États-Unis : les passeports avec genre X disponibles le 11 avril

C.A. avec AFP
Publié le 31 mars 2022 à 16h23
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Dès le 11 avril, les Américains pourront obtenir un passeport spécifiant qu'ils appartiennent au genre X.
La mesure s'accompagne de plusieurs mesures permettant une meilleure intégration des personnes transgenres.
Certains États conservateurs continuent toutefois d'adopter des règlementations restrictives à leur encontre.

F, M et X. Voici les cases que pourront, dès le 11 avril, cocher les Américains lors de leurs démarches pour obtenir un passeport. À l'occasion de la journée internationale de visibilité transgenre, le département d'État a pris une série d'initiatives, parmi lesquelles cette nouvelle option concernant les documents d'identité.

Le département d'État avait déjà délivré, en octobre 2021, le premier passeport américain avec un marqueur de genre X à Dana Zzyym, une militante intersexe de 66 ans, qui a poursuivi le département d'État à ce sujet en 2015. Il s'était ensuite engagé à généraliser cette possibilité.

Personne ne devrait être courageux juste pour être soi-même"

La Maison Blanche

Au-delà de cette nouveauté, les États-Unis ont aussi permis une mise à jour des scanners corporels utilisés dans les aéroports pour prendre en compte les personnes non-binaires et intersexes, une simplification de nombreuses démarches administratives, ou encore la création d'un site web d'information sur la transition de genre, à destination des jeunes et de leurs parents.

"Les personnes transgenres sont parmi les plus courageuses de notre pays. Mais personne ne devrait être courageux juste pour être soi-même", affirme la Maison Blanche dans un communiqué.

Des États conservateurs qui freinent encore des quatre fers

En parallèle, certains États conservateurs ont adopté des réglementations restrictives concernant les soins à apporter aux mineurs transgenres, la pratique sportive, ou encore l'utilisation des toilettes. Au Texas, par exemple, des enquêtes ont été ouvertes contre des parents en application d'une directive controversée du gouverneur, qui assimile certaines procédures "de changement de sexe" pour mineurs à des "mauvais traitements" pénalement répréhensibles. Il cite des opérations chirurgicales, mais aussi les traitements hormonaux.

"L'administration (fédérale) condamne une nouvelle fois la prolifération d'attaques législatives dangereuses contre les personnes transgenres dans plusieurs États", lit-on dans le communiqué de la Maison Blanche ce jeudi. "Il est prouvé que ce type de lois stigmatisent et mettent en danger le bien-être d'enfants transgenres" et "risquent de créer de la discrimination et du harcèlement" contre leurs familles, affirme encore l'exécutif américain.

Lire aussi

Selon le Williams Institute de la faculté de droit de l'UCLA et interACT, un groupe de défense des intersexes, les Américains non binaires et intersexes, qui ne sont ni exclusivement des hommes ni des femmes, représentent respectivement 1,2 million et  4 millions de personnes. En juin, la Maison Blanche avait déjà ouvert la possibilité aux Américains de choisir eux-mêmes leur sexe en tant qu'homme ou femme, ne les obligeant plus à fournir un certificat médical si le sexe indiqué sur leurs autres documents d'identité ne correspondait pas.

Plus de 10 pays, dont le Canada, l'Allemagne, l'Australie, le Népal et l'Inde, proposent déjà un troisième genre sur les documents.


C.A. avec AFP

Tout
TF1 Info