Hong Kong se soulève contre Pékin

Hong Kong : la police veut museler les manifestants avant l'anniversaire de Tiananmen

TG
Publié le 2 juin 2022 à 23h17
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

La police de Hong Kong veut empêcher les rassemblements le 4 juin commémorant la répression de Tiananmen, en 1989.
Pékin veut une nouvelle fois étouffer la dissidence, après d'énormes manifestations pro-démocratie en 2019.

Depuis l'entrée en vigueur à Hong Kong d'une loi sur la sécurité en 2020, toute trace du souvenir de Tiananmen est systématiquement effacée dans la ville. Et pas question que cela change cette année : la police a averti ce jeudi que tout rassemblement le 4 juin pour commémorer la répression de 1989 serait illégal. En particulier dans le parc Victoria, où se déroule chaque année une veillée aux chandelles.

Les habitants de Hong Kong risquent d'être accusés de "rassemblement illégal" en allant dans le parc, a déclaré jeudi le surintendant principal Liauw Ka-kei, et ce même s'ils s'y rendent seuls. "S'il y a d'autres personnes là-bas et que vous partagez un objectif commun pour exprimer des doléances, c'est suffisant pour faire de vous un membre d'un rassemblement illégal", a précisé ce responsable.

La répression de 1989, un sujet tabou

Par ailleurs, toute personne qui aurait encouragé un rassemblement non autorisé dans le parc Victoria, même si elle-même n'y est pas présente, aura enfreint la loi. Quant à savoir s'il était illégal d'allumer une bougie sur un balcon privé – ce qu'ont fait beaucoup de Hongkongais au cours des deux dernières années en l'absence d'autres options – Liauw Ka-kei a déclaré qu'il ne voyait aucune loi interdisant cela.

Lire aussi

Toute mention de la répression de 1989, lorsque le gouvernement chinois a envoyé des troupes et des chars contre des manifestants pacifiques pro-démocratie, est totalement taboue dans les livres et les médias en Chine continentale. Hong Kong, territoire chinois qui jouissait d'une semi-autonomie, constituait une exception jusqu'à il y a deux ans, lorsque Pékin a imposé une loi sur la sécurité nationale pour étouffer la dissidence après d'énormes manifestations pro-démocratie en 2019.


TG

Tout
TF1 Info