Annexions, mobilisation... Poutine choisit l'escalade

Invasion russe : le Moskva a bien été coulé par des missiles ukrainiens, selon le Pentagone

Léa COUPAU
Publié le 15 avril 2022 à 20h37
JT Perso

Source : TF1 Info

Le croiseur russe Moskva a bien été coulé par deux missiles ukrainiens, assure, ce vendredi, un haut-responsable du Pentagone.
Selon ce dernier, c'est "un gros coup dur" pour la Russie.
Jusqu'à présent, Moscou continue de nier une attaque de Kiev.

Quarante-huit heures après les faits, Washington balaye l'hypothèse russe. Le croiseur Moskva a bien été coulé par des missiles ukrainiens, a déclaré, ce vendredi 15 avril, un haut responsable du Pentagone, soulignant "un gros coup dur" pour le Kremlin.

"Nous estimons qu'ils l'ont touché avec deux Neptune", a indiqué à quelques journalistes ce haut responsable ayant requis l'anonymat, démentant une fois de plus la version de Moscou. Jusqu'à présent, la Russie maintient que son navire lance-missile de 186 m a subi, mercredi, un incendie et des explosions de ses propres munitions, provoquant le naufrage de son vaisseau amiral. Toujours selon Moscou, l'ensemble de son équipage a pu être évacué, ce que nie en bloc, l'Ukraine.

Des victimes probables

"Nous pensons qu'il y a eu des victimes, mais il est difficile d'évaluer combien", insiste le haut responsable américain qui souligne que des navires russes ont été vus récupérer des survivants dans les parages. Ce dernier n'a en revanche pas confirmé les informations selon lesquelles l'armée ukrainienne aurait distrait la défense du Moskva avec un drone.

De son côté, Kiev s'attend à de lourdes répercussions. "Nous sommes parfaitement conscients qu'on ne nous pardonnera pas" l'attaque du Moskva, a assumé, ce vendredi, Natalia Goumeniouk, la porte-parole du commandement militaire du sud de l'Ukraine. "Les ambitions impériales" de Moscou ont été "touchées", mais "nous sommes prêts, nous les contrerons", a-t-elle ajouté, signalant des bombardements dans le sud, notamment de la ville de Mykolaïv, proche d'Odessa.

Lire aussi

Pour les États-Unis, la perte du Moskva, un des trois croiseurs de la classe Slava dont dispose la Russie, crée toutefois "un vide en termes de capacités militaires", au moment où le président Vladimir Poutine dit souhaiter concentrer son offensive sur le sud de l'Ukraine.


Léa COUPAU

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info