Ukraine : une guerre qui dure

Guerre en Ukraine : que sont les "camps de filtrations" dont s'alarme l'OSCE ?

Léa Prati
Publié le 14 juillet 2022 à 21h07
JT Perso

Source : JT 20h WE

L'OSCE s'alarme de la multiplication des "camps de filtrations" depuis le début de l'invasion de l'Ukraine.
Il y aurait environ 200 structures du type dans le pays.
L'objectif de ces camps russes est de déterminer si les personnes ont combattu du côté ukrainien.

"Camps de filtrations" : un nom qui ne va pas sans rappeler les heures les plus sombres de l'Histoire. Dans un rapport de 115 pages publié ce jeudi 14 juillet, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) se montre "gravement préoccupée" par le traitement infligé par Moscou aux civils ukrainiens dans des "camps de filtrations". Mais à quoi servent exactement ces camps ? Selon ce document, l'objectif est de déterminer si les Ukrainiens vivant dans les territoires occupés par l'armée russe ont combattu du côté ukrainien ou ont des liens avec le régiment Azov ou les autorités ukrainiennes.

Selon plusieurs témoins, cette procédure "implique des interrogatoires brutaux et des fouilles corporelles humiliantes", écrivent les trois auteurs de ce document, évoquant un développement "alarmant" de ces structures depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, le 24 février 2022. Les Ukrainiens évacués des villes assiégées, comme le port stratégique de Marioupol, ou ceux qui quittent des territoires occupés par les troupes russes sont obligés de transiter par ces centres.

"Leurs données personnelles y sont enregistrées, leurs empreintes digitales relevées et leurs documents d'identité copiés", détaille le rapport de l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe. Si des connexions avec les autorités ukrainiennes sont découvertes, "ces personnes sont séparées des autres et souvent disparaissent purement et simplement", soulignent les experts, dont deux se sont rendus en Ukraine en juin pour compléter leurs travaux rédigés sur la base de multiples sources. 

20 structures de filtrations en Ukraine

"Certains sont transférés" dans les territoires séparatistes autoproclamés de Lougansk et de Donetsk, "où ils sont détenus ou même tués", ajoute-t-il, "une pratique suggérant que la Russie utilise ces deux entités pour contourner ses obligations internationales". Ceux qui passent le test "sont souvent envoyés en Russie, avec ou sans leur consentement". Une fois arrivés là-bas, on leur promet emploi et logement gratuit. Ils sont certes libres de leurs mouvements, mais "ils n'ont souvent pas assez d'informations, d'argent, ou pas de téléphone" pour pouvoir quitter le pays, note le rapport.

De son côté, Kiev dénonce depuis plusieurs semaines des "déportations" qui auraient touché plus d'un million d'Ukrainiens, Moscou assurant de son côté que son seul but est de permettre aux civils d'"évacuer" des "zones dangereuses". Il existe "environ 20 structures de ce type", estime Yevhenii Tsybalium, ambassadeur de l'Ukraine auprès de l'OSCE, cité dans le document.

"C'est une histoire d'horreur dans le monde réel (...). C'est un affront à l'humanité, la perversité incarnée"

Neil Bush, ambassadeur britannique

"C'est une histoire d'horreur dans le monde réel (...). C'est un affront à l'humanité, la perversité incarnée", a commenté l'ambassadeur britannique Neil Bush devant le Conseil permanent de l'OSCE, promettant de "documenter" les faits. "Nous travaillerons sans relâche pour nous assurer que les responsables soient tenus pour responsables de leurs actions", a-t-il insisté.

Il s'agit du deuxième rapport de l'OSCE depuis le début du conflit dans le cadre du mécanisme dit "de Moscou", auquel la Russie a refusé de coopérer. Portant sur la période d'avril à juin, il confirme la découverte de "violations manifestes des droits" pouvant constituer des crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

L'organisation, instaurée en 1975, au cœur de la Guerre froide, pour favoriser le dialogue Est-Ouest, avait mené une initiative similaire en 2018 pour examiner les crimes en Tchétchénie contre les personnes LGBT+ ou encore en 2020, à la suite des élections frauduleuses et de la répression au Bélarus. 


Léa Prati

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info