Guerre en Ukraine : qu'est-ce que le Magura V5, drone naval "kamikaze" devenu le cauchemar de la flotte russe ?

par M.D.
Publié le 5 mars 2024 à 14h24, mis à jour le 5 mars 2024 à 17h19

Source : TF1 Info

Les forces de défenses ukrainiennes ont affirmé mardi avoir détruit un patrouilleur de guerre russe, non loin du détroit de Kertch, en mer Noire.
Des Magura V5, la dernière version d'un drone maritime autonome de conception ukrainienne, ont été déployés au cours de l'opération.

Pendant la nuit, une opération spéciale menée dans  les eaux territoriales ukrainiennes a permis de détruire le plus moderne des patrouilleurs russes, le Sergeï Kotov. Le navire de guerre russe a coulé près du détroit de Kertch en mer Noire après avoir été touché par des drones maritimes Magura V5, a déclaré ce mardi matin sur Telegram le département du renseignement militaire ukrainien (Gur). "Suite à une attaque de drones maritimes Magura V5, le navire russe Project 22160 Sergey Kotov a été endommagé à la poupe, à tribord et à bâbord", a écrit l'agence.

Le Gur publié dans la foulée une vidéo en noir et blanc montrant l'attaque nocturne présumée. Sur les images, on peut voir un drone naval s'approchant du Sergeï Kotov - long de 94 m - puis une explosion avec une grande flamme, de la fumée et des débris projetés au-dessus du navire. Son porte-parole Andriy Yusov a déclaré sur Telegram que le la patrouilleur avait déjà été "gravement endommagé" en septembre dernier lors d'une précédente attaque des forces ukrainiennes, mais qu'il "a été détruit, c'est certain cette fois". Le message ajoutait que le navire valait environ 65 millions de dollars. 

En deux ans de guerre, les forces de Kiev ont réussi à faire battre en retraite la puissante flotte russe en mer Noire à l'aide de missiles et de drones maritimes, permettant la réouverture d'un couloir maritime pour exporter des céréales ukrainiennes en faisant fi des menaces de bombardements. Selon l'armée ukrainienne, environ un tiers des navires militaires russes ont été "mis hors d'état de nuire" dans cette zone. Pour cela, Kiev s'appuie, entre autres, sur une flotte de drones maritimes autonomes, dont la dernière version, le Magura V5, a été déployé au cours de cette opération. 

Des capacités quasi furtives

Petit bijou technologie, le Magura (pour "Maritime Autonomous Guard Unmanned Robotic Apparatus", soit "ppareil robotique maritime autonome" en français) est un drone maritime autonome de conception ukrainienne. Mesurant 5,50 m de long pour 1,50 m de large, ce drone maritime peut atteindre une vitesse de croisière de 22 nœuds (40 km/h) et une vitesse maximale de 42 nœuds (78 km/h), avec un rayon d'action d'environ 830 kilomètres, détaillait un reportage de la chaîne américaine CNN diffusé en juillet dernier. 

Grâce à son fuselage hydrodynamique et sa manœuvrabilité agile, le Magura V5 présente des capacités quasi furtives. La marine ukrainienne l'utilise pour des missions de surveillance ou de reconnaissance. Mais celui-ci peut aussi servir pour de drone kamikaze en transportant à son bord jusqu’à 300 kilogrammes d’explosifs, soulignait le média américain dans son reportage. On ignore le nombre exact d’exemplaires dont dispose l'armée ukrainienne, l'information étant classée secret défense.

Concernant l'attaque de la nuit dernière, le ministère russe de la Défense n'a pas fait jusque-là de commentaire officiel, mais des blogueurs militaires russes, proches des forces armées, ont confirmé la frappe, certains soulignant l'incapacité de la marine russe à se défendre. Selon le média ukrainien Kyiv Post, des drones d'attaque télécommandés et chargés d'explosifs avaient coulé, le 14 février dernier, le Ceasar Kunikov, alors qu'il se trouvait à proximité de la station balnéaire d'Alupka, en Crimée. Cette nouvelle attaque est un nouveau porté à la flotte russe. 


M.D.

Tout
TF1 Info