Guerre en Ukraine : ce que propose la Chine dans son "plan de paix"

Publié le 24 février 2023 à 9h16, mis à jour le 21 mars 2023 à 13h06

Source : TF1 Info

Vladimir Poutine a salué lundi la position "équilibrée" de Xi Jinping sur l'Ukraine, lors de sa visite en Russie.
Le président russe considère "avec respect" le plan de paix de Pékin.
Ce dernier avait été dévoilé fin février.

"Je sais que vous (...) avez une position juste et équilibrée sur les questions internationales les plus pressantes". En accueillant Xi Jinping lundi au Kremlin, Vladimir Poutine a salué une nouvelle fois l'initiative de la Chine dans le conflit en Ukraine. Pékin se pose en effet en médiateur et a rendu public le mois dernier un document appelant notamment Moscou et Kiev à s'investir dans des pourparlers de paix.

Le document avait été publié le 24 février sur le site du ministère des Affaires étrangères, à l'occasion du premier anniversaire du déclenchement de l'invasion russe de l'Ukraine. Intitulé "Position de la Chine sur le règlement politique de la crise ukrainienne", le plan "de paix" chinois se décline en douze points.  Le gouvernement chinois appelle notamment la Russie et l'Ukraine à reprendre le dialogue. "Toutes les parties doivent soutenir la Russie et l'Ukraine pour travailler dans la même direction et reprendre le dialogue direct aussi vite que possible" en vue d'une "solution pacifique", indique ainsi le ministère chinois des Affaires étrangères alors que la Chine cherche depuis quelques semaines à jouer un rôle de médiateur dans le conflit ukrainien.

"Se conformer strictement au droit humanitaire international"

Pékin prend clairement position contre tout recours à l'arme nucléaire, alors que le président russe Vladimir Poutine a brandi cette menace. "L'arme nucléaire ne doit pas être utilisée et il ne faut pas se livrer à une guerre nucléaire. Il faut s'opposer à la menace ou au recours à l'arme nucléaire", stipule le document.

La Chine demande par ailleurs aux deux pays d'éviter toute attaque contre des civils. "Les parties (impliquées) dans le conflit doivent se conformer strictement au droit humanitaire international, éviter d'attaquer des civils ou des bâtiments civils", souligne le ministère.

Le document plaide aussi pour un règlement de la crise humanitaire. "Toute mesure en faveur de l’apaisement de la crise humanitaire doit être encouragée et soutenue", peut-on lire. Et de poursuivre : "Les opérations humanitaires doivent se conformer aux principes de neutralité et d’impartialité et les questions humanitaires ne doivent pas être politisées."

Parmi les douze points qu'il détaille, le gouvernement appelle en outre à préserver la sécurité des centrales nucléaires. "La Chine s’oppose aux attaques armées contre les centrales nucléaires et les autres installations nucléaires pacifiques, et appelle les différentes parties à observer le droit international, y compris la Convention sur la sûreté nucléaire, et à prévenir résolument les accidents nucléaires d’origine humaine", est-il écrit.

Le conflit russo-ukrainien constitue un dossier délicat pour Pékin, en raison de ses forts liens diplomatiques et économiques depuis plusieurs années avec Moscou, consolidés par l'intérêt commun de faire contrepoids à Washington. Officiellement neutre, la Chine appelle à respecter la souveraineté des États, y compris de l'Ukraine, tout en exhortant la communauté internationale à prendre en compte les préoccupations de Moscou en matière de sécurité.

Mais la pression occidentale s'accroît sur Pékin, qui n'a jamais appuyé ni critiqué publiquement l'offensive russe, tout en exprimant plusieurs fois son soutien à Moscou face aux sanctions occidentales. Ces dernières semaines, le secrétaire d'État américain Antony Blinken a ainsi dit craindre que la Chine envisage de fournir des armes à la Russie, des allégations vivement démenties par Pékin.


Audrey LE GUELLEC

Tout
TF1 Info