Une bombe cachée dans une cage à chat ? Comment Kiev aurait organisé un attentat près de Moscou

par F.Se
Publié le 23 octobre 2023 à 20h34

Source : JT 20h Semaine

Une enquête du Washington Post décrit la "guerre de l'ombre" que livreraient les services secrets ukrainiens.
Elle leur attribue notamment l'assassinat de la nationaliste russe Daria Douguina en août 2022.
Une cage à chat aurait été utilisée pour acheminer la bombe jusqu'à la banlieue de Moscou.

Une bombe cachée dans une cage à chat pour traverser la frontière, et tuer en Russie une célèbre défenseure de l'invasion russe de l'Ukraine. C'est le rocambolesque scenario décrit par le Washington Post, au terme d'une longue enquête publiée ce lundi. Les services secrets ukrainiens utiliseraient les assassinats ciblés contre leur ennemi russe, soutient le journal américain, qui affirme que Kiev est bien à l'origine de l'attentat d'août 2022, dans lequel a péri Daria Douguina. La fille de l'auteur ultranationaliste Alexandre Douguine, comme son père, était une ardente partisane de l'opération militaire déclenchée par Vladimir Poutine quelques mois plus tôt.

Cage à chat à double-fond

La voiture dans laquelle cette femme de 29 ans est morte aurait été piégée par une bombe venue d'Ukraine. Un mois plus tôt, ses composants avaient passé la frontière, expliquent les auteurs de l'enquête, dissimulée dans le double-fond d'une cage transportant le chat d'une mère et de sa fille de douze ans. Cette femme aurait ensuite loué un appartement près du domicile d'Alexandre Douguine. Cet écrivain ultranationaliste était bien la cible de l'attentat, mais il est monté dans une voiture différente le jour de l'explosion. 

Kiev a toujours nié son implication

Très vite accusés par Moscou, les Ukrainiens ont démenti toute implication dans cette attaque qui a suscité un choc en Russie. Mais l'implication ukrainienne a déjà fuité par des sources américaines citées par le New York Times en octobre 2022. Le scenario décrit par les journalistes américains est très proche de celui avancé à l'époque par les services secrets russes, qui eux aussi mentionnaient une femme et une enfant de 12 ans, en précisant qu'elles étaient passées par la frontière estonienne.

Guerre de l'ombre

Kiev a mené des opérations d'assassinat ciblé à plusieurs reprises, selon des sources ukrainiennes et américaines citées par le Washington Post, menant une véritable guerre de l'ombre. Le quotidien estime que des dizaines de "liquidations" auraient été ordonnées depuis le déclenchement de l'offensive russe en février 2022, ciblant des gradés russes, de supposés "collaborateurs" ukrainiens, ou des figures pro-Kremlin en Russie. 

L'article raconte ainsi qu'un ancien commandant de sous-marin russe a été abattu pendant son jogging en juillet dernier, dans le sud de la Russie, tandis qu'un blogueur nationaliste a été tué dans un café de Saint-Pétersbourg. Et que chaque opération de ce type est soumise à l'approbation du président Volodymyr Zelensky. Les services secrets ukrainiens qui mènent ces opérations, le SBU et le GUR militaire, sont entraînés, équipés et conseillés par la CIA, relève le Washington Post, selon qui cette collaboration remonte à l'annexion de la Crimée par Moscou en 2014. 

L'agence de renseignement américaine a fourni du matériel de communication et d'espionnage électronique, des faux uniformes des séparatistes pro-russes et a même participé à la construction de bureaux du GUR, selon le quotidien. Mais cette assistance extrêmement poussée de la CIA en Ukraine s'est accompagnée de la méfiance des Américains pour des opérations très audacieuses des services ukrainiens, telle que celles visant le pont stratégique de Kerch, reliant la Crimée occupée à la Russie, ou celle consistant à envoyer des drones en direction du Kremlin. 


F.Se

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info