Ukraine : Kherson libéré, un tournant dans la guerre ?

Combats à Bakhmout, Biden et Macron réunis... Le point sur la situation en Ukraine

M.C avec AFP
Publié le 2 décembre 2022 à 7h00
JT Perso

Source : Le JT

Après les frappes russes survenues ces derniers jours, de nombreux Ukrainiens sont toujours privés d'électricité.
Emmanuel Macron s'est envolé vers les États-Unis, pour une visite d'État, à la rencontre de Joe Biden.
Les faits de ces 24 dernières heures.

Après de nouvelles frappes russes, de nombreux Ukrainiens restent toujours privés d'électricité. Moscou "a détruit 40% du système énergétique ukrainien", a indiqué l'opérateur privé DTEK, le jeudi 1er décembre. Outre-Atlantique, Emmanuel Macron et Joe Biden ont annoncé apporter leur soutien à Kiev, "aussi longtemps qu'il le faudra". Retour sur les faits de ces 24 dernières heures, liés à la guerre en Ukraine. 

Des combats acharnés. Après le retrait de l'armée russe dans les villes de Kharkiv, puis de Kherson, Moscou jette désormais toutes ses forces sur Bakhmout, située au sud-est de la capitale ukrainienne. Initialement composée d'environ 70.000 habitants, la moitié de la population de Bakhmout a quitté la ville depuis le début de la guerre, survenue le 24 février 2022. 

L'Ukraine hors service

L'électricité toujours absente. Au premier jour du mois de décembre, environ six millions d'Ukrainiens sont actuellement sans électricité, et ce, dans la plupart des régions du pays, a annoncé le président Volodymyr Zelensky, dans son traditionnel discours. En raison de ces complications, au moins neuf personnes sont mortes dans des incendies après avoir tenté de chauffer leurs maisons. Mercredi 30 novembre, "il y a eu 131 incendies en Ukraine, dont 106 dans le secteur résidentiel", a rapporté le service d'urgence ukrainien.

40 % du système énergétique détruit. Jeudi 1er décembre, près de la moitié du réseau électrique ukrainien restait hors d'usage, une semaine après les dernières frappes russes sur les infrastructures concernées, a indiqué l'opérateur privé DTEK. Ce dernier souligne néanmoins les efforts "de jour comme de nuit" des électriciens pour réparer les dégâts. "La Russie a détruit 40 % du système énergétique ukrainien avec des attaques terroristes aux missiles. Des dizaines de travailleurs de l'énergie ont été tués et blessés", a affirmé DTEK dans un communiqué publié sur Telegram.

Nouvelles menaces

Lettres piégées. Les autorités espagnoles ont indiqué, jeudi, qu'une lettre piégée, aux caractéristiques "similaires" de celle ayant explosé mercredi à l'ambassade d'Ukraine à Madrid, avait été adressée la semaine dernière au Premier ministre Pedro Sanchez. Le ministère de l'Intérieur a indiqué dans un communiqué que cette même "enveloppe contenant du matériel pyrotechnique" avait été "détectée et neutralisée par les services de sécurité de la Présidence du gouvernement", le 24 novembre dernier. Sur Twitter, la représentation diplomatique russe en Espagne s'est insurgée contre l'envoi de ces lettres piégées. "Toute menace ou acte terroriste dirigé contre une mission diplomatique est totalement condamnable", a déclaré l'ambassade russe.

Biden et Macron avec l'Ukraine

Joe Biden et Emmanuel Macron réunis. Le président de la République française s'est envolé vers les États-Unis, pour une visite d'État. Lors de ce déplacement, Joe Biden et Emmanuel Macron se sont engagés, dans un communiqué commun, à soutenir l'Ukraine "aussi longtemps qu'il le faudra". Les chefs d'États ont réaffirmé "le soutien continu de leurs pays à l'Ukraine" et s'engagent notamment à lui fournir "une aide politique, sécuritaire, humanitaire et économique aussi longtemps qu'il le faudra".

"Nous avons toujours été sur la même ligne : aider l’Ukraine à résister, ne rien céder à nos valeurs et aux principes de la Charte des Nations-Unies, éviter toute escalade incontrôlée dans ce conflit et acter qu’au moment opportun, nous serons là pour aider à bâtir la paix", a lancé Emmanuel Macron, lors d'une conférence de presse aux côtés de Joe Biden. 

Lire aussi

Joe Biden ouvert à la discussion. Lors de cette même conférence de presse, le sujet Vladimir Poutine a été évoqué. Le président des États-Unis, Joe Biden, s'est dit "prêt à parler" avec le président russe, si ce dernier "cherche un moyen de mettre fin à la guerre". Chose, qu'il "n'a pas encore faite", a-t-il souligné, en direct de la Maison Blanche. 


M.C avec AFP

Tout
TF1 Info