Poutine décrète la "mobilisation partielle" : début de contestation en Russie ?

Russie : le service militaire, une obligation pour plus de 250.000 hommes chaque année

TG
Publié le 23 septembre 2022 à 19h00
JT Perso

Source : TF1 Info

Vladimir Poutine a annoncé cette semaine la mobilisation de 300.000 réservistes pour soutenir le front ukrainien.
En Russie, le service militaire est obligatoire, et dure un an.
La plupart des jeunes rejoignent leurs casernes à reculons.

Du renfort sur le front ukrainien. C'est l'objectif que s'est fixé mardi Vladimir Poutine, annonçant la mobilisation immédiate de 300.000 réservistes qui ont une "expérience militaire". Une expérience acquise durant le service militaire, une obligation en Russie.

Plus de 250.000 hommes de 18 à 27 ans font en effet chaque année leur service. Celui-ci dure un an. L'armée procède à deux périodes d'appel : l'une au printemps/été et l'autre à l'automne. Au printemps dernier, alors que le conflit faisait déjà rage en Ukraine, Moscou avait fixé pour objectif d'envoyer 134.500 jeunes dans les casernes. Les premières affectations dans des unités sont intervenues fin mai.

Le fléau du bizutage

Des affectations redoutées par une large partie de la jeunesse russe. En cause ? Le bizutage, l'un des plus graves problèmes dans l'armée dans les années 1990. Le phénomène avait même un surnom : la dedovchina. Il s'agissait de mauvais traitements que les jeunes recrues subissaient de la part des anciens. Cela a poussé de nombreux soldats au suicide, selon les organisations de défense des droits des militaires.

Même si la situation s'est nettement améliorée ces dernières années, selon les ONG de défense des droits humains, les rites de bizutage restent toutefois fréquents. Dès lors, de nombreux jeunes Russes multiplient les stratégies pour y échapper en payant des pots-de-vin à des responsables, ou en obtenant des exemptions médicales ou grâce à leurs études.

Lire aussi

Autre crainte : partir au front, sans expérience. Le 9 mars, le ministère de la Défense a d'ailleurs reconnu que des conscrits combattaient en Ukraine et que certains avaient été faits prisonniers. Mais l'armée russe a assuré que ceux-ci avaient été envoyés sur le front par erreur et rapatriés depuis. Le Kremlin affirme que seuls des soldats et officiers professionnels, ayant signé un contrat, combattent actuellement en Ukraine. "Les appelés ne sont pas envoyés et ne sont pas encouragés à participer à l'opération", a dit Dmitri Peskov, le porte-parole de la présidence. 

Même si les troupes russes se sont fortement professionnalisées depuis le milieu des années 2000, la conscription persiste pour des raisons budgétaires, mais aussi culturelles, dans un pays cultivant de longue date le culte de l'armée et du patriotisme. Un culte qui ne semble pas prêt de flancher : en aout dernier, Vladimir Poutine a signé un décret visant à augmenter de 10% les effectifs militaires de l'armée. Il prévoit l'arrivée de 137.000 nouveaux militaires. D'après les chiffres officiels, l'armée russe comptait en 2017 au dernier recensement 1,9 million de personnes, dont un peu plus d'un million de combattants.


TG

Sur le
même thème

Tags

Tout
TF1 Info