Le ministre britannique de la Défense Ben Wallace n'a pas exclu jeudi de fournir à l'Ukraine des avions de chasse, tout en avertissant qu'il ne s'agissait pas d'une "baguette magique" étant donné le temps de formation nécessaire.
Suivez les dernières infos sur le conflit.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

DES AVIONS POUR L'UKRAINE ? "DES MOIS, VOIRE DES ANNEES"


Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a souligné jeudi qu'envoyer des avions de chasse en Ukraine nécessiterait des "mois" voire des "années" de formation pour les pilotes, soulignant qu'il cherchait la manière la plus efficace d'aider Kiev.


L'important est de savoir "ce qui ferait le plus la différence", a déclaré Rishi Sunak, dans un entretien diffusé jeudi soir sur TalkTV, mettant en avant sa décision de fournir quatorze chars Challenger 2 à l'Ukraine --qui doivent être livrés d'ici fin mars. Plusieurs autres pays occidentaux ont ensuite emboîté le pas du Royaume-Uni en fournissant de tels engins. 


"Nous sommes toujours dans un dialogue avec nos amis ukrainiens sur la bonne manière de les aider", a expliqué Rishi Sunak. Ce qu'il faut "garder à l'esprit" avec les avions de combat est qu'il s'agit "d'équipements incroyablement sophistiqués qui nécessitent des mois si ce n'est des années d'entraînement", a-t-il fait valoir.

JO 2024


La Pologne s'attend à ce qu'une quarantaine de pays s'opposent à la présence d'athlètes russes et bélarusses aux Jeux olympiques de Paris en 2024, a indiqué jeudi son ministre des Sports Kamil Bortniczuk. 


"Je pense que la semaine prochaine révèlera une attitude très ferme de la part des représentants de 40 pays", a-t-il affirmé à la télévision publique. Leur position "sera très clairement opposée à la participation des Russes et des Bélarusses aux Jeux olympiques". 


Selon lui, il s'agira au moins des pays de l'Union européenne, de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis. Les ministres des Sports concernés doivent tenir une vidéo-conférence le 10 février sur le sujet, a précisé M. Bortniczuk.

DROITS DE L'HOMME


"Des comptes (sur l'application) Telegram révèlent que les Russes enlèvent des enfants ukrainiens et réalisent avec eux des vidéos sexuelles", a affirmé le commissaire aux droits humains du Parlement ukrainien Dmytro Lubinets, dans un message sur Telegram.


"Par exemple, ils proposent pour 250.000 roubles (plus de 3.200 euros) un garçonnet ukrainien", a-t-il ajouté, assurant qu'il s'agissait d'un orphelin. M. Lubinets a publié l'extrait d'un échange sur une messagerie internet non identifiée entre deux personnes discutant l'implication d'un jeune garçon dans le tournage d'un film pédo-pornographique. "Il vient d'Ukraine, d'un orphelinat, il n'a pas de parents", écrit l'une des personnes. "Nous faisons venir des petits pour ce type de travail. Ce n'est pas le premier que nous faisons venir".


M. Lubinets n'a pas précisé comment il avait obtenu cet échange. Il a appelé la police et la justice ukrainiennes à prendre "les mesures appropriées pour trouver et punir les coupables."

EUROPE


Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a estimé jeudi que son pays, envahi par la Russie fin février 2022, méritait de commencer dès "cette année" les pourparlers en vue d'entrer dans l'Union européenne.


"Je pense que l'Ukraine mérite de commencer cette année les négociations concernant son adhésion à l'UE", a déclaré M. Zelensky, s'exprimant à la veille d'un sommet à Kiev entre l'Union européenne et l'Ukraine.

MENACES


Vladimir Poutine a dressé jeudi un parallèle entre la guerre contre Hitler et son offensive en Ukraine. "Nous avons de quoi répondre", menace le président russe en référence aux livraisons d'armes occidentales.

SOUTIEN AERIEN


Le ministre britannique de la Défense Ben Wallace n'a pas exclu jeudi de fournir à l'Ukraine des avions de chasse, tout en avertissant qu'il ne s'agissait pas d'une "baguette magique" étant donné le temps de formation nécessaire.


"Sur la questions des avions, j'ai été clair. S'il y a une chose que nous avons apprise de l'année qui s'est écoulée, c'est de ne rien acter d'avance et de ne rien exclure", a-t-il déclaré à des journalistes le ministre en marge d'un sommet du partenariat Aukus avec l'Australie.


"Je suis très ouvert pour examiner toute sorte de système, non seulement des avions, pour apporter cette aide à l'Ukraine", a déclaré Ben Wallace. "Ces choses n'arrivent pas du jour au lendemain. Mais je peux dire que nous ne mettons pas les Ukrainiens en danger", a-t-il ajouté.

MISE EN GARDE


La Russie utilisera tout son "potentiel" militaire pour répondre aux livraisons d'armes à l'Ukraine, a averti le Kremlin jeudi, quelques jours après que les Occidentaux se sont mis d'accord pour envoyer des chars lourds à Kiev.


"Quand apparaîtront de nouvelles armes fournies par l'+Occident collectif+, la Russie utilisera pleinement son potentiel existant pour répondre" à ces livraisons, a déclaré le porte-parole de la présidence russe Dmitri Peskov, cité par les agences de presse russes.

BOYCOTT DE LA RUSSIE


Ne pas offrir une tribune à la Russie un an après le début de la guerre en Ukraine: des parlementaires de 20 pays veulent bannir la délégation russe d'une réunion de l'OSCE prévue à la fin du mois à Vienne.


Une telle participation à une date aussi symbolique enverrait "un mauvais signal" à la communauté internationale et "pourrait même être perçue comme une provocation", écrivent-ils dans une lettre aux autorités autrichiennes consultée jeudi par l'AFP.


L'OSCE, instaurée en 1975, au cœur de la Guerre froide, pour favoriser les échanges Est-Ouest, ne doit pas être "un forum inconditionnel de dialogue", écrivent les députés de quinze pays de l'Union européenne (UE), parmi lesquels des Français et des Allemands, ainsi que du Royaume-Uni, d'Ukraine, de Géorgie, d'Islande et du Canada.

POUTINE


Vladimir Poutine s'exprime en direct de Volgograd à l'occasion des 80 ans de la bataille de Stalingrad. "La résistance des défenseurs de cette ville nous impressionne toujours", estime le président russe, qui ne veut "permettre à personne de dénigrer l'importance de cette bataille".


"Le nazisme dans sa forme moderne créé une menace pour notre pays. Nous sommes obligés de repousser l'Occident collectif, de repousser des chars allemands qui portent sur leurs blindages des croix. On essaie de nous combattre. La propagande des élites occidentales sont inamicales, mais nous avons des amis en Europes, aux Etats-Unis."


Et le président russe de mettre en garde, en faisant allusion à l'arme nucléaire : "Ceux qui essaient de faire rentrer l'Allemagne dans une nouvelle guerre contre la Russie et pensent que c'est un fait accompli ne comprennent pas que le combat moderne contre la Russie sera différent. Nous n'envoyons pas nos chars vers leurs frontières. Mais nous avons de quoi répondre. Et ce ne sera pas avec des blindés. Ceux qui nous menacent ne comprennent pas que nous avons été éduqués dans les traditions de notre peuple."

ACCÉLÉRER


Le président Volodymyr Zelensky a appelé jeudi l'Union européenne à adopter "plus vite" de nouvelles sanctions contre la Russie, près d'un an après le début de l'invasion russe en Ukraine.


"On voit aujourd'hui que le rythme des sanctions en Europe a un peu ralenti", a dit M. Zelensky lors d'une conférence de presse à Kiev avec la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. "Plus cette tâche sera faite vite et qualitativement, plus nous serons proches de la défaite de l'agression russe", a-t-il déclaré.

SERGUEÏ LAVROV


Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a accusé les Occidentaux de soutenir l'Ukraine pour mettre fin à "la question russe". Il a notamment ciblé la cheffe de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, actuellement en visite à Kiev. Depuis un an, le Kremlin essaye de présenter le geurre en Ukraine comme l'équivalent du combat de l'URSS contre le nazisme.

160 MILLIONS


Selon la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, le plafonnement du prix du pétrole russe à l'export à 60 dollars fixé début décembre par l'UE, le G7 et l'Australie "coûte déjà à la Russie environ 160 millions d'euros par jour".


Début décembre, l'UE avait également mis en place un embargo sur le pétrole brut russe transporté par voie maritime. Celui-ci va s'étendre dès dimanche à l'achat de produits pétroliers raffinés russes et les pays du G7 plafonneront également le prix de ces produits.

VENGEANCE


Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé jeudi la Russie de préparer ses forces armées pour "se venger" de l'Ukraine et de l'Europe qui soutient Kiev face à l'invasion russe.


"La Russie est en train de concentrer ses forces, nous le savons tous. Elle veut se venger non seulement de l'Ukraine mais aussi de l'Europe libre", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse en compagnie de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.


Ces derniers jours, l'armée russe a intensifié ses assauts dans l'est et dans le sud de l'Ukraine, revendiquant des gains autour de la ville pilonnée de Bakhmout et proche de Vougledar. Selon le président ukrainien, "le rêve d'une Europe pacifique ne peut être réalisé qu'avec l'Ukraine et seulement en battant la Russie et son agression".

L'UE RASSURÉE


La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a salué jeudi à Kiev les récents efforts de lutte anti-corruption en Ukraine, question-clé pour le pays, en pleine guerre, et pour son adhésion future à l'UE.   


"Je suis rassurée de voir les organismes anti-corruption en alerte et détectant rapidement les cas de corruption", a-t-elle dit aux côtés du président ukrainien Volodymyr Zelensky, dont elle a salué la réaction "rapide au niveau politique" pour que cette lutte ait des "résultats tangibles".

Urgent

SANCTIONS


L'UE prévoit de boucler un nouveau paquet de sanctions contre Moscou d'ici à l'anniversaire de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février, a déclaré jeudi à Kiev la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.


"D'ici au 24 février, exactement un an après le début de l'invasion, nous visons à mettre en place le dixième paquet de sanctions", a-t-elle annoncé lors d'une conférence de presse conjointe avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky. 

AIDE NORVÉGIENNE


Le Premier ministre norvégien Jonas Gahr Stoere a annoncé, ce jeudi 2 février, que le pays allait augmenter les dépenses de son fonds souverain, l'un des plus grands investisseurs au monde, dans les années à venir pour soutenir l'aide militaire et civile à l'Ukraine. Si le montant de l'aide n'a pas été précisée, elle sera pluriannuelle.

DEAL


Une filiale de General Atomics a annoncé son intention de livrer des drones de combat sophistiqués à l'Ukraine. Des appareils de pointe qu'elle pourrait lui fournir pour un dollar symbolique. La société n'attend plus que le feu vert du gouvernement américain.

ARMES


Dans son dernier point de situation, publié ce jeudi 2 février, le ministère de la Défense britannique estime que le rôle de la Russie en tant "qu'exportateur d'armes fiable est probablement affaibli par son invasion en Ukraine et les sanctions internationales". 


"Une pénurie de composants affecte probablement la production d'équipements destinés à l'exportation, tels que les véhicules blindés, les hélicoptères d'attaque et les systèmes de défense aérienne " explique le renseignement.

ACCUSATIONS


Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a accusé jeudi les Occidentaux de soutenir l'Ukraine pour mettre fin à " la question russe", accusant nommément la cheffe de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, en visite à Kiev.


Mme von der Leyen "a déclaré que le résultat de la guerre doit être la défaite de la Russie, et une défaite telle qu'elle ne se relève pas pendant des décennies", a dit dans une interview télévisée Sergueï Lavrov, "N'est-ce pas du racisme, du nazisme et une tentative de résoudre la question russe ?".

CRAINTES


L'Ukraine s'inquiète d'une nouvelle offensive de la Russie à l'approche du premier anniversaire de l'invasion. De nombreux observateurs jugent, eux aussi, que Moscou prépare une nouvelle opération majeure aux alentours du 24 février. Dans ce cadre, Kiev demande aux Occidentaux d'accélérer les livraisons d'armements.

EXPULSION


Quatre diplomates russes, dont deux accrédités auprès des Nations unies à Vienne, vont être expulsés par l'Autriche, a annoncé jeudi le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué transmis à l'AFP. 


Ils ont agi de "manière incompatible avec leur statut diplomatique", selon la même source. L'expulsion de diplomates est très rare en Autriche, un pays neutre traditionnellement proche de la Russie avant l'invasion de l'Ukraine. 

REPORTAGE

VISITE SYMBOLIQUE


Plusieurs hauts responsables de l'Union européenne se rendent à Kiev ce jeudi 2 février. Une douzaine de personnes doivent faire le déplacement pour discuter de l'aide militaire, financière et politique apportée par l'UE à Kiev.


Ce voyage, qui revêt un caractère très symbolique à l'approche du premier anniversaire de l'invasion russe, vise à rappeler le soutien de l'Europe à l'Ukraine. La délégation de l'UE doit rencontrer des membres du gouvernement ukrainien. Vendredi, la cheffe de la Commission, Ursula von der Leyen et le président des 27 dirigeants nationaux de l'UE, Charles Michel, rencontreront le président Volodymyr Zelensky.

RÉCAP'


On vous résume ici les informations importantes de ces 24 dernières heures dans le conflit en Ukraine : 

"MAL ABSOLU"


La frappe russe qui a touché un immeuble d'habitation à Kramatorsk a fait deux morts et une vingtaine de blessés mercredi, selon un dernier bilan. "Au moins huit immeubles d'habitation ont été endommagés, dont un complètement détruit. Des personnes pourraient se trouver sous les décombres", a indiqué la police de Donetsk.


"Plus d'une centaine de policiers sont à l'oeuvre sur le lieu de l'attaque", a-t-elle précisé. Des journalistes de l'AFP ont vu deux corps là où les secours dégageaient les décombres. "Des personnes pacifiques sont mortes et se trouvent sous les décombres", a écrit le président ukrainien Volodymyr Zelensky après le tir de roquette. 


"C'est la réalité quotidienne de la vie dans notre pays. Un pays frisant le mal absolu", a-t-il souligné. La ville de Kramatorsk est située dans la région orientale de Donetsk. Des séparatistes soutenus par le Kremlin contrôlent partiellement depuis 2014 cette région industrielle, y compris sa principale ville, Donetsk. Après avoir décrété l'an dernier que la région était russe, Moscou tente actuellement de la conquérir intégralement.

DRONES


Une société de défense américaine a annoncé mercredi qu'elle souhaitait fournir deux drones de combat sophistiqués à l'Ukraine pour seulement un dollar symbolique et a appelé le gouvernement américain à approuver la transaction.


General Atomic Aeronautical Systems, filiale de General Atomics, a indiqué qu'elle exhortait depuis des mois Washington à livrer à l'Ukraine ses puissants drones Grey Eagle et Reaper (aussi appelé "drone tueur"), utilisés par les forces armées américaines lors d'opérations de surveillance et d'attaques ciblées en Afghanistan, Syrie, Irak et d'autres zones de conflits.


Ces drones, qui peuvent parcourir de longues distances à moyenne altitude, font partie des technologies qui permettraient de renforcer les capacités de défense de l'Ukraine dans la guerre qui l'oppose à la Russie, selon le constructeur.

CÉLÉBRATIONS


La Russie célèbre jeudi les 80 ans de la victoire soviétique dans la bataille de Stalingrad, tournant majeur de la Seconde guerre mondiale et symbole du patriotisme prôné avec une force redoublée par Vladimir Poutine en pleine offensive en Ukraine.


Les célébrations interviennent au moment où des combats acharnés opposent les forces russes aux soldats ukrainiens dans l'ex-république soviétique, théâtre depuis plus d'un an d'une offensive russe déclenchée selon le Kremlin pour "démilitariser" et "dénazifier" ce pays voisin.


Le président russe se déplacera à Volgograd pour participer aux célébrations, selon le Kremlin. 

Bonjour et bienvenue dans ce direct consacré à la guerre en Ukraine. Retrouvez ici les dernières informations sur le conflit.

Au moins deux personnes ont perdu la vie dans une frappe russe sur un immeuble du centre-ville de Kramatorsk, dans l'est de l'Ukraine, a annoncé mercredi soir le gouverneur de la région Pavlo Kyrylenko. Celui-ci a précisé que sept personnes avaient été blessées et que d'autres victimes risquaient d'être retrouvées sous les débris. La ville est située dans la région orientale de Donetsk. Après avoir décrété l'an dernier que la région était russe, Moscou tente actuellement de la conquérir intégralement.

Le Kremlin a estimé mercredi que la livraison potentielle de missiles de plus longue portée à l’Ukraine par les États-Unis ne changerait "pas le cours des événements" et que la Russie poursuivrait son offensive coûte que coûte. 

Retrouvez les dernières infos dans le fil ci-dessus.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info