Ukraine : neuf mois de guerre

Nucléaire : Joe Biden alerte sur un risque "d'apocalypse"

CQ
Publié le 7 octobre 2022 à 8h35
JT Perso

Source : TF1 Info

Le président américain prend au sérieux les menaces nucléaires de Vladimir Poutine.
Selon lui, le risque n’a jamais été aussi grand depuis 1962 et la crise des missiles à Cuba.

C’est sur un ton grave que Joe Biden, présent jeudi 6 octobre à une collecte de fonds de New York, a évoqué le conflit ukrainien et les récentes prises de parole de Vladimir Poutine. "Nous n'avons pas été confrontés à la perspective d'un Armageddon depuis Kennedy et la crise des missiles de Cuba", a averti le président américain, alors que son homologue russe a multiplié les menaces ces dernières semaines, allant jusqu’à évoquer la bombe nucléaire dans un discours télévisé, le 21 septembre. 

Selon le New York Times, il est assez inhabituel qu’un locataire de la Maison Blanche fasse ouvertement référence à Cuba, ses prédécesseurs ayant rarement évoqué l’éventualité d’un usage d’armes nucléaires. En 1962, au paroxysme des tensions entre les deux blocs, des missiles soviétiques avaient été placés à Cuba, pointés vers les États-Unis. Ils avaient finalement été retirés contre le retrait de certains missiles nucléaires américains de Turquie et d'Italie. 

Car Joe Biden est loin de minimiser la portée des menaces russes proférées contre l’Occident. D'après lui, Vladimir Poutine "ne plaisante pas quand il parle d'un usage potentiel d'armes nucléaires, tactiques ou d'armes biologiques ou chimiques, car son armée, on pourrait le dire, est très peu performante".

Lire aussi

Par ailleurs, le président s’est interrogé sur une porte de sortie pour le chef du Kremlin, en position délicate alors que les troupes russes sont contraintes d’abandonner du terrain en Ukraine : "Comment peut-il s'en sortir ? Comment peut-il se positionner de façon à ni perdre la face, ni perdre une portion significative de son pouvoir en Russie ?". Face à la mise en difficulté tactique des Russes, Vladimir Poutine a durci le ton et appelé à une mobilisation partielle de 300.000 réservistes parmi la population. Depuis, de nombreux jeunes hommes ont décidé de quitter le pays pour échapper à la guerre.


CQ

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info