Guerre en Ukraine : un séisme pour l'économie mondiale

Malgré les tensions, Moscou ramène un astronaute américain sur Terre

F.S.
Publié le 30 mars 2022 à 20h05
JT Perso

Un vaisseau russe Soyouz a ramené à terre trois astronautes de la Station spatiale internationale.
Deux cosmonautes russes et un astronaute américain ont atterri dans les steppes kazakhes, dans un contexte tendu entre leurs pays respectifs.

Lorsqu'il a décollé de Baïkonour le 9 avril 2021, il n'était pas question de guerre en Ukraine. Après 355 jours d'affilée dans la Station Spatiale Internationale, le retour sur Terre de l'astronaute américain Mark Vande Hei s'est effectué ce mercredi matin dans un tout autre contexte.

Entretemps, la Russie a envahi l'Ukraine le 24 février dernier, et les États-Unis ont pris la tête d'une coalition occidentale exerçant de multiples sanctions contre le régime de Moscou. En dépit de quelques inquiétudes exprimées par la NASA, et attisées par des commentaires de ses partenaires russes, l'atterrissage de la capsule dans une steppe du Kazakhstan s'est déroulée sans encombre. 

Les astronautes russes Anton Chkaplérov et Piotr Doubrov, ainsi que Mark Vande Hei - qui est par ailleurs un gradé de l'armée américaine, se sont extirpés de leur capsule avec de grands sourires, avant de se dire au revoir après des mois passés ensemble à bord de l'ISS. Les deux Russes sont repartis pour une base de la région de Moscou, tandis qu'un avion spécial de la NASA emmenait l'astronaute américain en direction de Cologne (Allemagne), pour une escale de ravitaillement.

Un peu plus tard, l'Américain tweetait sur sa fierté de la mission accomplie "pour toute l'humanité", en soulignant les personnes "exceptionnelles" avec lesquelles il avait vécu à bord de la Station Spatiale Internationale (voir ci-dessus). Il détient désormais le record de jours consécutifs dans l'espace pour un astronaute américain, avec 355 jours à bord. 

L'hypothèse d'une chute de l'ISS

Si la sécurité et l'entente à bord semblent n'avoir jamais été menacées, des tensions s'étaient fait sentir sur Terre dès le début de l'offensive russe en février dernier. Le patron de Roscosmos (l'agence spatiale russe) a multiplié les déclarations nationalistes sur les réseaux sociaux, et avait même évoqué l'hypothèse d'une chute de la Station internationale. C'est en effet un vaisseau russe Soyouz qui a la charge de transporter les astronautes entre la Terre et l'espace, et surtout ce sont les moteurs des cargos russes Progress qui réalisent périodiquement les corrections nécessaires au maintien de la Station sur son orbite.

Lire aussi

La coopération spatiale était jusqu'ici l'un des rares domaines exempts des tensions entre la Russie et les pays occidentaux, qui n'ont cessé de croître depuis l'annexion en 2014 de la Crimée par Moscou. Mais ces dernières semaines, plusieurs projets de coopération ont fait les frais de la crise autour de l'Ukraine. L'Agence spatiale européenne (ESA) a ainsi acté la suspension de la mission russo-européenne ExoMars, tandis que Moscou suspendait de son côté le lancement de satellites OneWeb. 


F.S.

Tout
TF1 Info