Les Etats-Unis ont annoncé mardi fournir à l'Ukraine des Himars (High Mobility Artillery Rocket System).
Il s'agit de lance-roquettes multiples, montés sur des blindés légers.
Ils auraient une portée de 80 kilomètres environ.

Simple lot de consolation ou réelle montée en puissance militaire ? Deux jours après avoir refusé de livrer à Kiev des lance-roquettes à longue portée (MLRS M270), Joe Biden a finalement consenti à expédier des systèmes similaires mais moins efficace : des Himars, d'une portée de 80 km environ.

Si les armées russe et ukrainienne utilisent déjà des outils similaires, ces armes made in USA sont d'une redoutable efficacité sur les terrains militaires. Concrètement, ces M142 Himars sont une version modernisée, allégée et montée sur blindé léger du M270 MLRS, qui sont eux monté sur chaînes. Ces derniers avaient été développés dans les années 1970 par les Etats-Unis et leurs alliés.

Frapper en profondeur les positions russes

Les Himars peuvent porter deux types de stations de lancement de missiles : l'une permet de lancer en même temps six missiles guidés de 227 mm, l'autre d'un seul missile tactique ATACMS, à plus longue portée. Une petite équipe peut recharger seule les missiles en quelques minutes. Cela nécessitera une formation des soldats ukrainiens.

L'armée américaine a des Himars déjà stationnés en Europe. La Pologne et la Roumanie, membres de l'Otan, en sont également dotés. La quantité que Washington prévoit d'envoyer en Ukraine n'a pour l'instant pas été précisée. Seule certitude : ils pourraient permettre à Kiev de soulager les troupes dans le Donbass. En effet, ces lance-roquettes multiples américains vont permettre de frapper en profondeur les positions russes tout en disposant leurs batteries plus loin du front.

Une portée deux fois plus élevée que les canons classiques

Les missiles tirés par six depuis le Himars sont guidés par GPS et possèdent une portée environ deux fois plus élevée que celle des canons classiques à obus déjà fournis par les Etats-Unis, les M777 Howitzer. Cette portée permet de disposer les batteries hors de portée de l'artillerie russe tout en pouvant, à l'inverse, les frapper.

Ces missiles pourraient également bombarder des dépôts logistiques de l'armée russe, loin derrière leurs lignes. Mais les Etats-Unis ne vont pas fournir à Kiev les missiles tactiques ATACMS, d'une portée de 300 km. "Le Himars rééquilibrerait le rapport de force", a toutefois estimé un haut responsable américain.


TG

Tout
TF1 Info