Bousculade mortelle dans un stade de football en Indonésie

Au moins 125 morts en Indonésie : ces précédents drames qui ont endeuillé le football

M.D. (avec AFP)
Publié le 2 octobre 2022 à 11h35
JT Perso

Source : JT 20h WE

Une bousculade meurtrière a fait au moins 125 morts la nuit dernière dans un stade à l’est de l’Indonésie.
Ce n’est pas la première fois qu’un stade de foot est le théâtre d’un tel drame, en voici les plus marquants.

Une foule immense, une atmosphère électrique, le tout dans une enceinte fermée. Le cocktail peut être explosif. La bousculade meurtrière qui a fait au moins 125 morts samedi soir (un bilan revu à la baisse depuis les premières estimations) dans un stade en Indonésie a connu de nombreux précédents dans le monde au cours des dernières années. Dans la plupart des cas, des spectateurs meurent écrasés contre les grilles ou les portes du stade à la suite d'un mouvement de foule, souvent provoqué par des heurts entre supporters. Retour sur les plus meurtriers de ces drames.

Lire aussi

20 octobre 1982, stade Loujniki à Moscou (URSS)

Lors de la rencontre entre le Spartak de Moscou et les Néerlandais du Haatlem pour les 16e de finale aller de la coupe UEFA, un terrible mouvement de foule a fait des centaines de morts, souvent asphyxiés, après un but russe. Le mystère plane encore sur le nombre de victimes. Les autorités soviétiques ont d’abord fait état de trois morts, avant de rehausser le bilan quelques jours plus tard à 66 décès. Il faudra attendre 1989 pour qu'une enquête indépendante du quotidien Sovietski sport émette le chiffre de 340 morts, ce qui en ferait le plus grand drame de l'histoire du football.

24 mai 1964, stade Nacional de Lima (Pérou)

Lors d'un match entre les sélections amateurs du Pérou et d'Argentin, entre 47.000 et 60.000 personnes sont réunies dans le stade pour les qualifications aux JO de Tokyo. À la suite de l'annulation d'un but d'égalisation, qui aurait permis au Pérou de se qualifier, une colère s'empare des supporters péruviens. Un mouvement de foule dégénère et éclate alors en émeutes à l'intérieur. Les portes du stade étant fermées. Les supporteurs ne peuvent pas s'échapper et meurent piétinés ou asphyxiés. Ces débordements provoqueront 318 morts et plus de 500 blessés.

9 mai 2001, Sports Stadium d’Accra (Ghana)

Ce jour-là, l'équipe de Hearts of Oak FC (Accra) et celle d'Asante Kotoko (Kumasi) s’affrontent dans le cadre du championnat ghanéen. À la suite d’un but litigieux de l'équipe d'Accra, des débordements ont lieux dans les tribunes des suppporters de Kumasi. Les forces de l'ordre tentent d’intervenir pour calmer les esprits, provoquant la fuite de milliers de supporters, piégés par les portes du stade fermées. Une bousculade violente s'ensuit, faisant 127 morts, principalement d'asphyxie ou piétinés et des centaines de blessés. C'est l'accident le dramatique de l'histoire du football africain.

15 avril 1989, stade d'Hillsborough à Sheffield (Angleterre)

Lors de la demi-finale de la Coupe d'Angleterre entre Liverpool et Nottingham Forest, la police décide alors d'ouvrir une grille dédiée à la sortie pour éviter un attroupement à l’entrée du stade. En l’absence de tourniquets, les supporters se ruent à travers un petit tunnel vers des zones du stade déjà pleine, provoquant une immense bousculade dans les tribunes vétustes du stade de Hillsborough à Sheffield. Le manque d'air et de nombreuses blessures provoquent la mort de 96 personnes, et en blessent 766 autres. 

29 mai 1985, stade du Heysel à Bruxelles (Belgique)

En Europe, le drame du Heysel, à Bruxelles, en mai 1985, a particulièrement frappé les esprits. Avant le début de la rencontre entre Liverpool et la Juventus pour la finale de la Coupe d'Europe des clubs champions, des hooligans anglais envahissent une tribune où se trouvent de nombreux tifosis. Des grilles de séparation et un muret s'effondrent sous la pression de la foule. De nombreuses personnes sont piétinées. Bilan : 39 morts. Le match verra la Juventus de Michel Platini remporter la coupe, décernée dans les vestiaires.

5 mai 1992, stade de football de Furiani (Corse)

Printemps 1992, l’Olympique de Marseille se déplace à Bastia pour une demi-finale de Coupe de France qui crée l’événement sur l'île. Pour l’occasion, les dirigeants corses ont élevé une nouvelle tribune de 10.000 places. Mais à quelques minutes du coup d’envoi, celle-ci s’écroule. Au total, on dénombrera 2 357 blessés et 19 morts. 


M.D. (avec AFP)

Tout
TF1 Info