En difficulté sur le champ de bataille, où Kiev manque cruellement de soldats, l'Ukraine prévoit de faire revenir de l'étranger les hommes en âge de combattre.
Selon des estimations, des dizaines de milliers d'Ukrainiens ont fui illégalement le pays depuis le début de la guerre pour ne pas être mobilisés.

Il n'y a pas que d'armes dont Kiev manque. Plus de deux ans après le début de l'invasion russe, l'Ukraine fait face au défi de la mobilisation. Il manquerait aujourd'hui près de 500.000 hommes sur le front pour soutenir l'effort de guerre. En difficulté face aux troupes russes, qui avancent dans l'est du pays, le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba, a annoncé, mardi 23 avril, que des "mesures" imminentes allaient être prises pour faire rentrer les hommes en âge de combattre et se trouvant à l'étranger.

"Le fait de séjourner à l'étranger ne dispense pas un citoyen de ses devoirs envers sa patrie", a indiqué sur X (ex-Twitter) le ministre ukrainien des Affaires étrangères, expliquant avoir ordonné des "mesures pour rétablir l'équité entre les hommes en âge d'être mobilisés en Ukraine et ceux à l'étranger". Dmytro Kouleba n'a pas précisé leur nature, se bornant à dire que son ministère allait "prochainement fournir des éclaircissements" sur de nouvelles procédures à suivre pour "accéder aux services consulaires"

Dans la foulée, le ministère des Affaires étrangères a annoncé "une suspension temporaire de la réception de nouveaux dossiers pour des services consulaires concernant la catégorie de citoyens ukrainiens mentionnés", précisant que cela concernait les hommes de 18 à 60 ans. Selon cette source, seule la fourniture de "cartes d'identité pour rentrer en Ukraine" est maintenue pour cette catégorie d'hommes.

Ils ont fui pour éviter d'être mobilisés

L'Ukraine interdit aux hommes en âge de combattre de voyager à l'étranger, à quelques exceptions près. Mais, selon des estimations de médias, des dizaines de milliers d'hommes ont fui le pays illégalement pour éviter d'être envoyés sur le front. Des centaines de milliers d'Ukrainiens vivaient en outre à l'étranger avant l'invasion. 

Nombre de personnalités ukrainiennes ont critiqué cette annonce, la jugeant non efficace, voire illégale. "Cela ne contraindra aucun homme étant parti à l'étranger (...) à retourner en Ukraine et à aller combattre", a estimé sur Facebook Serguï Petoukhov, ancien vice-ministre de la Justice. Le chef de l'ONG ukrainienne Union de Helsinki, Oleksandr Pavlitchenko, a lui estimé que cette décision n'allait que nuire à la réputation du pays à l'étranger, allant jusqu'à la qualifier d'"abus de pouvoir"


Y.R. avec AFP

Tout
TF1 Info