Le chef des armées de l'Ukraine affirme que "la situation sur le front Est s'est considérablement détériorée ces derniers jours", notamment dans la région d'Avdiïvka, où les forces russes revendiquent de nouvelles prises.
En difficulté face à un adversaire en surnombre et mieux armé, les soldats ukrainiens se retrouvent de plus en plus contraints d'économiser leurs munitions, alors que l'aide fournie par les pays occidentaux s'épuise.

L'Ukraine au bord de la rupture ? Le commandant en chef des armées ukrainiennes, Oleksandre Syrsky, prévient ce samedi 13 avril que "la situation sur le front Est s'est considérablement détériorée ces derniers jours" pour ses troupes, constatant une "intensification significative" de l'offensive de la Russie depuis la réélection de Vladimir Poutine mi-mars. 

Dans les environs d'Avdiïvka, où Moscou a revendiqué la prise du village de Pervomaïské, ou à Tchassiv Iar, désormais "sous un feu constant", mais aussi à Lyman et Bakhmout, où ils font face à "des groupes d'assaut soutenus par des véhicules blindés", les forces de Kiev sont sous pression. Malgré les pertes, l'armée russe déploie "de nouvelles unités blindées", ce qui lui permet d'engranger des "succès tactiques", reconnaît Oleksandre Syrsky. "Cela est rendu possible par le temps chaud et sec, qui a rendu la plupart des aires ouvertes accessibles aux tanks."

Ce n'est que comme cela que nous pourrons battre un ennemi plus grand
Oleksandre Syrsky, chef des armées ukrainiennes

Cette offensive se produit à un moment très délicat pour les troupes ukrainiennes, qui peinent à enrôler de nouvelles recrues face à un adversaire aux unités mieux garnies et armées. Kiev réclame depuis des mois à ses alliés occidentaux davantage de munitions et de systèmes de défense aérienne. Mais l'aide s'épuise en raison de blocages politiques à Washington, ce qui contraint les soldats ukrainiens à économiser leurs munitions.

"La question de la supériorité technique sur l'ennemi dans le domaine des armes de haute technologie se pose à nouveau", relève Oleksandre Syrsky, qui assure que les zones "les plus problématiques" ont été renforcées, notamment avec des moyens de défense antiaérienne. "Ce n'est que comme cela que nous pourrons battre un ennemi plus grand", ajoute cependant le commandant ukrainien, appelant également à "améliorer la qualité de la formation du personnel militaire".


C.D Avec AFP

Tout
TF1 Info