Le général Vadim Chamarine a été placé en détention provisoire pour deux mois suite à des accusations de corruption.
Les arrestations de généraux se multiplient en Russie suite au changement de ministre de la Défense.
Le Kremlin dément toute "campagne" de purges dans sa lutte contre la corruption.

Un général russe en prison. Vadim Chamarine, chef adjoint de l'état-major en charge des communications, a été placé en détention provisoire pour deux mois pour corruption par un tribunal militaire russe mercredi. Les médias locaux rapportent qu'il est accusé d'avoir "accepté un pot-de-vin particulièrement important". Celui-ci encourt jusqu'à 15 ans de prison s'il est reconnu coupable. Cette affaire s’inscrit dans une vague d’arrestations anticorruption en cours au Kremlin. 

Les arrestations de généraux russes se succèdent

Depuis fin avril, au moins deux hauts responsables de l'armée russe ont été destitués de leurs fonctions et arrêtés pour corruption. Ces derniers sont Timour Ivanov (vice-ministre de la Défense) et le général Iouri Kouznetsov (chargé des ressources humaines au ministère). Sur cette même lancée, Vladimir Poutine a limogé son ami proche Sergueï Choïgou au poste de ministre de la Défense. C’est l’économiste Andreï Belooussov qui lui a succédé depuis le 12 mai dans cette fonction majeure. 

Une "campagne" de purges démentie par le Kremlin

Celui-ci a pour mission d'"optimiser", selon le président Poutine, les dépenses des forces armées russes et de l'industrie de la défense. Pourtant, le Kremlin a démenti le 23 mai qu'une "campagne" de purges visant les responsables de l'armée soit en cours, suite à l'arrestation du général Chamarine. 

"La lutte contre la corruption est un travail en continu, ce n'est pas une campagne" de purges, a assuré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. "Cela fait partie de l'action de nos forces de l'ordre", a-t-il ajouté, assurant qu'"il ne s'agit en aucun cas d'une campagne organisée". 

La corruption au sein des hauts échelons de l'armée russe était l'une des critiques avancées par Evguéni Prigojine. Le patron du groupe paramilitaire Wagner, mort dans un crash d'avion dans des circonstances toujours troubles, avait en juin 2023 fortement porté atteinte aux intérêts du Kremlin en menant une rébellion avortée. 


Axel JUIN

Tout
TF1 Info