Avec un repli des Russes vers l'est de l'Ukraine, la crainte d'un conflit qui dure

Thomas Guien avec l'AFP
Publié le 1 avril 2022 à 13h36

Source : TF1 Info

Les forces russes se repositionnent en Ukraine afin de renforcer leur offensive sur le Donbass, a estimé jeudi l'Otan.
C'est désormais le spectre d'un "conflit prolongé" qui plane dans l'Est du pays.

"Cela fait partie de leur tactique." Dans la nuit de jeudi à vendredi, Volodymyr Zelensky a livré sur son sentiment sur les derniers mouvements de troupes côté russe. De l'aveu du président ukrainien, cela n'augure rien de rassurant : "Nous savons qu'ils s'éloignent des régions où nous les battons pour se concentrer sur d'autres qui sont très importantes... où cela peut être difficile pour nous".

Après plus d'un mois de conflit, la Russie a en effet décidé de réorienter sa stratégie. Moscou a indiqué cette semaine sa volonté de réduire son activité à Kiev et Tcherniguiv afin de transférer sa puissance de frappe depuis le nord vers les régions (séparatistes) de Donetsk et de Lougansk, dans l'est. Info ou intox ? Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg estime crédible cette communication du camp russe. Selon ce dernier, les forces russes "ne se retirent pas mais se repositionnent" sur la région du Donbass, tout en maintenant "la pression sur la capitale Kiev et d'autres villes".

Un conflit "prolongé"

Les troupes russes amassées à l'Est de l'Ukraine, à quoi faut-il s'attendre ces prochaines semaines ? Pour le Pentagone, il est plutôt question de mois. Car ce recentrage laisse présager un conflit "prolongé" qui pourrait durer des mois, a prévenu ce dernier. Des experts militaires estiment en effet que Moscou a abandonné son projet d'avancer simultanément le long de plusieurs axes au nord, à l'est et au sud, en raison des difficultés rencontrés face à la résistance ukrainienne, plus forte que prévu. 

Le porte-parole du Pentagone John Kirby a déclaré qu'il était probable que les troupes "soient repositionnées, probablement en Biélorussie, pour être rééquipées et réapprovisionnées et utilisées ailleurs en Ukraine".

Vers une guerre d'usure ?

Ailleurs et plus exactement vers l'Est, afin de prendre en tenaille l'armée ukrainienne déployée depuis 2014 le long d'une ligne de front passant à proximité de Donetsk au sud, et Lougansk à l'est, jusqu'à Izioum au nord-ouest de Donetsk. "Le prochain chapitre de ce conflit risque d'être encore plus laid car il risque de tourner à la guerre d'usure, avec des bombardements accrus sur les zones civiles. Les forces russes vont probablement essayer de compenser leurs faibles performances par plus de destructions", a estimé Michael Kofman, du centre de réflexion américain CNA. 

Même crainte du côté du Pentagone : "Si de fait les Russes donnent la priorité à la région du Donbass, (...) une région où ils n'ont pas combattu depuis huit ans, une région où il y a beaucoup de soldats ukrainiens, qui sont très actifs, cela pourrait durer un moment", a déclaré à la presse le porte-parole du Pentagone, John Kirby.


Thomas Guien avec l'AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info