En difficulté en Ukraine, Poutine choisit l'escalade

Nouvelle aide militaire américaine, soutien de la Chine à la Russie... Le point sur la situation en Ukraine

La rédaction de TF1info
Publié le 16 juin 2022 à 7h41
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Au 112e jour de la guerre en Ukraine, Washington a annoncé un milliard de dollars d'aide militaire supplémentaire à Kiev.
Pékin, de son côté, continue de soutenir Moscou, en voulant renforcer la coopération économique entre les deux pays.
Depuis la Roumanie, Emmanuel Macron a quant à lui estimé que l'Ukraine devra négocier avec la Russie.

16 semaines après le début de l'invasion russe de l'Ukraine, les livraisons d'armes occidentales se poursuivent pour soutenir l'effort de guerre de Kiev. Si les États-Unis ont annoncé de nouvelles aides militaires à l'Ukraine, Emmanuel Macron juge de son côté nécessaire "de nouvelles discussions" avec Kiev. À rebours de l'Otan et de l'Union européenne, la Chine, elle, a réaffirmé son soutien à la Russie de Vladimir Poutine.

Une nouvelle aide militaire américaine. Le président Joe Biden a annoncé ce mercredi 16 avril, à l'occasion d'un entretien téléphonique avec son homologue Volodymyr Zelensky, une nouvelle tranche d'aide militaire à l'Ukraine, pour un montant total d'un milliard de dollars. Le Pentagone a précisé qu'elle comprenait notamment 18 obusiers Howitzers avec leurs véhicules de transport et 36.000 obus, ainsi que deux lanceurs de missiles anti-navires Harpoon, destinés à la défense côtière de l'Ukraine sur la mer Noire. En réponse, le président ukrainien, qui appelle régulièrement les occidentaux à intensifier leurs livraisons d'armes a exprimé sa "gratitude pour ce soutien", "particulièrement important pour [la] défense dans le Donbass". 

L'Otan temporise sur les livraisons d'armes. Quelques heures avant l'annonce de Washington, une réunion des pays du "groupe de contact", créé par les États-Unis pour aider l'Ukraine, s'est tenue à Bruxelles. Les pays de l'Otan se sont engagés à fournir davantage d'armes lourdes modernes à l'Ukraine, mais cela "demande du temps" car il faut former les militaires ukrainiens à leur utilisation, a déclaré le secrétaire général de l'Alliance Jens Stoltenberg. "Nous avons pris la mesure de l'urgence, mais les efforts demandent du temps", a-t-il expliqué. 

Pékin renouvelle son soutien à Moscou, les Américains "préocuppés"

La Chine et la Russie élargissent leur coopération. Le président chinois Xi Jinping s'est entretenu par téléphone avec son homologue russe Vladimir Poutine. Le premier a réaffirmé le soutien de Pékin en matière de "souveraineté" et de "sécurité", à rebours des Occidentaux. "La Chine est disposée à poursuivre avec la Russie le soutien mutuel sur les questions de souveraineté, de sécurité, ainsi que sur d'autres questions d'intérêt fondamental et préoccupations majeures", a indiqué le dirigeant chinois, selon des propos cités par un média d'État. Les deux chefs d'État ont par ailleurs annoncé leur volonté de renforcer leur coopération économique face aux conséquences des sanctions occidentales contre Moscou pour son offensive en Ukraine, en abordant également la question "du développement des relations militaires".

En réaction, les États-Unis se sont déclarés "préoccupés par l'alignement de la Chine avec la Russie", demandant à Pékin de cesser de soutenir l'invasion russe de l'Ukraine pour éviter de se placer "du mauvais côté de l'Histoire"

Lire aussi

Emmanuel Macron en Roumanie. Le président français, en visite en Roumanie, a rendu visite aux troupes françaises déployées sur la base de l'Otan de Mihail Kogalniceanu, dans le sud-est de la Roumanie, non loin de la mer Noire. Devant les soldats, il a jugé nécessaires de "nouvelles discussions" avec Kiev. Il a également maintenu sa position concernant la Russie, avançant que l'Ukraine devra un jour ou l'autre négocier avec Moscou. "À un moment donné, quand nous aurons aidé à résister, nous devrons négocier (...) Le président ukrainien devra négocier avec la Russie, et nous, Européens, nous serons autour de cette table", a-t-il indiqué. Il s'est ensuite envolé pour la Moldavie voisine, où il a été reçu dans la capitale Chisinau par la présidente pro-européenne Maia Sandu.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info