La Finlande et la Suède, qui veulent rejoindre l'Otan, vont devenir des "cibles légitimes", a mis en garde mardi l'ambassadeur russe à Stockholm.
Sur le front, Moscou a affirmé avoir abattu sa première roquette américaine de longue-portée GLSDB.
Retour sur les faits marquants de ces dernières 24 heures.

Les craintes de Joe Biden. "Ce sont des paroles dangereuses et c'est préoccupant", a jugé le président américain à la Maison Blanche auprès de journaliste concernant le déploiement d'armes nucléaire "tactiques" par la Russie En Biélorussie. Washington a toutefois indiqué dimanche par la voix d'un porte-parole n'avoir "aucune indication" qu'un tel transfert ait eu lieu. "Ils ne l'ont pas encore fait", a redit Joe Biden mardi.

La Finlande et la Suède vont devenir des "cibles légitimes" de "représailles" de la Russie une fois qu'elles seront membres de l'Otan. C'est la mise en garde de l'ambassadeur russe à Stockholm, relançant la rhétorique des menaces de Moscou. "Après l'adhésion de la Finlande et de la Suède, la longueur totale des frontières entre la Russie et l'Otan va presque doubler", fait valoir l'ambassadeur Viktor Tatarintsev dans un texte mis en ligne sur le site de la mission russe en Suède. "S'il semble encore à quelqu'un que cela améliorera d'une manière ou d'une autre la sécurité de l'Europe, soyez certains que les nouveaux membres du bloc hostile deviendront une cible légitime pour les mesures de représailles russes, y compris celles de nature militaire", avertit le diplomate dans un long réquisitoire contre l'adhésion à l'alliance.

L'Holodomor reconnu par l'Assemblée nationale

Soutien militaire. La Russie a affirmé mardi avoir abattu une roquette américaine de longue-portée GLSDB, première confirmation de livraison de ces munitions à l'Ukraine qui les juge cruciales pour lancer sa prochaine contre-offensive. L'Ukraine n'a de son côté donné aucune information quant au déploiement de ces engins. Les GLSDB (pour "Ground Launched Small Diameter Bomb" en anglais) sont des engins de petit diamètre et de haute précision fabriqués par l'Américain Boeing et le Suédois Saab. Ils peuvent voler jusqu'à 150 km et donc menacer des positions russes, en particulier les dépôts de munitions, loin derrière les lignes de front.

Nouvelle attaque sur Kiev. Douze drones de fabrication iranienne ont été abattus au-dessus de la capitale, a annoncé mardi l'administration militaire de la ville. "Les forces de la défense anti-aérienne ont repéré et détruit 12 drones" de type Shahed, a indiqué le chef de l'administration militaire Serguiï Popko sur Telegram. Des éclats d'un drone sont tombés sur un immeuble administratif dans le quartier Sviatochynsky, dans l'ouest de la capitale, provoquant des destructions et un incendie, qui a pu être rapidement éteint, a-t-il précisé.

Les États-Unis favorables à la création d'un tribunal spécial pour juger "l'agression" russe en Ukraine. Pour Washington, cette instance pourrait voir le jour avec des fonds et du personnel international mais "enraciné dans le système judiciaire ukrainien". Un porte-parole du département d'État américain a précisé que Washington souhaite obtenir "un soutien international significatif, notamment de nos partenaires européens" et que le tribunal soit "localisé idéalement dans un autre pays en Europe".

L'Assemblée nationale a reconnu mardi comme un génocide l'Holodomor. Dans une résolution adoptée à une quasi-unanimité (168 voix contre 2), les députés ont appelé le gouvernement à en faire de même, pour répondre à la forte attente de Kiev au sujet de ce souvenir douloureux, ravivé par l'invasion russe du pays"Reconnaissance envers les députés de l'Assemblée nationale pour cette décision historique", a réagi le président ukrainien Volodymyr Zelensky, dans un tweet publié en français peu après le vote. 

L'Holodomor (extermination par la faim), "c'est l'histoire d'une barbarie organisée" et "l'utilisation de la famine comme une arme politique", a plaidé la première signataire du texte adopté, la députée Renaissance Anne Genetet. Elle a ponctué son intervention d'un "Vive l'Ukraine libre", en présence de l'ambassadeur d'Ukraine en France.


T.G.

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info