6,65 millions d’Ukrainiens sont réfugiés dans un pays voisin, d’après l’ONU.
La Pologne et l'Allemagne sont les pays européens ayant le plus pris part à leur accueil.

Six mois de guerre et des millions de vies bousculées. Depuis le début du conflit en Ukraine, le 24 février dernier, le Haut commissariat aux réfugiés des Nations Unies (HCR) s’efforce de tenir les comptes, au plus proche de la réalité. D’après ses dernières données, datant du 17 août, 6,65 millions d’Ukrainiens sont toujours déplacés et accueillis dans un autre pays européen. Au total, plus de 11  millions de passages des frontières ont été enregistrés depuis l’Ukraine à cette date.

Près de 3 millions de personnes en Russie

Sans surprise, la Pologne voisine est celle qui reçoit le plus de réfugiés dans le cadre du plan européen de réponse à la crise que subit l’Ukraine, avec 1,27 million de personnes enregistrées sur son territoire. Suivent l’Allemagne avec 971.000 réfugiés déclarés et la République Tchèque avec plus de 410.000 réfugiés déclarés. La France, elle, a accueilli environ 96.000 Ukrainiens depuis six mois. Des données qui ne correspondent toutefois pas avec celles communiquées à l'échelle nationale : le 4 aout dernier, l'Office français de l'immigration faisait savoir à l'AFP que le cap des 100.000 réfugiés en France avait été franchi. 

Mais la Russie n’est pas en reste, puisque 2,9 millions de personnes ont rejoint le pays depuis le début de la guerre. Si Kiev et Moscou s’entendent sur ce chiffre, la réalité de ces arrivées suscite un véritable débat. L’Ukraine dénonce régulièrement des transferts forcés d'individus ou de groupes de civils en direction de la Russie ou de la Biélorussie, tandis que la Russie met en avant des évacuations de civils hors des zones de combats, principalement issus des territoires séparatistes du Donbass. 

Et parmi les Ukrainiens ayant dû fuir le pays depuis le 24 février dernier, 3,8 millions d’entre eux ont déjà pu retrouver leur maison, du moins provisoirement, selon le HCR. D’après un rapport de juillet, la majorité des réfugiés espèrent pouvoir rentrer chez eux dès que possible, bien que deux tiers d'entre eux prévoient de rester dans leur pays d'accueil jusqu'à ce que la situation s'améliore.


CQ

Tout
TF1 Info