Plusieurs milliers de personnes ont déjà été évacuées dans la région de Kharkiv, où les forces russes ont lancé une nouvelle offensive le 10 mai.
Pour les nombreux habitants restés sur place, la vie se retrouve désormais rythmée par des bombardements répétés.
Plusieurs familles victimes de ces frappes quotidiennes témoignent sur LCI.

Dans la région de Kharkiv, l'offensive de la Russie continue d'affaiblir l'armée ukrainienne. Ces derniers jours, Volodymyr Zelensky s'est toutefois voulu rassurant. "Nos forces détruisent l'occupant, les résultats sont tangibles", a-t-il affirmé lundi dans son allocution quotidienne. Si plus de 10.000 personnes ont déjà dû évacuer leur domicile depuis le début de l'assaut des forces russes, de nombreux habitants sont toujours sur place, en proie aux bombardements de l'aviation et des drones ennemis. 

Maisons réduites en ruines

À Kharkiv, les dégâts sont déjà bien visibles. Dans un quartier résidentiel de la deuxième ville d'Ukraine, où une équipe de LCI s'est rendue, une maison apparaît entièrement éventrée. En pleine nuit, le souffle de l'explosion a tout dévasté. Un parterre a été réduit en ruines. Au moment du choc, Liocha était plongé dans son sommeil. "Ma femme dormait ici, dans ce coin, là où les vitres ont été soufflées", nous montre cet homme âgé dans le reportage à retrouver en tête de cet article. "C'est là d'où est arrivée la frappe." Un peu plus loin, il pointe du doigt une autre pièce, celle où il s'était installé.

Le couple s'en est miraculeusement sorti indemne, tout comme leurs voisins, Vassilli et Olena. Ces derniers ont tout perdu. "J'ai le cuir épais : malgré la situation, je vais bien", tente de se convaincre cet homme barbu, avant d'éclater en sanglots face à notre caméra. Au total, 29 drones russes ont été tirés dans la nuit de mardi à mercredi. La quasi-totalité d'entre eux ont été neutralisés. Le modèle Shahed qui a touché cette maison ne la visait pas. Il s'est écrasé après avoir été abattu par la défense antiaérienne.

Dans la même rue, Svetlana, une autre habitante restée sur place, est encore choquée par l'impact du drone. "Cette fois-ci, on a été épargnés, mais on a eu beaucoup de chance", souligne-t-elle. Dans le quartier, l'heure est désormais aux réparations, en attendant d'autres frappes. Depuis le 10 mai dernier, Kharkiv et sa région sont bombardées quotidiennement.


T.A. | Reportage LCI : Thomas MISRACHI, Thibault BRUCK et Kostia YAREMENKO

Tout
TF1 Info