Soledar, changement d'état-major russe, livraison de chars... le point sur la situation en Ukraine

A. Lo.
Publié le 12 janvier 2023 à 8h18

Source : TF1 Info

Les combats acharnés se poursuivent du côté de Soledar, à l'est de l'Ukraine.
La Russie, de son côté, tente coûte que coûte de renverser la guerre, en changeant une nouvelle fois de chef militaire.
Voici les faits marquants de ces dernières 24 heures.

"Le scénario le plus sanglant de cette guerre." À Soledar, dans l'est de l'Ukraine, les combats sont plus sanglants que jamais et l'issue toujours incertaine. Alors que le groupe de mercenaires russes Wagner revendiquait la prise de la ville, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a démenti dans la soirée.

Les combats "se poursuivent", le front "tient", a-t-il affirmé. "Nous faisons tout pour renforcer la défense ukrainienne sans aucune pause, même pour un jour" dans la région orientale de Donetsk, a-t-il ajouté. Selon la vice-ministre ukrainienne de la Défense, Ganna Maliar, les Russes ont "sans succès" cherché à "complètement" s'emparer de cette cité minière de 10.000 habitants située près de la ville plus importante de Bakhmout que les Ukrainiens défendent sans répit depuis plusieurs mois.

"Tout ce qui se passe aujourd'hui en direction de Bakhmout ou de Soledar est le scénario le plus sanglant de cette guerre", a d'ailleurs déclaré dans un entretien avec l'AFP Mykhaïlo Podoliak, un conseiller de la présidence ukrainienne.

L'Ukraine, toujours à la recherche de chars lourds

Nouveau chef. À Moscou, un changement d'état-major a été annoncé, après plusieurs épisodes sur le terrain vus comme des déconvenues majeures. Le chef de l'état-major des armées, le général Valéri Guerassimov, un interlocuteur direct de Vladimir Poutine, a été nommé "commandant du groupement combiné de troupes" déployées en Ukraine.

"La hausse du niveau de commandement de l'opération spéciale (en Ukraine) est liée à un élargissement de l'ampleur des missions à accomplir, à la nécessité de mener une interaction plus étroite entre les composantes des forces armées", a expliqué le ministère de la Défense. Le prédécesseur de Valéri Guerassimov, le général Sergueï Sourovikine - rétrogradé au rang d'adjoint - n'aura dirigé les opérations que pendant trois mois. 

Des chars lourds. L'Ukraine a réitéré ses appels à ses partenaires occidentaux, à la veille d'une nouvelle réunion sur la base américaine de Ramstein en Allemagne le 20 janvier, à lui fournir des armements lourds et de longue portée. Les chancelleries occidentales tardent à répondre favorablement aux demandes de Kiev sur ce point et Paris, Londres, Berlin et Washington n'ont promis à ce stade que des chars et autres blindés légers.

Mais la Pologne a fait un premier pas, se disant prête à livrer une compagnie de chars d'assaut lourds allemands Leopard 2, soit 14 unités. Le transfert nécessiterait néanmoins l'autorisation de l'Allemagne, que Kiev a pressé séparément de fournir des Leopard 2. Un porte-parole du gouvernement allemand a néanmoins déclaré qu'il n'était pas au courant de demandes d'alliés pour envoyer les chars à l'Ukraine.


A. Lo.

Tout
TF1 Info