En difficulté en Ukraine, Poutine choisit l'escalade

Ukraine : le croiseur russe Moskva touché par des missiles ukrainiens, la menace d'une attaque nucléaire russe... Le point sur la situation

Camille Guesdon
Publié le 16 avril 2022 à 8h52
JT Perso

Source : TF1 Info

Le croiseur russe Moskva a bien coulé suite à une attaque de missiles ukrainiens.
L'Ukraine redoute une attaque nucléaire russe suite à des informations du renseignement américain extérieur.
Les combats et bombardements se poursuivent dans l'est ukrainien, notamment à Marioupol.

Au 51e jour de l'invasion russe en Ukraine, la Russie vit "un gros coup dur" selon John Kirby, le porte-parole du Pentagone. Après avoir été touché par un incendie qui a fait exploser des munitions, le croiseur russe Moskva a coulé en mer Noire dans la nuit du jeudi 14 au vendredi 15 avril, selon Moscou. Mais Kiev a immédiatement revendiqué une attaque de missiles.

Le Pentagone a confirmé que le navire amiral de la flotte russe a bien coulé après avoir été touché par deux missiles ukrainiens, dans la soirée du vendredi 15 avril. Une responsable militaire ukrainienne a de son côté affirmé que, contrairement aux propos tenus par la Russie, les 500 membres d'équipage du Moskva n'auraient pas pu être sauvé.

En représailles, la Russie a bombardé un fabricant de missiles ukrainiens dans la nuit du vendredi 15 au samedi 16 avril. Selon Sergueï Bratchouk, le porte-parole de l'administration militaire régionale d'Odessa (Ukraine), la perte du Moskva est importante pour la Russie, car il "assurait la couverture aérienne des autres vaisseaux pendant leurs opérations, notamment le bombardement de la côte et les manœuvres de débarquement".

L'Ukraine redoute une attaque nucléaire russe

La riposte militaire de l'Ukraine pourrait pousser Vladimir Poutine à commettre une attaque nucléaire. Volodymyr Zelensky a prévenu que "le monde entier" devrait être "inquiet" de ce risque, faisant écho aux informations du renseignement extérieur américain. 

Selon William Burns, le chef de la CIA, le président russe pourrait recourir à une arme nucléaire tactique ou de faible puissance dans le pays.

Dans ce contexte, l'Allemagne a annoncé être prête à débloquer plus d'un milliard d'euros d'aide militaire en faveur de l'Ukraine, vendredi 16 avril.

Les combats continuent dans l'Est de l'Ukraine

Sur le terrain, les combats se poursuivent dans l'est ukrainien ainsi que dans la ville portuaire de Marioupol (sud-est). À Donetsk, la plus grande région du Donbass, où "des combats se déroulent sur toute la ligne de front", trois personnes ont été tuées et sept blessées, selon Kiev. L'autre région de ce bassin minier, celle de Lougansk, a de son côté été le théâtre de 24 bombardements qui ont fait deux morts et deux blessés.

Le parquet ukrainien a annoncé que 10 civils, dont un bébé de sept mois, ont été tués et 35 ont été blessés après des tirs russes sur des bus d'évacuation dans la région de Kharkiv.

Lire aussi

Les frappes sur Kiev s'intensifient

La Russie a assuré que les frappes sur Kiev, la capitale ukrainienne, devraient être intensifiées pour répondre aux attaques sur des villages russes frontaliers dont elle accuse l'Ukraine. En retour, Kiev a démenti et a accusé les services russes de mener des "attaques terroristes" de l'autre côté de la frontière.

Le maire de la ville d'Aleksandria, située au sud-est de Kiev, a indiqué dans la nuit du vendredi 15 au samedi 16 avril sur Facebook, qu'un missile russe avait frappé l'aéroport de sa ville. Des équipes de secours sont sur place, mais le nombre de victime est pour l'heure inconnu. 

Les civils tués par balle à Boutcha

Selon Andriï Nebitov, le chef de la police de la région de Kiev, 95% des personnes retrouvées mortes à Boutcha, ville devenue le symbole des atrocités de l'armée russe, ont été tuées par balle. D'après le maire de Boutcha, plus de 400 cadavres y ont été découverts depuis le retrait des troupes russes.


Camille Guesdon

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info