Russie, Trump, Fox News... Biden entre sérieux, moqueries et autodérision au dîner des correspondants de la Maison Blanche

Julien Moreau
Publié le 1 mai 2022 à 8h53, mis à jour le 1 mai 2022 à 10h25
JT Perso

Source : TF1 Info

Joe Biden a renoué avec la tradition en se présentant au dîner des correspondants de la Maison Blanche.
L’actuel président des États-Unis en a profité pour tacler son prédécesseur.
Un évènement que Donald Trump a boudé pendant tout son mandat.

Pour la première fois depuis 2016, le président des États-Unis a passé du temps avec les journalistes lors du dîner de gala des correspondants de la Maison Blanche, ce samedi 30 avril. Joe Biden a désiré renouer la tradition après deux annulations consécutives liées à la pandémie et quatre années de présidence de Donald Trump qui n’a jamais souhaité se présenter à cet événement. Depuis 1980, aucun président n’avait manqué la soirée.

"Je suis très heureux d'être ici ce soir avec le seul groupe d'Américains dont la cote de popularité est inférieure à la mienne", a d'abord lancé le démocrate en ouverture de son discours. Avant de parler des choses sérieuses, Joe Biden a fait rire les journalistes en adoptant un ton plus léger.

L’actuel président des États-Unis en a profité pour critiquer son prédécesseur républicain Donald Trump, qui ne s'est jamais présenté à cette soirée. Il a observé que les dernières années avaient été difficiles : "Nous avons eu une horrible peste suivie de deux années de Covid".

Il a également moqué et attaqué la chaîne conservatrice, Fox News. Acquise à la cause de Donald Trump, le groupe, détenu par le milliardaire Rupert Murdoch, en a pris pour son grade, notamment pour les positions anti-vaccins de ses présentateurs stars. "Tout le monde devait être vacciné (pour venir au dîner, ndlr) et avoir reçu son rappel. Donc si vous êtes à la maison à nous regarder et vous ne savez pas comment faire, demandez à votre journaliste de Fox préféré. Ils sont tous ici, vaccinés et ont leur rappel, tous !", lance le président américain.

Joe Biden a ensuite adopté un ton plus sérieux, en rendant hommage aux journalistes couvrant la guerre en Ukraine et en alertant sur "le poison qui se diffuse dans notre démocratie (...) avec la désinformation qui augmente fortement. Vous, la presse libre, êtes plus importants que vous ne l'avez jamais été pendant le dernier siècle", a-t-il souligné. Pourtant, le président a gentiment réprimandé les journalistes, les exhortant à éviter le sensationnalisme et la banalisation. 

"Le premier amendement accorde à une presse libre une protection extraordinaire, mais il s'accompagne, comme beaucoup d'entre vous le savent, d'une très lourde obligation de rechercher la vérité du mieux que vous pouvez, non pas pour enflammer ou divertir, mais pour éclairer et éduquer”, a-t-il déclaré, en visant sans le dire, Fox News. "La démocratie américaine n'est pas une émission de téléréalité", a-t-il ajouté.

"Vous n'irez pas en prison"

Au moment de donner la parole au maître de cérémonie, l'humoriste Trevor Noah, Joe Biden a lancé : "Trevor, la très bonne nouvelle, c'est que maintenant, vous allez pouvoir charrier le président des États-Unis. Et contrairement à ce qui se passe à Moscou, vous n'irez pas en prison".

Lire aussi

Joe Biden, 79 ans, n'a pas assisté au repas, par précaution. Sa vice-présidente Kamala Harris avait été testée positive au coronavirus la semaine passée.


Julien Moreau

Tout
TF1 Info