L'info passée au crible
Verif'

Le chancelier allemand a-t-il annoncé qu’il ne livrerait plus d’armes à l’Ukraine ?

Caroline Quevrain et Thomas Deszpot
Publié le 5 mai 2022 à 13h08
JT Perso

Source : JT 20h WE

Un tweet, extrait d’un sujet d’une chaine Youtube d’information, avance qu’Olaf Scholz ne souhaite plus fournir de soutien matériel à l’armée ukrainienne.
C’est ce que laisse penser le sujet, qui relaye pourtant la position du leader de l’AfD, parti d’extrême-droite et de l’opposition allemande.

Alors que la guerre s’enlise et que l’armée ukrainienne résiste toujours, avec le soutien de la communauté internationale, une publication sur Twitter fait état d’un revirement de l’Allemagne sur la question. Sur une image juxtaposant le visage d’Olaf Scholz, le chancelier allemand, et celui de Volodymyr Zelensky, qu’on ne présente plus, une citation coupée suggère que l’Allemagne refuse désormais de livrer des armes à l’Ukraine : "Nous ne devons rien à vous et à l’Ukraine. L’Allemagne tourne définitivement le dos à…". 

Un sujet Youtube du 3 mai

En bas à droite de l’illustration, un logo "Ebene Media" se distingue. Rien de plus n’est renseigné sur l’origine de ce tweet, si ce n’est qu’il a été posté par un militant de Reconquête, le parti d’Eric Zemmour. Notre équipe a été questionnée sur le vrai du faux de cette publication. 

À partir de ce logo, il est possible de remonter aux origines de cette image. La vidéo dont elle est extraite a été publiée sur Youtube par Ebene Media TV, qui se présente comme "une chaine d’information en continu sur le monde". Le reportage, intitulé "L’Allemagne tourne définitivement le dos à l’Ukraine", date du 3 mai 2022 et revient en français sur "Tino Chrupalla (qui) a refusé les demandes de l’Ukraine pour la livraison d’armes modernes et davantage d’aide financière". 

Lire aussi

Problème, l’image et le son ne correspondent pas. En effet, Tino Chrupalla n’est autre que le leader de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD), le parti d’extrême-droite allemand. Or, le visage choisi en arrière-plan du sujet n’est pas la sienne, mais bien celle d’Olaf Scholz. De quoi créer la confusion et alimenter la désinformation. Le titre renvoyant à l’Allemagne et pas seulement au parti de l’AfD, qui se situe dans l’opposition, laisse également songeur.

Dans les faits, le leader de l’AfD s’est bien opposé publiquement à la fourniture d’armes à Kiev et aux sanctions russes, comme il le développe dans cet entretien accordé à Die Welt, le 29 avril. À la question du journaliste "Comment l’Ukraine devrait-elle se défendre sans armes contre les agresseurs russes ?", Tino Chrupalla répond : "C’est le travail de l’Ukraine, pas le mien. En tant que République Fédérale d’Allemagne, nous n’avons aucune obligation d’alliance. Je représente les intérêts allemands".

En légende du sujet, qui montre le chancelier Olaf Scholz, on peut lire : Tino Chrupalla, président fédéral de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD), a rejeté les demandes de l’Ukraine de lui fournir des armes allemandes modernes et d’augmenter l’aide financière. - capture d'écran Youtube

À l’inverse, le chancelier se montre favorable à apporter un soutien matériel à l’Ukraine, comme le prouvent des articles récents dans la presse allemande. Par exemple, le Süddeutsche Zeitung a rapporté l'intervention d’Olaf Scholz du 1er mai à Düsseldorf. Il en a profité pour militer en faveur de la livraison d'armes à l’armée ukrainienne : "Nous soutiendrons l'Ukraine pour qu'elle puisse se défendre. (…) Cela doit sembler cynique à un citoyen ukrainien quand on lui dit de se défendre sans armes contre l'agression de Poutine. C'est dépassé". 

Concrètement, le gouvernement fédéral allemand a approuvé la livraison de chars antiaériens la semaine dernière, ce qui serait une première dans la diplomatie allemande. Et d'après les informations de Die Welt, il a l'intention de livrer sept obusiers blindés 2000 à l'Ukraine, malgré l'avis contraire des principaux responsables de la Bundeswehr, l'armée nationale. 

Ce n’est pas donc pas le chancelier allemand qui prend position contre les livraisons d’armes en Ukraine mais c’est pourtant son visage qui est montré à l’écran dans le sujet d’Ebene Media. Qu’elle soit volontaire ou non, cette erreur a bel et bien engendré une fausse information. 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Caroline Quevrain et Thomas Deszpot

Tout
TF1 Info