Le sort incertain de Soledar, le sombre constat de l'ONU... Le point sur la situation en Ukraine

Y.R. avec AFP
Publié le 14 janvier 2023 à 8h25

Source : JT 20h WE

À Soledar, dont la Russie a assuré la veille avoir pris le contrôle, avant d'être démentie par Kiev, l'incertitude demeure, samedi 14 janvier.
Dans ce contexte, l'ONU ne voit "aucun signe de la fin des combats" en Ukraine.
Les faits marquants de ces dernières 24 heures.

La Russie dit avoir "achevé" la prise de Soledar. L'armée russe a affirmé vendredi 13 janvier avoir conquis la ville de Soledar, où les combats font rage depuis des mois mais dont l'intensité s'est accrue ces derniers jours. "A été achevée le 12 janvier dans la soirée la libération de la ville de Soledar, qui est importante pour la poursuite des opérations offensives" dans la région de Donetsk, a indiqué Igor Konachenkov, le porte-parole du ministère russe de la Défense. Selon lui, la prise de la localité, située à une quinzaine de kilomètres au nord-est de Bakhmout, visée par les forces russes et les paramilitaires du groupe Wagner, a été rendue possible grâce à "des frappes permanentes sur l'ennemi" venant de l'aviation et de l'artillerie russe.

Les "actions courageuses" de Wagner saluées par Moscou. Dans un rare signe de reconnaissance, alors qu'ils sont en rivalité en Ukraine, le ministère russe de la Défense a honoré le "courage" des mercenaires du groupe paramilitaire Wagner. Selon le communiqué du ministère, dont le siège se trouve à Moscou, les opérations qui auraient conduit à la capture de Soledar ont été menées par "un groupement hétérogène de troupes", mais "l'assaut direct contre les quartiers résidentiels (...) a été mené avec succès grâce aux actions courageuses et désintéressées des volontaires des escouades d'assaut de Wagner".

Kiev dément la perte de Soledar. Dans cette guerre continue de la désinformation, l'annonce de Moscou a vite été démentie par l'armée ukrainienne. "De violents combats se déroulent toujours" dans cette petite ville de 10.000 âmes, a assuré à la télévision locale Serguiï Tcherevat, le porte-parole du commandement Est de l'armée ukrainienne. "Les forces armées ukrainiennes maintiennent la situation sous contrôle dans des conditions difficiles" face "aux meilleures unités (du groupe russe de mercenaires) Wagner et d'autres forces spéciales" russes, a-t-il ajouté. "C'est une phase difficile de la guerre", avait de son côté souligné la vice-ministre ukrainienne de la Défense Ganna Maliar, reconnaissant "une offensive (russe) de forte intensité".

Bakhmout encerclé ? Selon l'Institut pour l'étude de la guerre (ISW), un organisme basé aux États-Unis, la capture de Soledar, annoncée par la Russie, mais démentie par l'Ukraine, est cependant "peu susceptible de présager un encerclement imminent de Bakhmout", cible principale de l'armée russe. Cette possible victoire "ne permettra pas aux forces russes d'exercer un contrôle sur les importantes lignes de communication terrestres ukrainiennes vers Bakhmout", notait-il dans son bulletin quotidien.

"Aucun signe de la fin des combats" selon l'ONU. Le Conseil de sécurité des Nations unies s'est réuni une nouvelle fois pour discuter de la situation en Ukraine, près de onze mois après le début de l'invasion russe. "L'Ukraine, la Russie, le monde ne peuvent se permettre que cette guerre continue", a souligné Rosemary DiCarlo, la secrétaire générale adjointe de l'ONU pour les affaires politiques. Mais "c'est la logique militaire qui domine, avec très peu d'espace de dialogue pour le moment, si tant est qu'il y en ait le moindre", a-t-elle reconnu, ne voyant pour l'instant "aucun signe d'une fin des combats".

Vers un tournant de la guerre ?

L'avertissement de Tokyo. "L'agression russe contre l'Ukraine marque la fin totale du monde post-Guerre froide", a jugé le Premier ministre japonais Fumio Kishid, depuis Washington, où il s'est entretenu avec le président américain Joe Biden. Il a mis en garde contre le fait que l'invasion russe pouvait enhardir d'autres pays. "Si nous laissons faire ce changement unilatéral du statu quo par la force, cela se passera ailleurs dans le monde y compris en Asie", a-t-il ajouté dans une allusion à peine voilée à Taïwan, sur fond de craintes d'une invasion chinoise. Le dirigeant japonais a ainsi renouvelé la participation de son pays aux mesures contre la Russie, "faisant passer" le combat "d'une lutte transatlantique à une lutte mondiale"

L'Ukraine "de facto" membre de l'Otan. L'Ukraine et les forces armées de l'Ukraine sont devenues membres de l'Otan. De facto, pas de jure" (en droit)", a affirmé à la BBC le ministre ukrainien de la Défense Oleksiï Reznikov. "Nous avons l'armement, et la compréhension de la manière de l'utiliser." "C'est vrai. C'est un fait", a-t-il poursuivi, ne voyant pas "pourquoi" ces propos seraient controversés. "Je suis sûr que dans un avenir proche, nous deviendrons membres de l'Otan, de jure", a-t-il conclu. Une appartenance formelle à l'Otan, que réclame Kiev, entraînerait un devoir d'assistance mutuelle en vertu de laquelle les autres membres de l'Alliance devraient intervenir militairement pour soutenir l'Ukraine face à la Russie.

Paris et Berlin appellent l'Afrique à se positionner. Les cheffes de la diplomatie française et allemande ont demandé aux pays africains à condamner l'agression russe en Ukraine. "Il est important de se souvenir qu'il y a un agresseur et un agressé et il est important que tous disent à l'agresseur qu'il doit cesser son agression", a insisté la ministre française Catherine Colonna à Addis Abeba, au siège de l'Union africaine. "Nous avons des intérêts communs et nous avons des attentes à l'égard de nos amis africains et nous vous en avons fait part." En mars 2022, plusieurs États africains s'étaient abstenus, à l'Assemblée générale de l'ONU, de voter une résolution exigeant "que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l'Ukraine".

Ukraine : Soledar est "aux mains des Ukrainiens", assure le chef de département armé de la villeSource : TF1 Info

L'AIEA va tripler sa présence en Ukraine. L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), déjà présente dans la centrale nucléaire de Zaporijjia occupée par l'armée russe, va envoyer dans les prochains jours des experts sur les autres sites ukrainiens L'instance onusienne "sera bientôt déployée de manière permanente dans l'ensemble des centrales d'Ukraine, y compris à Tchernobyl", selon un communiqué. Si des missions ponctuelles ont eu lieu depuis le début de la guerre, cette décision "marque une expansion majeure", souligne l'AIEA. Désormais, "environ 11 à 12 experts seront présents à tout moment" en Ukraine pour "surveiller la situation, examiner l'équipement" ou encore "fournir une aide technique".

Un acteur russe désigné "agent de l'étranger". Moscou a affublé du statut infamant d'"agent de l'étranger" Arthur Smolianinov. Dans un entretien au journal d'opposition Novaïa Gazeta Europe, l'acteur populaire de 39 ans a indiqué être prêt à combattre aux côtés des troupes ukrainiennes. "Si je participais à cette guerre, ce serait du côté de l'Ukraine", a-t-il expliqué, ajoutant qu'il ne souciait pas de ce qui arrivera en Russie à l'avenir, même si le pays était réduit en "cendres radioactives".


Y.R. avec AFP

Tout
TF1 Info