Ukraine : une guerre partie pour durer

Guerre en Ukraine : Évacuation d'Azovstal, la Suède se rapproche de l'Otan... Le point sur la situation

Julien Vattaire avec AFP
Publié le 17 mai 2022 à 5h56
JT Perso

Source : Le CLUB

Les combats s'intensifient dans l'est de l'Ukraine.
Poutine met en garde contre des déploiements de l'Otan en Suède ou en Finlande.
Les faits marquants des dernières 24 heures.

Au 82ᵉ jour de l'invasion russe en Ukraine, l'offensive des forces du Kremlin dans le Donbass s'est intensifiée ce lundi 16 mai et a fait 10 morts à Severodonetsk, un important centre administratif encore sous le contrôle de Kiev, tandis que la Russie a averti qu'elle réagirait à des déploiements d'"infrastructures militaires" de l'Otan en Finlande et en Suède, candidates à une entrée dans l'Alliance atlantique.  

Sur le plan diplomatique, à Bruxelles, l'Union européenne a tenté, quant à elle, de s'entendre sur un arrêt des achats de 

pétrole russe, refusé par la Hongrie, arguant du poids financier qu'une telle mesure ferait peser sur elle. 

L'est de l'Ukraine au cœur des combats

Situation à Kharkiv. Selon Kiev, les Ukrainiens ont repris le contrôle d'une partie de la frontière dans la région de Kharkiv. Une vidéo diffusée sur Facebook montre des soldats ukrainiens devant un poteau-frontière peint aux couleurs de l'Ukraine, jaune et bleu. Le ministère de la Défense s'est félicité que ses forces aient "expulsé les Russes".  

Combats dans le Donbass. Les autorités ukrainiennes s'attendent à ce que les unités désengagées de la région de Kharkiv aillent renforcer les troupes russes dans le Donbass, où elles ne progressent que laborieusement, selon Oleksiï Arestovytch, un conseiller de la présidence ukrainienne. "On se prépare à de nouvelles tentatives de la Russie d'attaquer dans le Donbass", pour "intensifier son mouvement vers le sud de l'Ukraine", avait déclaré le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, dimanche soir. Plusieurs responsables occidentaux, notamment les services de renseignement militaire britanniques, ont souligné ces derniers jours que l'offensive russe dans l'est de l'Ukraine n'avait permis ces derniers temps aucun gain territorial substantiel. 

Évacuation d'Azovstal. Plus de 260 combattants ukrainiens, dont 53 blessés, ont été évacués lundi de l'aciérie Azovstal, dernier bastion de résistance ukrainienne à Marioupol. "Le 16 mai, 53 blessés graves ont été évacués d'Azovstal vers Novoazovsk pour assistance médicale et 211 autres ont été transportés à Olenivka par un couloir humanitaire", a précisé la vice-ministre ukrainienne de la Défense, Ganna Malyar. Ils devraient être, dans un second temps, en territoire contrôlé par l'Ukraine, "dans le cadre d'une procédure d'échange"

10 morts à Severodonetsk. Au moins dix personnes ont été tuées dans des bombardements russes sur la ville de Severodonetsk, dans l'est de l'Ukraine, quasiment encerclée par les forces de Moscou. "Severodonetsk a subi des frappes très puissantes", a déclaré le gouverneur de la région, Serguiï Gaïdaï, sur Telegram, accompagnant son message de photographies des destructions. Pavlo Kyrylenko, le gouverneur de la région voisine de Donetsk, a également annoncé que neuf civils avaient été tués lundi et 16 blessés dans sa région. 

Le Kremlin multiplie les avertissements face à un élargissement de l'Otan

Adhésions à l'Otan. La Suède va officiellement demander son adhésion à l'Otan. Ce lundi, l'annonce a été faite par la Première ministre du pays, Magdalena Andersson, évoquant une nouvelle "ère" pour le pays scandinave. D'après elle, l'ambassadeur suédois auprès de l'Otan va transmettre "sous peu" la candidature de Stockholm. Cette dernière s'inscrit dans la lignée de celle formulée par la Finlande ces derniers jours. D'ailleurs, les deux pays ont déjà annoncé leur volonté de déposer leur candidature simultanément. 

Opposition de la Russie et de la Turquie. Face à l'élargissement probable de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (Otan) à la Finlande et la Suède, Vladimir Poutine a estimé lundi que ces adhésions ne constituaient pas "une menace immédiate". Mais, le président russe a assuré que "le déploiement d'infrastructures militaires sur les territoires de ces pays entraînera bien sûr une réponse". De son côté, la Turquie, par la voix de son président, Recep Tayyip Erdogan, a martelé qu'elle ne "cèderait pas" quant à son refus de voir la Finlande et la Suède entrer dans l'Otan. Ankara estime que les deux font preuve de mansuétude envers les rebelles kurdes du PKK (parti des travailleurs du Kurdistan), considéré comme organisation terroriste.

Soutien. Les candidatures de la Suède et de la Finlande prouvent qu'"une agression ne paie pas", a jugé le secrétaire général de l'Alliance atlantique, Jens Stoltenberg. Il s'est aussi dit "confiant" dans la possibilité pour les États de l'Alliance de trouver un compromis avec la Turquie. Lundi soir, la France assurait qu'elle "se tiendrait aux côtés" des deux pays en cas d'agression, tandis que Londres appelait à ce qu'ils soient intégrés à l'Otan "dès que possible"

McDonald's et Renault ont quitté le sol russe

Blocage des sanctions. Le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba, a déploré lundi le blocage de l'embargo pétrolier européen par la Hongrie. "Le sixième paquet de sanctions de l'UE doit inclure un embargo pétrolier et je suis désolé que cette décision tarde à être adoptée. Un seul pays continue de bloquer", a-t-il fustigé. "Mais il ne m'appartient pas de dire au Premier ministre hongrois, Viktor Orban, comment il doit agir. C'est une affaire de famille pour l'Union européenne (...) Je suis confiant. L'embargo sera décidé, mais il y aura un prix à payer", a-t-il ajouté. 

Eurovision. Victorieux samedi lors de la 66ᵉ édition du concours européen de la chanson, les Ukrainiens ont donné une autre dimension à leur titre. Ils ont publié une vidéo mettant en scène des mères en tenue militaire dans des villes "près de Kiev qui ont souffert des horreurs de l’occupation russe". Les six artistes ont quitté l’Italie ce lundi pour rejoindre leur pays, toujours en guerre contre la Russie.

Retrait de McDonald's. Le géant américain de la restauration rapide McDonald's, qui avait fermé ses enseignes en Russie début mars, a annoncé ce lundi se retirer du pays et vendre toutes ses activités, en réaction à l'invasion russe de l'Ukraine. "Nous sommes engagés envers notre communauté mondiale et devons rester inflexibles quant à nos valeurs", a déclaré le PDG du groupe, Chris Kempczinski, cité dans un communiqué de l'entreprise. "Le respect de nos valeurs signifie que nous ne pouvons plus conserver les Arches (le logo de McDonald's, ndlr)" en Russie.

Renault a quitté la Russie. Près de trois mois après le début de l'invasion russe en Ukraine, le groupe automobile français cède ses parts. Les actifs de Renault en Russie sont désormais propriété de l'État russe, a informé le ministère russe de l'Industrie et du Commerce, ce lundi matin. "Des accords ont été signés pour un transfert des actifs russes du groupe Renault à la Fédération de Russie et au gouvernement de Moscou", indique-t-il dans un communiqué. Renault garde toutefois l'option de racheter ses parts pendant six ans. 


Julien Vattaire avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info