Guerre en Ukraine : pour les civils, la fuite ou le chaos

Ukraine : depuis le début de la guerre, plus de 1 200 civils tués à Marioupol selon la mairie

Julien Vattaire avec AFP
Publié le 10 mars 2022 à 6h16
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Au sud de l'Ukraine, Marioupol se trouve au cœur de la guerre en Ukraine.
Son port clé fait de cette ville une quête très désirée par l'armée russe.
Les bombardements se succèdent et des décès de civils sont à déplorer.

Le siège russe se poursuit à Marioupol. Depuis neuf jours, la ville située dans le sud de l'Ukraine est le théâtre de combats intenses. Son port étant notamment très prisée par l'armée russe bien décidée à s'emparer de ce lieu hautement stratégique à proximité de la mer d'Azov. Sur place, les affrontements ont fait des dégâts matériels et humains. Le bilan est de 1 207 civils tués depuis le début des bombardements, a annoncé la mairie dans un court texte sur sa chaîne Telegram. 

"Neuf jours. Neuf jours de blocus de Marioupol. Neuf jours de bombardement continu de la population civile. Neuf jours, un demi-million de personnes vivant sans électricité, eau, chauffage ni communications. Neuf jours que la ville est coupée du monde extérieur. Neuf jours - 1.207 civils de Marioupol tués. Neuf jours de génocide de la population civile", a écrit la mairie dans ce texte. Le nombre de morts a été confirmé et qualifié de "provisoire, mais juste" par la présidence ukrainienne à l'AFP.  

Nous tenons bon, nous le peuple de Marioupol

Mairie de Marioupol sur Telegram

Alors que la ville continue à subir de violents bombardements de l'armée russe, la mairie de Marioupol a réitéré sa détermination à résister et défendre son territoire menacé. "Nous ne pardonnerons jamais. Nous n'oublierons jamais, nous tenons bon, nous le peuple de Marioupol", a indiqué la mairie au nom de ses 450.000 habitants sur sa chaîne Telegram.  

Lire aussi

Cette communication officielle de la mairie de Marioupol intervient ce mercredi, jour au cours duquel, dans la ville, un hôpital pédiatrique dans un complexe comprenant aussi une maternité a été ciblé par l'armée russe. Cet acte, qui a entraîné un bilan de 17 blessés, a été qualifié de "crime de guerre" par le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans un message vidéo publié mercredi soir. 


Julien Vattaire avec AFP

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info