Annexions, mobilisation... Poutine choisit l'escalade

Guerre en Ukraine : qui était Pierre Zakrzewski, le reporter franco-irlandais de Fox News tué par balles ?

Matthieu Delacharlery
Publié le 16 mars 2022 à 15h28
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Le véhicule dans lequel il circulait, avec deux confrères, a été la cible de tirs à une vingtaine de kilomètres de Kiev.
Reporter pour la chaîne américaine Fox News, il avait couvert la plupart des conflits armés ces trente dernières années.

Caméraman pour la chaîne américaine Fox News, Pierre Zakrzewski a été tué ce lundi 14 mars à Horenka, à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Kiev. Le véhicule dans lequel circulait, avec deux autres journalistes, a été la cible de tirs. Oleksandra Kuvshynov, une Ukrainienne de 24 ans qui lui servait de "fixeur" depuis son arrivée, a également été tuée et un autre reporter de la chaîne, Benjamin Hall, de nationalité britannique, a lui été blessé aux jambes par des éclats d’obus. C’est le cinquième reporter à perdre la vie depuis le début de l’invasion russe en Ukraine, le 24 février.  

Au péril de sa vie, ce Franco-irlandais de 55 ans a couvert, pendant de 30 ans, la plupart des conflits violents dans le monde, "de l’Irak à l’Afghanistan en passant par la Syrie", a déclaré la directrice de Fox News Suzanne Scott, citée sur Twitter par un des journalistes de la chaîne américaine, Chad Pergram. Pierre Zakrzewski avait été récompensé, en décembre dernier, pour avoir "joué un rôle clé dans l'évacuation de nos pigistes afghans et de leurs familles après le retrait américain" du pays, a-t-elle souligné. "Sa passion et son talent de journaliste étaient inégalés", a-t-elle encore ajouté, lui rendant hommage. Un grand professionnel,"altruiste, courageux et passionné", a salué sur Twitter le reporter Trey Yingst, qui avait travaillé avec lui.

Il ne faisait pas que filmer, il était au service des autres

Un membre de la famille, qui témoigne auprès de l'AFP

Pour ses proches, l'annonce de sa disparition est un choc. "C'était un baroudeur chaleureux qui provoquait de belles rencontres, il était très humble et humain et n'avait rien perdu de sa sensibilité au fil des années", a témoigné à l'AFP un membre de sa famille. "Il ne faisait pas que filmer, il était au service des autres. La semaine dernière encore à Kiev, il avait aidé à mettre à l'abri un nouveau-né retrouvé après un bombardement", a ajouté ce proche, soulignant qu'il était "capable de travailler à 6.000 mètres d'altitude, comme sous les chaleurs d'Afrique", et qu'il avait été "le témoin de tous les conflits d'Afghanistan, depuis le soulèvement des moudjahidines contre l'armée russe au retour des talibans".

Lire aussi

L'International Press Institute, organisation de défense de la liberté de la presse basée à Vienne, a demandé aux "forces militaires de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour assurer la sécurité des journalistes". Ceux-ci sont "considérés comme des civils au regard des lois humanitaires internationales", a souligné l'organisme dans un communiqué. De son côté, la directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay, a condamné "le meurtre" des deux journalistes de Fox News, en soulignant que les médias "ne devraient jamais être pris pour cible".

Depuis le début de l'invasion russe en Ukraine le 24 février, au moins cinq journalistes dont deux étrangers ont été tués. L'Américain Brent Renaud a été tué par balle dimanche dans la banlieue nord-ouest de Kiev. Avant Oleksandra Kuvshynova, le journaliste ukrainien Evgueni Sakoun a été tué dans le bombardement de la tour de télévision à Kiev et son confrère Viktor Doudar a péri pendant des combats près de Mykolaïv (sud), selon les autorités ukrainiennes qui ont aussi dénombré plus de 30 blessés parmi les membres de la presse couvrant le conflit.


Matthieu Delacharlery

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info