Ukraine : la guerre du froid

Cyberattaques russes, pertes humaines… Le point sur la situation en Ukraine

J.M avec AFP
Publié le 5 décembre 2022 à 7h40
JT Perso

Source : Le JT

Le directeur général du centre d’analyse des menaces numériques de Microsoft met en garde sur de potentielles cyberattaques russes en Ukraine.
Le rythme du conflit diminue, selon la plus haute responsable du renseignement américain.
Retour sur les dernières 24 heures du conflit.

Les autorités ukrainiennes ont appelé la population à "tenir" face aux coupures de courant provoquées par des frappes russes, tandis qu'au niveau militaire, d'âpres combats se poursuivent dans les régions de Kherson et de Bakhmout. Selon le porte-parole de l’armée ukrainienne pour le front oriental, Serhi Cheravaty, la Russie perdrait entre 50 et 100 soldats par journée de combat dans la ville de Bakhmout. Du côté de Washington, si le rythme du conflit a ralenti depuis quelques, il ne faut pas écarter l’idée d’un réapprovisionnement russe avant une contre-offensive. Retour sur les faits marquants de ce 285e jour de guerre. 

Cyberattaques russes. Selon Clint Watts, directeur général du centre d’analyse des menaces numériques de Microsoft, la Russie s'apprêterait à intensifier ses cyberattaques à l'encontre de l'Ukraine et de ses alliés. Ces propos ont été relayés par The Kyiv Independent. "Il a exhorté les clients à se préparer à de nouvelles cyberattaques russes au cours de l'hiver", a déclaré le média ukrainien sur Twitter. En particulier, une "cyber-offensive" devrait par ailleurs très probablement se poursuivre contre les infrastructures critiques ukrainiennes.

Risque d'une contre-offensive

Pertes humaines russes. Selon le porte-parole de l’armée ukrainienne pour le front oriental, Serhi Cheravaty, la Russie perdrait entre 50 et 100 soldats chaque jour dans les combats pour s’emparer de la ville de Bakhmout, près de Donetsk.

Pertes civiles ukrainiennes. La Russie aurait tué plus de 9400 civils depuis de la guerre, selon le premier vice-ministre de l'Intérieur, Yevhen Yenin. Ce dernier a déclaré, ce dimanche 4 décembre, que 451 enfants figurent dans cette liste de 9400 tués depuis le début de la guerre.  6800 civils ont été blessés, selon Yevhen Yenin.

Ralentissement du conflit selon Washington. "Nous constatons déjà une certaine diminution du rythme du conflit (...) et nous pensons qu'il en sera de même dans les mois à venir", a déclaré Avril Haines, la plus haute responsable du renseignement américain, citée par The Guardian. Malgré les attaques russes contre le réseau électrique et des infrastructures critiques de l'Ukraine, Kiev affiche toujours une volonté de résister, a-t-elle ajouté : "Je pense que nous ne voyons pas de preuve que cette volonté soit sapée pour le moment".

La responsable américaine a également avancé que les armées ukrainienne et russe chercheraient à se rééquiper et à se réapprovisionner dans la perspective d'une contre-offensive envisagée après l'hiver, mais reste à savoir quelle forme celle-ci prendrait. "Nous sommes en fait assez sceptiques quant à savoir si les Russes seront effectivement prêts à le faire. Je suis plus optimiste pour les Ukrainiens dans cette période-là", a poursuivi Avril Haines. 

500 localités ukrainiennes sans électricités

Electricité. Plus de 500 localités ukrainiennes se trouvaient, ce dimanche 4 décembre, toujours sans électricité, à la suite de frappes russes ces dernières semaines qui ont largement endommagé le réseau électrique national, a indiqué un représentant du ministère de l'Intérieur.

"L'ennemi continue d'attaquer les infrastructures essentielles du pays. Actuellement, 507 localités dans huit régions de notre pays sont coupées de l'alimentation électrique", a déclaré à la télévision ukrainienne Yevgueniï Yénine, premier vice-ministre de l'Intérieur. Dans le détail, "la région de Kharkiv est la plus touchée, où 112 villages sont isolés; dans les régions de Donetsk et de Kherson : plus de 90; la région de Mykolaïv : 82; la région de Zaporijia : 76; la région de Lougansk: 43", a-t-il précisé.

Lire aussi

"Pas de solution diplomatique". Il n'y actuellement "pas de solution diplomatique" à la guerre en Ukraine, a estimé, ce dimanche 4 décembre, Irina Chtcherbakova, qui a co-fondé l'ONG russe de défense des droits de l'homme Memorial, dissoute par les autorités et lauréate du prix Nobel de la Paix 2022.

"Je suis absolument convaincue qu'il n'y a pas de solution diplomatique avec le régime de Poutine, tant qu'il est encore là", a déclaré à Hambourg Irina Chtcherbakova, qui a quitté la Russie après l'invasion de l'Ukraine par les forces russes et réside actuellement en Allemagne.

OPEP. Les pays producteurs d'or noir de l'Opep+ ont laissé inchangés, ce dimanche 4 décembre, leurs quotas de production dans un climat très incertain, à la veille de l'entrée en vigueur de nouvelles sanctions visant la Russie.

Les représentants des treize membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) conduits par Ryad, et leurs dix alliés emmenés par Moscou, ont convenu de garder le cap décidé en octobre d'une réduction de deux millions de barils par jour jusqu'à fin 2023, ont indiqué à l'AFP deux participants à la réunion.


J.M avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info