Mort de Daria Douguina : selon les services secrets russes, c'est une agente ukrainienne qui a commis cet attentat

F. Se
Publié le 22 août 2022 à 19h00, mis à jour le 23 août 2022 à 7h02

Source : TF1 Info

Le FSB, les services secrets russes, accuse l'Ukraine d'avoir tué Daria Douguina.
Ils auraient identifié la militaire ukrainienne qui a fomenté l'attaque ayant entrainé la mort de la journaliste et politologue, tuée dans l'explosion de la voiture qu'elle conduisait.
Elle était la fille d'un idéologue nationaliste proche du Kremlin, qui était la véritable cible, selon sa famille.

Les services de sécurité russes (FSB) ont accusé ce lundi 22 août les "services spéciaux" ukrainiens d'avoir tué la fille d'un idéologue réputé proche du Kremlin, morte dans l'explosion d'un véhicule ce samedi près de Moscou. Daria Douguina conduisait en fait la voiture de son père, le théoricien ultranationaliste Alexandre Douguine, lorsque la Toyota Land Cruiser a explosé. Pour la famille et les proches de Douguine, c'est en fait lui, absent au moment des faits, qui était visé par cet attentat.

Le profil de la suspect (déjà) très affiné

"Grâce à des mesures de détection urgentes, le service fédéral de sécurité a résolu le meurtre de la journaliste russe Daria Douguina", a affirmé dans un communiqué le FSB, lointain héritier du KGB. Le "meurtre" de la fille d'Alexandre Douguine"a été préparé et commis par les services spéciaux ukrainiens". Plus précisément, le véhicule aurait été piégé par une femme de nationalité ukrainienne née en 1979, identifiée par le FSB comme Natalia Vovk. 

Celle-ci serait arrivée en Russie en juillet avec sa fille âgée de 12 ans. Toujours selon les services secrets russes, cette personne avait loué un appartement dans l'immeuble où vivait Douguina pour "recueillir des informations sur son mode de vie". Avant l'attaque, Natalia Vovk - qui aurait servi dans le régiment d'Azov - se serait rendue samedi à un festival culturel conservateur où la journaliste était, elle aussi, présente. "Le 21 août, après l'explosion télécommandée de la voiture que conduisait Douguina, Vovk et sa fille ont quitté la région de Pskov pour se rendre en Estonie", ajoute le FSB. 

"Un crime ignoble et cruel"

Le dirigeant de la République prorusse autoproclamée de Donetsk avait immédiatement accusé les forces ukrainiennes d'être derrière l'attentat. "Les terroristes du régime ukrainien ont tenté de liquider Alexandre Douguine, mais ont fait exploser sa fille", avait affirmé Denis Pouchiline sur Telegram. De son côté, la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, avait pointé "la politique du terrorisme d'État mise en place par le régime de Kiev", dans l'attente de la confirmation de cette piste. Pour sa part, un conseiller de la présidence ukrainienne, Mikhaïlo Podoliak, avait démenti toute implication ukrainienne dans cet attentat. 

Ce lundi, Vladimir Poutine a fustigé un "crime ignoble, cruel" qui a "mis fin prématurément à la vie de Daria Douguina, une personne brillante et talentueuse dotée d'un cœur véritablement russe". "Comme journaliste, scientifique, philosophe et correspondante de guerre, elle a servi le peuple et la patrie avec sincérité, illustrant par ses actes ce qu'être une patriote russe veut dire", a-t-il ajouté.

De son côté, l'Ukraine nie toute implication dans cet attentat. 


F. Se

Tout
TF1 Info