"Poutine doit payer un prix encore plus élevé" : nouvelles sanctions des États-Unis et de l'UE contre la Russie

par T.G.
Publié le 23 février 2024 à 15h02

Source : TF1 Info

Joe Biden a annoncé vendredi une batterie de plusieurs centaines de nouvelles sanctions contre la Russie.
L'Union européenne a également adopté des mesures jeudi pour freiner la machine de guerre russe, deux ans après son invasion de l'Ukraine.

Frapper Vladimir Poutine au porte-monnaie. Les Européens et les Américains ont profité du deuxième anniversaire de l'invasion russe en Ukraine pour coordonner leur riposte : de Bruxelles à Washington, plusieurs dizaines de mesures ont été prises pour tenter d'affaiblir la Russie.

Joe Biden a annoncé, ce vendredi 23 février, un arsenal de mesures visant à la fois des individus liés à l'emprisonnement de l'opposant Alexeï Navalny, mort en prison, et la machine de guerre russe, ainsi que les personnes et entités aidant Moscou à contourner les sanctions déjà en place. Le Trésor américain avait déjà prévenu jeudi qu'il s'agirait "de la tranche (de sanctions) la plus importante depuis le début de l'invasion de l'Ukraine par Poutine".

Si Poutine ne paye pas le prix de la mort et de la destruction qu'il répand, il continuera.
Joe Biden

Joe Biden a évoqué dans un communiqué "plus de 500 nouvelles sanctions" contre "des individus liés à l'emprisonnement de Navalny" et contre "le secteur financier russe, l'industrie de défense, les réseaux d'approvisionnement et les auteurs de contournement des sanctions, à travers plusieurs continents." Les États-Unis vont aussi prendre des mesures de restriction des exportations "contre près de 100 entités qui fournissent un soutien dissimulé à la machine de guerre russe."

"Si Poutine ne paye pas le prix de la mort et de la destruction qu'il répand, il continuera", a averti le président américain dans un communiqué marquant les deux années écoulées depuis l'invasion de l'Ukraine.

De son côté, l'Union européenne a adopté jeudi un treizième paquet de sanctions. La liste noire de l'UE comprend désormais plus de 2000 personnes ou entités, selon la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, pour qui l'UE maintient ainsi "la pression sur le Kremlin". Les mesures prévoient aussi un gel des avoirs dans l'UE et une interdiction de se rendre sur le territoire de l'Union pour les personnes concernées. 

En outre, elles visent à limiter le commerce des entreprises de l'UE avec trois sociétés de Chine continentale ayant approvisionné l'armée russe. Enfin, ce paquet retient l'inscription sur une liste noire du ministre de la Défense nord-coréen pour avoir envoyé des missiles et des obus à Moscou. Des entreprises originaires d'Inde, de Turquie ou de Serbie ont également été ciblées pour avoir contribué à l'effort de guerre russe.


T.G.

Tout
TF1 Info