Taïwan : vif regain de tension entre la Chine et les États-Unis

Taïwan : démonstration militaire, potentielle visite américaine... Le ton monte entre Washington et Pékin

I.N
Publié le 1 août 2022 à 21h54, mis à jour le 2 août 2022 à 14h09
JT Perso

Source : TF1 Info

La présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, est en visite depuis ce lundi en Asie.
Un porte-parole de la Maison Blanche a fait savoir qu'elle avait "le droit" de se rendre à Taïwan, malgré les menaces de la Chine.
La Chine assure que Washington "paiera le prix" d'une telle visite.

Entre les États-Unis et la Chine, les tensions ne retombent pas. Bien au contraire. Alors qu'elle entame une visite en Asie, Nancy Pelosi, troisième personnage de l'État américain en tant que présidente de la Chambre des représentants, pourrait se rendre à Taïwan. Une visite diplomatique qui contrarie la Chine, alors que Pékin considère que cette île fait partie de son territoire.

Depuis le début des rumeurs sur le potentiel voyage à Taïwan de Nancy Pelosi, les tensions entre Pékin et Washington se sont accrues. Si des délégations de responsables américains se rendent fréquemment à Taïwan pour exprimer leur soutien, un tel geste serait sans précédent depuis la visite de son prédécesseur Newt Gingrich, lui aussi président de la Chambre des représentants, en 1997.

Lire aussi

Mardi 2 août, la Chine a menacé Washington avant cette possible visite de Nancy Pelosi à Taïwan. "Les États-Unis auront assurément la responsabilité (des conséquences) et devront payer le prix de leur atteinte à la souveraineté et à la sécurité de la Chine", a indiqué devant la presse une porte-parole de la diplomatie chinoise, Hua Chunying.

Vers des tirs de missiles autour de Taïwan ?

Ce lundi 1er août, la Maison Blanche a insisté sur le fait que Nancy Pelosi avait "le droit de visiter Taïwan", en dépit des menaces de la Chine, qui a d'ores et déjà averti de "contre-mesures fermes et énergiques afin de sauvegarder sa souveraineté et son intégrité territoriale" si le déplacement était avéré. "Il n'y a pas de raison que Pékin fasse de cette visite, qui ne déroge pas à la doctrine américaine de longue date, une forme de crise", a de son côté tempéré John Kirby, porte-parole de la présidence américaine pour les questions stratégiques.

Les États-Unis se préparent toutefois à une réaction chinoise. La Chine "semble se positionner" pour une démonstration de force militaire autour de Taïwan, "un pas de plus dans les prochains jours", a indiqué John Kirby. Cela "pourrait inclure des provocations militaires comme des tirs de missiles dans le détroit de Taïwan ou autour de Taïwan", ou encore "d'importantes incursions aériennes" dans la zone d'identification de défense aérienne de Taïwan.

Lire aussi

Les États-Unis pratiquent, à l'égard de Taïwan, une diplomatie dite d'"ambiguïté stratégique", consistant à ne reconnaître qu'un seul gouvernement chinois, celui de Pékin, tout en continuant à apporter un soutien décisif à Taipei, mais en s'abstenant de dire s'ils défendraient ou non militairement l'île en cas d'invasion. La semaine dernière, à l'occasion d'un entretien téléphonique avec Joe Biden, le président chinois, Xi Jinping, avait appelé la partie américaine à ne "pas jouer avec le feu".


I.N

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info