Un défilé militaire a eu lieu ce jeudi 9 mai à Moscou pour célébrer la victoire de l'Union soviétique en 1945.
Défiant les "élites occidentales", Vladimir Poutine a rappelé que les forces nucléaires stratégiques russes étaient toujours en alerte.
"Nous ne permettrons à personne de nous menacer", a-t-il assuré.

Tout juste investi pour un cinquième mandat, le président russe, Vladimir Poutine, défie de nouveau ses ennemis. Comme chaque année, il a supervisé ce jeudi 9 mai une grande parade militaire sur la place Rouge de Moscou, pour commémorer la victoire de l'Union soviétique sur l'Allemagne nazie en 1945. Le chef du Kremlin mobilise de longue date la mémoire de la Seconde Guerre mondiale - qui a fait 27 millions de morts côté soviétique - pour se présenter en héritier de la puissance de l'URSS et légitimer son propre pouvoir.

Il a profité de son discours pour évoquer "l'opération militaire spéciale" en Ukraine, plus de deux ans après le début de la guerre. S'adressant aux militaires et aux anciens combattants, il a rappelé que "les forces nucléaires stratégiques russes sont toujours en alerte" et prêtes au combat. Signe d'une rupture toujours plus profonde avec l'Occident, il a récemment ordonné la tenue d'exercices nucléaires tactiques, impliquant des troupes stationnées près de l'Ukraine, en réponse à des "menaces" occidentales visant la Russie.

"Ambitions dangereuses" des Occidentaux

"La Russie fera tout pour éviter un affrontement mondial. Mais, dans le même temps, nous ne permettrons pas que l'on nous menace. Nous ne permettrons à personne de nous menacer", a-t-il continué. L'armée russe a multiplié ces derniers mois les petites avancées dans l'est de l'Ukraine et se trouve en bien meilleure posture que l'année dernière, malgré les pertes.

La vérité sur la Seconde Guerre mondiale est érodée
Vladimir Poutine

Le président russe a ensuite parlé d'"ambitions dangereuses" des Occidentaux : "La vérité sur la Seconde Guerre mondiale est érodée, tout le monde essaye de détruire les mémoriaux en l'honneur des anciens combattants. Les élites occidentales veulent faire oublier notre exploit". Enfin, il a qualifié le 9 mai de "fête sacrée la plus importante de Russie", rendant hommage "à ceux qui ont défendu notre terre natale et libéré l'Europe" entre 1941 et 1945.

Les festivités du 9 mai en Russie ont cependant été revues à la baisse pour des questions de sécurité. Seuls quelques chefs d'État étaient présents, comme ceux de la Biélorussie, du Kazakhstan ou du Turkménistan, pour accompagner Vladimir Poutine, isolé sur la scène internationale. Des défilés ont aussi été annulés près des frontières ukrainienne et estonienne.


Zoe SAMIN

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info