Ukraine : une guerre qui dure

Guerre en Ukraine : premier soldat russe jugé, baisse des livraisons de gaz... Le point sur la situation

Mélinda Correia
Publié le 12 mai 2022 à 6h26, mis à jour le 12 mai 2022 à 7h26
JT Perso

Les autorités installées par Moscou dans la région ukrainienne de Kherson comptent demander à Vladimir Poutine une annexion officielle par la Russie.
Une personne a été tuée et trois autres blessées dans le sud-ouest de la Russie après des bombardements provenant d'Ukraine.
Les faits marquants de ces 24 dernières heures.

L'offensive russe sur l'Ukraine persiste en ce 78ᵉ jour de guerre. Le pays de Volodymyr Zelensky a affirmé être en train de repousser les forces russes de la région de Kharkiv, située dans le nord-ouest. Il s'agit de la deuxième ville d'Ukraine, soumise depuis fin février à une offensive importante de la part de l'armée russe. "Les occupants sont progressivement repoussés de Kharkiv", a déclaré mardi soir le président Volodymyr Zelensky dans une vidéo. Enfin, dans la région de Kherson, les prorusses envisagent de réclamer une annexion à Vladimir Poutine. On fait le point sur les faits marquants des dernières 24h.

Recul russe à Karkhiv. Le recul de l'armée russe s'est accéléré ce mercredi autour de Kharkiv. Ville où la contre-offensive lancée par l'Ukraine se rapproche fortement de la frontière avec la Russie et menace la ligne d'approvisionnement de l'offensive russe contre le Donbass. Située à une trentaine de kilomètres de la frontière russe, elle était pilonnée depuis la fin du mois de février. "Les localités de Cherkasy Tychky, Rusky Tychky, Roubijné et Bayrak ont été libérées" dans la région de cette grande ville, a précisé l'état-major ukrainien sur Facebook.

Une annexion réclamée par les prorusses. Les autorités installées par Moscou dans la région ukrainienne de Kherson ont prévu de demander à Vladimir Poutine une annexion officielle par la Russie. C'est ce qu'a annoncé un responsable régional prorusse ce mercredi. Située au nord de la péninsule de Crimée, la région de Kherson est essentielle pour l'approvisionnement en eau. "Il y aura une demande (adressée au président russe) pour intégrer la région de Kherson en tant que sujet à part entière de la fédération de Russie", a indiqué Kirill Stremooussov, chef adjoint de l'administration militaro-civile de Khersonaux, aux agences russes. 

Elon Musk appelé à l'aide. Un commandant ukrainien faisant partie des combattants assiégés par les forces russes dans l'usine Azovstal à Marioupol a lancé mercredi un appel à l'aide adressé directement au milliardaire américain Elon Musk pour qu'il intervienne afin de les sauver. "Les gens disent que vous venez d'une autre planète pour apprendre aux gens à croire en l'impossible. (...) A l'endroit où je vis, il est presque impossible de survivre", a tweeté Sergueï Volyna, commandant de la 36e Brigade des Marines de Marioupol. "Aidez-nous à quitter Azovstal pour un pays tiers. Si ce n'est pas vous, qui d'autre? Donnez-moi une piste".

De lourdes conséquences à venir ?

Une baisse des livraisons de gaz. Ce mercredi 11 mai, les livraisons de gaz russe à l'Allemagne transitant par l'Ukraine étaient en baisse de 25 %. Une première depuis le début du conflit. L'opérateur ukrainien des gazoducs, GTSOU, a indiqué, la veille, que la présence des forces russes près des installations de Sokhranivka et Novopskov ne permettait pas d'assurer le flot habituel de gaz et demandait le transfert de ces volumes vers un autre point de passage, situé à Soudja. Selon les chiffres publiés par GTSOU ce mercredi, les volumes passant par Sokhranivka sont tombés à zéro et ceux de Soudja sont prévus en hausse. Malgré ça, ils ne seront pas suffisants pour compenser cette baisse. 

Lire aussi

Des conséquences sur "100 ans" ? Le chancelier allemand Olaf Scholz a prévenu des répercussions de la guerre sur l'Ukraine, estimant que le pays devra "lutter pendant 100 ans", faisant un parallèle avec celles de la Seconde Guerre mondiale. "Ceux qui vivent en Allemagne savent que les bombes qui sont tombées durant la Deuxième Guerre mondiale sont encore découvertes aujourd'hui et que les alertes à la bombe continuent. L'Ukraine devra donc se préparer dès maintenant à lutter pendant 100 ans contre les conséquences de cette guerre", a-t-il expliqué, lors d'une conférence de presse à Berlin.

Les combats persistent

L'île aux Serpents au cœur des combats. Selon le service de renseignement du ministère britannique de la Défense, les combats sont toujours en cours sur l'île aux Serpents, située au sud du pays. "L'Ukraine a frappé avec succès les défenses aériennes russes et les navires de ravitaillement avec des drones Bayraktar", a-t-il indiqué dans sa note, mercredi 11 mai.

Lire aussi

Une guerre "par procuration". L'ancien président russe, Dmitri Medvedev, a dénoncé mercredi sur Telegram l'enveloppe de 40 milliards de dollars votée par le Congrès américain pour venir en aide à l'Ukraine. "Il est bien évident qu'une 'aide' d'une telle ampleur sans précédent ne s'explique pas du tout par l'amour de l'Ukraine ni même par le soutien à sa propre économie", a-t-il déclaré. "L'objectif des États-Unis est de poursuivre la guerre par procuration contre la Russie, la volonté d'infliger une lourde défaite à notre pays, de limiter son développement économique et son influence politique dans le monde", a-t-il conclu.

Les morts se multiplient

Un mort et trois blessés en Russie. Une personne est décédée et trois autres ont été blessées dans le sud-ouest de la Russie, après des bombardements provenant de l'Ukraine. Le gouverneur russe de la zone impactée a précisé que la situation était "la plus difficile" qu'ait connu sa région depuis que le président russe Vladimir Poutine a envoyé des troupes en Ukraine, en février dernier.

561 soldats morts au combat. Le chef de la Garde nationale ukrainienne, Oleksii Nadtotchy, a indiqué que 561 soldats de cette même Garde avaient été tués depuis le début du conflit. 1697 membres auraient également été blessés.

Lire aussi

Procès contre un soldat russe. L'Ukraine a révélé qu'un premier procès allait prochainement s'ouvrir dans le cadre de la guerre russo-ukrainienne. Vadim Shishimarin, commandant militaire officiant au sein d'une division moscovite, va être jugé pour avoir tué un Ukrainien âgé de 62 ans. Le soldat russe, roulant à bord d'un véhicule volé, a tiré à plusieurs reprises à travers la vitre de sa voiture, le 28 février dernier, lorsqu'il a croisé la route d'un soixantenaire qui rentrait chez lui. Selon la procureure générale d'Ukraine, Iryna Venediktova, il risque 10 à 15 ans de prison, voire la perpétuité.


Mélinda Correia

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info