien militaire à Kiev était le meilleur moyen de riposter à l’annexion de plusieurs régions d’Ukraine par Moscou. Il a également affirmé qu’un recours à l’arme nucléaire aurait des conséquences graves pour la Russie.

CANDIDATURE UKRAINIENNE.  Un proche de Volodymyr Zelensky a laissé exprimer sa joie après que l'Ukraine a obtenu en "48 heures" le soutien de dix pays pour rejoindre l'Otan. Sur Twitter, Mykhailo Podolyak a tenu à préciser que les pays soutenant la candidature ukrainienne étaient "pour la plupart des pays qui se souviennent des griffes empoisonnées de l'empire" russe. Et d'ajouter : "Nous sommes reconnaissants pour leur leadership et leur responsabilité. L'histoire s'écrit aujourd'hui".

VENEZUELA. Un total de 417 touristes russes ont débarqué sur l'île paradisiaque de Margarita, dans le nord-est du Venezuela, après sept mois d'interruption due aux restrictions aériennes imposées à la Russie après son invasion de l'Ukraine.

Selon le voyagiste russe Pegas Touristik, qui commerciale ces séjours, les touristes sont arrivés à bord d'un vol charter de la compagnie aérienne russe Nordwind, qui a travaillé pendant des mois à l'établissement d'un itinéraire "neutre" évitant les espaces aériens américains et européens, toujours interdits à l'aviation russe en vertu des sanctions occidentales prises après l'entrée de l'armée russe en Ukraine.  L'itinéraire a été "soigneusement" élaboré avec l'Agence fédérale russe du transport aérien pour obtenir une série d'autorisations qui ont pris "tout l'été", a déclaré l'Association des tour-opérateurs de Russie (ATOR).

ENSEIGNANTS UKRAINIENS. Le premier ministre ukrainien, Denys Smyhal, déclare que 900 enseignants ukrainiens se sont portés volontaires pour rejoindre les forces armées ukrainiennes afin de lutter contre l'invasion de la Russie depuis le 24 février. "C'est un excellent exemple de service à la population", a-t-il déclaré.

Lire aussi

PAPE FRANÇOIS. C'est la première fois que le pape a désigné directement le président russe lors d'un discours depuis le début du conflit.  Avant sa prière de l'Angélus place Saint-Pierre, le pape a voulu s’adresser "au président de la Fédération de Russie, le suppliant d’arrêter, également par amour pour son peuple, cette spirale de violence et de mort". Le souverain pontife s'est aussi exprimé pour la première fois sur les annexions de territoires ukrainiens par Moscou, déplorant "de nouvelles actions contraires aux principes du droit international".

MACRON/ZELENSKY. Ce dimanche 3 octobre, deux jours après la signature de l'annexion des 4 régions ukrainiennes par Vladimir Poutine, le président français a appelé son homologue ukrainien pour "réitérer sa ferme condamnation de l’annexion illégale par la Russie de quatre régions ukrainiennes".  Il a par ailleurs "condamné" l’arrestation par les Russes du directeur de la centrale de Zaporijia.


Julien Moreau avec AFP

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info