Guerre en Ukraine : la Pologne prête à accueillir des armes nucléaires sur son sol

par M.D. avec AFP
Publié le 22 avril 2024 à 14h11

Source : JT 20h WE

Le déploiement potentiel d'armes nucléaires en Pologne fait l'objet de discussions entre Varsovie et Washington.
En juin 2023, le président russe Vladimir Poutine avait annoncé le transfert en Biélorussie d'armes nucléaires.

La Pologne se dit prête à accueillir l'arme nucléaire sur son territoire, si l'Otan, dont elle est membre, décidait de renforcer son flanc Est face au déploiement par la Russie de nouvelles armes à Kaliningrad et en Biélorussie voisine, a déclaré le président polonais dans un entretien au quotidien populaire Fakt publié ce lundi 22 avril.

"Si nos alliés décidaient de déployer des armes nucléaires dans le cadre du partage nucléaire sur notre territoire afin de renforcer la sécurité du flanc oriental de l'Otan, nous sommes prêts à le faire", a expliqué Andrzej Duda.

Des discussions sont en cours

Le chef de l'Etat polonais, qui se trouve actuellement au Canada après une visite aux États-Unis, a ajouté que la question d'un déploiement potentiel d'armes nucléaires en Pologne faisait l'objet de discussions entre Varsovie et Washington "depuis un certain temps". "J'ai déjà abordé ce sujet à plusieurs reprises", a-t-il déclaré. Dmitri Duda avait rencontré en mars son homologue américain Joe Biden.

"La Russie militarise de plus en plus l'enclave de Kaliningrad. Elle est en train de transférer ses armes nucléaires au Bélarus", deux territoires qui sont voisins de la Pologne, a souligné le président polonais auprès du journal Fakt. En juin 2023, le président russe Vladimir Poutine avait annoncé avoir transféré en Biélorussie de premières armes nucléaires.

Au sommet tenu à Vilnius en 2023, les Alliés ont réaffirmé que l’Otan ferait "tout ce qui est nécessaire pour assurer la crédibilité, l'efficacité, la sûreté et la sécurité de sa mission de dissuasion nucléaire, y compris continuer de moderniser ses capacités nucléaires et actualiser son processus de planification".

Interrogé sur cette éventualité, le porte-parole du Kremlin a affirmé lundi que la Russie garantira sa "sécurité" si cela devait se produire. "Les militaires analyseront bien sûr la situation et, dans tous les cas, prendront toutes les mesures de rétorsion nécessaires pour garantir notre sécurité", a déclaré à la presse Dmitri Peskov.


M.D. avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info