Guerre en Ukraine : nouvelle attaque de drones russes, l'UE réaffirme son "soutien"... Le point sur la situation

par M.L (avec AFP)
Publié le 10 octobre 2023 à 12h24

Source : TF1 Info

L'Ukraine affirme avoir contré une nouvelle salve de drones pendant la nuit de lundi à mardi.
L'Union européenne a assuré de son côté que la guerre en cours entre Israël et le Hamas ne va pas la "détourner" de son "soutien" à l'Ukraine.
Volodymyr Zelensky a accusé Moscou de "souhaiter déclencher une guerre au Moyen-Orient" pour "saper l'unité mondiale".
Retour sur les dernières 24 heures du conflit.

Nouvelle salve de drones russes. Kiev a affirmé avoir abattu 27 drones d'attaque dans le sud de l'Ukraine, lancés pendant la nuit de lundi à mardi par la Russie. Les forces ukrainiennes ont détruit "27 'Shahed-131/136'", des drones de fabrication iranienne, dans "les régions d'Odessa, de Mykolaïv et de Kherson", a indiqué l'armée de l'air ukrainienne sur Telegram mardi matin. Au total, Moscou a lancé 36 engins depuis le cap Tchaouda, dans l'est de la péninsule de Crimée annexée par la Russie en 2014, a ajouté la même source. La Russie procède très régulièrement à des frappes nocturnes contre l'Ukraine. Dimanche, un porte-parole de l'armée ukrainienne a affirmé que Moscou avait utilisé en septembre "plus de 500 drones" contre l'Ukraine, soit deux fois plus que lors de l'hiver dernier, une campagne de six mois. L'offensive devrait encore s'intensifier, Kiev s'attendant à un "nombre record" d'attaques ciblant ses installations énergétiques dans les prochains mois. 

Groza en deuil. Des familles ont enterré lundi leurs proches tués lors du bombardement jeudi du village de Groza, dans l'est de l'Ukraine, qui a fait 52 morts. Dans le cimetière situé à l'entrée du petit village de quelque 330 habitants, contre environ 500 avant la guerre, une trentaine de tombes ont été creusées par des employés municipaux. Lundi, quatre victimes ont été enterrées là, après trois autres ce week-end. D'autres victimes ont été enterrées dans des villages proches, alors que les dépouilles sont rendues progressivement aux familles depuis ce weekend. La frappe du missile russe avait réduit en ruines un magasin et un café d'un même bâtiment, où une soixantaine de personnes étaient réunies pour les funérailles d'un soldat.

Les échos de la guerre au Moyen-Orient

Bruxelles toujours au chevet de Kiev. La guerre qui fait rage depuis samedi entre Israël et le mouvement islamiste palestinien du Hamas ne détournera pas "l'attention" de l'Union européenne de son soutien à l'Ukraine, a affirmé mardi un responsable européen. "La Russie essaie d'utiliser tout ce qui se passe sur la scène internationale soit pour alimenter l'instabilité, soit pour renforcer sa campagne contre l'Ukraine, mais cela ne signifie pas que l’attention de l'UE s'est détournée de l'Ukraine", a assuré lundi le porte-parole en chef de la Commission européenne, Eric Mamer. "Rien n'affectera d’aucune façon le soutien que l'UE apporte à l'Ukraine. Cela ne fait aucun doute", a-t-il insisté. 

La Russie alimente les tensions, selon Kiev. De son côté, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé dans son allocution quotidienne Moscou de "souhaiter déclencher une guerre au Moyen-Orient" en vue de "saper l'unité mondiale, accroître la discorde et les contradictions, et ainsi aider la Russie à détruire la liberté en Europe". Face à cette "menace", il a souligné "la nécessité d'une unité maximale dans le monde". Un peu plus tôt, il avait estimé que le Hamas et la Russie correspondaient au "même mal", lors d'une allocution en visio à la réunion de l'Assemblée parlementaire de l'Otan, plaidant que "la seule chose qui puisse garantir la paix et la sérénité à toutes les nations, ce sont les règles et le droit international"

La Russie sous le feu des critiques de l'ONU

Passeports russes. Les résidents des régions ukrainiennes sous contrôle de Moscou sont quasiment obligés d'adopter la nationalité russe, a dénoncé lundi l'ONU, soulignant que ceux qui s'y opposent risquent la "détention arbitraire". "Dans le territoire de l'Ukraine occupé par la Fédération de Russie, nous avons observé avec une profonde inquiétude une politique d'attribution massive de la citoyenneté russe aux résidents", a déclaré la Haute-Commissaire adjointe aux droits de l'homme, Nada Al-Nashif, devant le Conseil des droits de l'homme à Genève. La Russie distribue depuis des années des passeports aux Ukrainiens russophones de l'Est, dans les zones contrôlées par les séparatistes prorusses, ainsi qu'en Crimée annexée, mais depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine en février 2022, cette campagne est devenue cependant plus agressive.

Enfants ukrainiens déportés. L'ONU a aussi exprimé lundi son inquiétude quant à l'absence de "système établi pour le retour des enfants ukrainiens" déportés en territoire russe ou occupé. "Parmi les enfants qui ont retrouvé leur famille après que celle-ci se soit rendue en Russie pour les récupérer, certains ont déclaré avoir subi ou avoir été témoins de violences psychologiques ou physiques de la part du personnel éducatif sur place", a également déploré Nada Al-Nashif.

Moscou espère un retour dans le jeu de l'ONU. Malgré toutes ces critiques, qui se sont par ailleurs intensifiées après le carnage de Groza, la Russie tente mardi de regagner un siège au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, un pari risqué qui permettra d'évaluer son soutien international. L'Assemblée générale de l'ONU, qui avait écarté la Russie de cet organe établi à Genève après son invasion de l'Ukraine, choisit mardi 15 nouveaux membres pour la période 2024-2026. La particularité du vote de mardi est qu'il aura lieu à bulletin secret, alors que de nombreux pays en développement se lassent de l'attention portée à l'Ukraine par l'Occident.


M.L (avec AFP)

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info